Only on Hush

Contes et Légendes, Joël Pommerat, Porte Saint-Martin

©Elisabeth Carecchio

La dernière création de Joël Pommerat brouille les pistes pour parler adolescence et créature artificielle. Avec justesse et acidité, il brosse un portrait sans concession de notre société moderne.

Contes et légendes est une succession de brefs récits sur l’adolescence où les humains et les robots sociaux cohabitent. Joël Pommerat utilise comme toile de fond une société futuriste dans laquelle des robots seraient intégrés à notre quotidien. On y aborde plusieurs thèmes : la construction identitaire à l’adolescence, la fluidité des identités et les créatures artificielles.

Il ne s’agit pas ici de questionner les dérives de l’intelligence artificielle mais de questionner la coexistence d’une humanité dite naturelle et autre plus artificielle. Joël Pommerat imagine quel serait l’apport de créatures artificielles au moment de toutes les mutations vers l’âge adulte. Revenu à l’un de ses thèmes de prédilection, il aborde sans concession de nombreux sujets clés propres à cette période : les premiers
émois, le désir d’indépendance, la violence, la crise identitaire…

D’un point de vue scénographique, les comédiens évoluent dans un univers plastique et cinématographique. Chaque récit est l’occasion d’effacer les frontières du genre pour mieux saisir les inquiétudes de l’époque. Qu’est ce qui fait de nous un être humain ? Qu’est ce qui fait de nous un homme ?

Afin de continuer à brouiller les pistes, cette pièce est jouée avec brio par une troupe presque exclusivement féminine, où les actrices, âgées de 26 à 32 ans, en paraissent 14 tout au plus. Elles sont époustouflantes et participent à cette démonstration magistrale de la maitrise totale du subterfuge théâtral.

Du 10 janvier au 31 mars 2024
Une création théâtrale de Joël Pommerat
Porte Saint-Martin

La maison en pain d’épices, Jennifer Egan

Argylle, Matthew Vaughn, Marv Films

Calek, Calek Perechodnik, Charles Berling, La Scala

Du lourd, du heavy mais du bon aussi

Geli, Diastème, Manufacture des Abbesses

Retrouvée morte d’une balle dans la poitrine, Geli, la nièce d’Hitler est au cœur de cette pièce écrite et mise en scène par Diastème. Cet évènement semble avoir eu un fort impact sur Hitler car Goering déclara: « À la mort de Geli, Hitler a perdu la dernière goutte d’humanité qui lui restait ».

Geli fut retrouvée morte dans le bureau de son oncle en 1931. S’est-elle suicidée en 1931, ou a-t-elle été tuée ? Par Hitler ? Plusieurs thèses circulent déjà à l’époque. Les partisans de Hitler avancent la thèse d'un suicide « passionnel » attestant que la nièce était amoureuse de son oncle. Elle aurait découvert une lettre de Eva Braun dans la poche de la veste de Hitler et se serait suicidée par jalousie. Mais une autre théorie laisse plutôt à penser que la jeune femme aurait mis fin à ses jours pour échapper à l'emprise incestueuse de son oncle, ou que celui-ci aurait fait assassiner sa nièce pour l'empêcher de dévoiler ces relations ambiguës intolérables au chef du parti nazi en pleine ascension vers le pouvoir.

Encore aujourd’hui, on ne peut pas confirmer l’une de ces théories, ce qui laisse la porte ouverte à l’imagination. Depuis longtemps, l’auteur, compositeur et metteur en scène Diastème a souhaité sonder ce personnage méconnu. Dans cette pièce, il organise une rencontre entre un auteur qui a perdu sa femme et Angela Maria Raubal, surnommée Geli, sur laquelle il souhaite écrire. Fasciné par ce personnage central et pourtant inconnu de l’Histoire, il finit par la rencontrer et tente de résoudre avec elle le mystère de sa mort.

Toute en délicatesse, l’auteur nous invite à questionner de nombreux thèmes tels que l’amour, l’écriture et à repousser les limites de notre imagination.

Jusqu'au 16 janvier 2024
A la Manufacture des Abbesses, Paris XVIIIème
Les lundis, mardis, mercredis à 21h et les dimanches à 20h
Texte et mise en scène : Diastème
Avec : Frédéric Andrau et Aliénor de la Gorce

Lumières : Stéphane Baquet
Musique : Mathieu Morelle
Production : Mine de prod / spectacle créé au Théâtre du Chêne Noir - Avignon

Only hottest stories