Thor Ragnarok
Nov21

Thor Ragnarok

Grosse bouillie quadricolor, le dernier Marvel a surpris par son humour et ses choix esthétiques. Et que dire de la musique: ambitieuse et délirante. Le monde de la musique de film ne va très bien depuis quelques années. Les auteurs n’ont plus les mêmes moyens que leurs ainés. On rabote les budgets et les compositeurs se retrouvent à faire du sound design. Beurk. Ca explique en partie le retour du bon vieux synthétiseur. John Carpenter et sa musique dépouillés sont à la mode désormais. Les Daft Punk ont déliré sur la musique de Tron. L’électro est une solution idéale et peu couteuse. Pour Thor Ragnarok, le peu connu Mark Mothersbaugh a eu tout de même quelques dollars pour réunir un bel orchestre et a pu s’éclater sur des arrangements spectaculaires. Il y a ici tout le plaisir de la partition épique qui donne l’envie d’envahir la Pologne, comme dirait Woody Allen. Les oreilles sont mises à l’épreuve mais c’est très entrainant. Mais le compositeur n’oublie pas que le spectacle proposé est décalé. Il y a bien sur des cotés celtes avec des tresses pour souligner la nature nordique du super héros. On entend un choeur londonien pour montrer que le héros relève d’une religion. Mothersbaugh sort la grosse artillerie lourde pour les bastons colossales dans l’espace! Mais il a retrouvé son vieux synthétiseur pour joyeusement parasiter les élans héroïques du grand orchestre. C’est aussi jouissif que le film. Mothersbaugh est en osmose avec le style semi parodique du film. Il en fait trop. Et alors? Autant assumer jusqu’au bout les excès et les invraissemblances. Le compositeur fait pareil: il en rajoute et finalement cela fonctionne bien. Il embrasse avec ardeur tous les clichés de la musique. On est donc dans le très classique et le très très très vintage! L’osmose se fait et on se laisse avoir par ce gros patchwork mal équilibré mais délirant. C’est de la BO coup de massue! Normal, c’est Thor, le dieu du tonnerre et armé d’un marteau. Hollywood records –...

Read More
Scream above the sounds
Nov21

Scream above the sounds

Les stereophonics sont toujours là mais ne sont plus très vaillants. Leur résistance mérite tout de même le respect!

Read More
Remember Roses
Nov18

Remember Roses

On peut dire que le disque n’est pas une succession de titres polis, beaux et agréables à l’oreille. La chanteuse semble avoir un petit faible pour Lana del Rey mais elle ne soigne pas l’ambiguité: elle travaille de simples harmonies folk. La folk contre attaque

Read More
New Magic
Nov15

New Magic

Plus que l’attitude, Son Little parvient à nous faire partager sa passion et son intimité. La musique est finement brodée mais elle est la preuve d’une intelligence d’écriture plutôt que de recherche de style. C’est un Rythm & Blues qui demande de l’intention pour une jubilation totale.

Read More
Le seul Moment
Nov13

Le seul Moment

Elle écrit depuis longtemps, Lou. Elle fait de la musique pour comprendre ou embellir son existence. Proche de Pascal Bouaziz, génial rockeur de l’ombre, elle adopte les mots et les mots pour maitriser les affres de la vie et ne pas trop se morfondre sur un Monde qui ne peut que décevoir.

Read More
Konrad Fight
Nov12

Konrad Fight

Sa guitare frole les émotions. Konrad Fight a une histoire, tragique, mais Brieuc Bohu pense qu’il est temps qu’elle se prolonge avec cet EP à la sincérité déconcertante. Car il met tout dedans. Il y a de la mélancolie et de la fierté.

Read More
Sleep Well Beast
Nov12

Sleep Well Beast

Le groupe, avec deux frateries à l’intérieur et un chanteur qui se prend pour un anglais, tournait un peu en rond sur ses derniers efforts. On doit reconnaître que la pause de quatre a fait du bien à tous. On redécouvre un groupe inspiré qui refuse la facilité!

Read More
Let s play two
Nov09

Let s play two

On ne se doutait pas que le groupe avait encore une pêche pareille. C’est même la foi pour un rock simple, carré, efficace et populaire qui fait d’eux des nouveaux héros de ce rock si américain, si généreux et si électrisant.

Read More
Freakshow
Nov06

Freakshow

Le groupe est jovial. Il cite à tour de bras des références qui feront rire et musicalement, il a autant écouté les rappeurs de la première heure, comme les joyeux drilles de Java ou des choses beaucoup plus rock’n’roll. Avec tout cela il fabrique un théâtre qui ne fait pas peur comme pourrait le suggérer le titre de l’album.

Read More
Feel your feelings fool!
Nov03

Feel your feelings fool!

Il y a donc la candeur d’une soul ancienne et toute la force d’un punk énervé. Un mélange assez irrésistible si on accepte de régresser gentiment. Avec Lydia et ses potes, on retrouve les crises de nerfs de l’adolescence et les révoltes qui sortent en hurlant. C’est jubilatoire.

Read More
All the light above it too
Nov01

All the light above it too

Jack Johnson n’aime pas trop son nouveau président orange et il le fait avec toujours autant de talent. Au bout de sept albums, l’inspiration pourrait stagner mais le musicien trouve toujours une petite note espiègle pour que l’on ne s’ennuie pas.

Read More
Done by the forces of nature
Oct31

Done by the forces of nature

On joue les vieux cons aujourd’hui avec le bon vieux refrain du “c’était mieux avant”. Il faut dire que la réécoute de ce disque de la zulu nation est une petite piqure de rappel sur le très haut niveau musical de certains rappeurs!

Read More
The life & times of Candy Rose
Oct29

The life & times of Candy Rose

Jack Art et son “band” font donc un rock que l’on va juger classique avec des envolées électriques et une voix qui nous narre une belle histoire des petites gens! C’est cliché mais cela fonctionne très bien. On dépasse l’exercice de style. Ce premier album a un coeur énorme et cela se ressent avec ce concept autour d’une jeune fille dans les années 60 et 70 à Philadelphie.

Read More
Jolly New Songs
Oct26

Jolly New Songs

Les Polonais de Trupa Trupa sont aujourd’hui l’incarnation la plus farouche du rock indé, émotionnel et captivant. Difficile de ne pas craquer pour ces petits gars qui se sont fabriqués un son rien qu’à eux du coté de Gdansk!

Read More
Unpeeled
Oct23

Unpeeled

Pas eu de chance de ce point de vue. Pour les trois concerts, les spectateurs vont donc découvrir les Anglais Cage the elephant qui vient justement de sortir un excellent live, qui résume leur courte carrière et montre l’influence des années 60 sur la production britannique.

Read More
Another day
Oct21

Another day

Avec Kcuf Facts, Montpellier devient l’origine d’un groupe punk à l’ancienne. Le rock est féroce et sans concession. Le groupe chante en anglais ou en français: à chaque fois il a la rage. Il a l’envie de jouer entre potes. C’est toujours pour cela qu’il est assez attachant, ce punk qui veut échapper à toutes les modes, tous les courants.

Read More
Hallelujah anyhow
Oct18

Hallelujah anyhow

Il y a des disques qui ne veulent rien si ce n’est que vous soyez bien dans votre peau. Ce genre de disque n’est pas remboursé par la sécurité sociale mais devrait l’être. Une bouffée d’air frais américaine:un voyage pas cher et réussi Parce qu’il y a des musiciens qui ne cherchent qu’une chose: l’harmonie et la mélodie. Les membres de Hiss Golden Messenger semblent appeler par cette volonté. Leurs chansons sont gentilles. Elles ne sont pas lisses. Elles vous charment naturellement avec une humilité qui les ferait passer presque pour des bouseux de la Caroline du Nord! MC Taylor est à la tête de Hiss Golden Messenger: il est sur la pochette dessiné et pleine de fleurs. Clairement il n’a que des bonnes intentions. Il chante l’Amérique de John Mellencamp et semble être un lointain cousin des Jayhawks, première référence en country dite moderne ou contemporaine. Le groupe appartient au fameux genre de l’Americana. Il y a donc des rimes avec Gasoline et des histoires sur les petites gens de ce vaste pays, incroyable et fascinant. C’est un rock stéréotypé mais pas du tout désagréable. Taylor imite Dylan à la perfection et la musique ne veut que caresser nos oreilles avec des délicats arrangements électriques et un piano élégant. C’est de la musique écrite au bord des routes poussiéreuses, au milieu d’une nature imposante, peuplée de sentiments troubles et de beaux refrains mid tempo. Le groupe est très premier degré et c’est ce qui le sauve de la caricature. Il croit vraiment en ses chansons douces et graves à la fois. Ca sonne parfois un peu trop “radio pour la route 66”, mais l’ensemble ressemble à un travail bien fait et réalisé avec du coeur. On n’a rien pour une traversée de cette Amérique des campagnes, qui continue d’écouter Springsteen et Dylan. Mieux qu’un voyage touristique! Merge –...

Read More
Anarchy and alchemy
Oct15

Anarchy and alchemy

On continue de se souvenir de ce joyeux temps où Suede sexualisait la musique, où Pulp se moquait de ses contemporains, où Blur et Oasis se faisait la guerre, avec la sortie discrète du nouvel album de Echobelly, premier amour pour beaucoup de lads!

Read More
Kicking up the dust
Oct12

Kicking up the dust

Il n’y a pas que les Gallagher dans la vie. D’autres vestiges de la britpop des années 90 refont surface!

Read More
Something to tell you
Oct09

Something to tell you

Elles sont belles. Elles sont habillées et coiffées comme des mannequins. En plus elles chantent bien. Les soeurs Haim devraient plaire aux adolescentes comme à leurs papas… et même les mamans. On écoute la première chanson avec un peu d’inquiétude. Il y a bien de jolies voix féminines qui se répondent avec un sens du rythme assez séduisant. Mais on entend surtout des bidouillages un peu partout pour apporter toute la modernité qui plait aux radios du monde entier ou pour des publicités! Il faut dire que les filles de Haim ont tout pour plaire. Ce sont trois jolies soeurs qui jouent de tous les instruments. Une version californienne des charmantes The Corrs d’Irlande. Et en plus elles chantent parfaitement. Brillantes, elles poursuivent une tradition de chanteuses qui modernisent les vieilles traditions de la pop ensoleillée. Elles sont souvent comparées à Fletwood Mac, les Haim sont plutôt les héroïnes des nineties. Il faut donc ici entendre un mélange des années 90 et tous les tics de production de ces derniers mois. Parfois ca passe. Parfois ca casse. On veut bien tomber amoureux du trio mais pas à n’importe quel prix! De temps en temps, c’est de la bête chanson de stade. Et puis on est surpris par un raffinement ou une nuance que l’on doit uniquement aux soeurs. Evidemment si tu as un producteur ami de Madonna et Usher, il ne faut s’étonner que ca ne sonne pas comme dans un vieux disque de Johnny Cash. Mais finalement ce qui agace ici, c’est le potentiel de Danielle Sari, Este Arielle et Alana Mychal Haim. On devine de vraies qualités d’ecriture. Sur de la folk, elles seraient exceptionnelles. Sur de la pop bien standardisée, elles représentent une version un peu plus qualitatif des Spice Girls. On voit bien qu’elles lorgnent sur les idoles Taylor Swift ou Katie Perry. Elles devraient donc avoir un compte instagram, un compte twitter et d’autres réseaux sociaux. Le disque n’est plus qu’un accessoire et la musique, une excuse. Au début de leur carrière, on va leur laisser le bénéfice du doute mais on espère qu’elles trouveront rapidement un type qui leur veut vraiment du bien. Un artiste par exemple! Columbia –...

Read More
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.