• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

Le Roi Arthur – Jean-Philippe Bêche – Théâtre de l’Epée de Bois

Une légende arthurienne tout en énergie Mettre en scène la légende...

Solaris, Stanislas Lem, Théâtre de Belleville

Rémy Prin sollicite l’imagination du spectateur comme en écho à ce que vive les protagonistes. Avec peu de moyens, nous sommes transportés dans ce voyage scientifique qui se révèle être en « rêve » une exploration poétique intérieure.

Ich bin Charlotte, Doug Wright, Thierry Lopez

  Il est Charlotte, travesti traversant le nazisme et le communisme,...

JAN FABRE – Ma nation : l’imagination – Fondation MAEGHT

My only nation is imagination. Avec cette phrase qui ouvre...

Roukiata Ouedraogo, Je demande la route

1h30 d’humour, de finesse, de réflexion intelligente sur le monde

Le Maître et Marguerite, Mikhaïl Boulgakov, Igor Mendjisky, la Tempête

Le Maître et Marguerite réjouit et galvanise par son énergie, sa liberté, sa créativité et son humour.

Paroles gelées, Théâtre Gérard Philippe

Quel talent d’adaptation, quelle créativité, quel œil, quelle oreille, quelle liberté théâtrale !

Les Crapauds fous, Théâtre des Béliers parisiens

Le texte de la pièce et sa mise en scène de Melody Mourey sont très réussis avec le talent rare de manier l’humour dans le respect du contexte sombre.

Mon Lou, Guillaume Apollinaire, Christian Pageault, Lucernaire

  En 1914, le grand poète Guillaume Apollinaire fait la connaissance...

Première année

Thoms Lilti continue au fil de sa filmographie à sonder l’état de la médecine en France. C’est louable. Son film est énergique, plus adolescent que les autres efforts. Il se met à la hauteur des protagonistes! C’est peut être cette légèreté assumée qui fait que le film manque de consistance.

The land of steady habits

American Beauty! Le film a eu l’oscar du meilleur film à son époque et depuis toutes les familles sont devenues dysfonctionnelles. Celle dans The Land of Steady Habits ne va pas nous contredire

Enlevement

Des fous de dieu face à des aliens reproducteurs… voilà voilà

Sierra Burgess is a Loser

Récit iniatique assez classique, le film pulvérise l’état des gamins d’aujourd’hui, complètement largués au milieu des réseaux sociaux et de parents un peu trop égoistes pour les comprendre. On pense à évidemment à Hughes car au delà de choix eighties un peu chichiteux, c’est une romance assez clairvoyante.

Kin: le commencement

Un film plein de talents mais fait sans conviction. Ca commence à bien faire!

Nouvelle génération

Car lorsque l’on possède un robot rien que pour soi, au début, on ne pense qu’à se venger de ceux qui nous ennuient. Notre héroïne auxc cheveux violets va s’amuser puis comprendre que son ami synthétique est particulièrement convoité. Un dessin animé spectaculaire.

BLACKKKLANSMAN – J’AI INFILTRÉ LE KU KLUX KLAN

Grand prix du jury à Cannes!

Hotel Artemis

Un hotel futuriste avec des tonnes d’acteurs dedans. Bizarre vous avez dit bizarre?

Extinction

Lizzy Caplan à un regard incroyable. C’est la seule chose sublime dans cette série B sans prétention mais pas dingue non plus!

How it Ends

Le film réalisé par Roland Emmerich: cela aurait donné des villes détruites, un toutou sauvé, une morale américaine et des effets spéciaux incroyables. Réalisé par un quasi inconnu, How it ends filtre tous les gros rebondissements pour les remplacer par un road movie pépére. Etrange résultat!

Infestation

Délire arachnéen, le second opus des petites araignées voraces est supérieur au premier. Evidemment on attend le troisième avec impatience.

Eclosion et Comment j’ai fait cent films sans perdre un centime

Des araignées se déversent dans les rues des grandes capitales… Voilà un scénario qui ferait briller l’imagination de Roger Corman, qui se raconte dans une bio riche et dense!

Le jeu de la défense, André Buffard, éditions Plon

je l’ai littéralement dévoré, ce Jeu de la défense. Plus de 400 pages et combien d’heures à m’y plonger…

Arrête avec tes mensonges, Philippe Besson, éditions 10/18

Ils sont rares, ces écrivains français qui parlent d’eux-mêmes sans prétention. Ils sont rares et c’est d’autant plus appréciable. Besson a l’art de nous faire douter. Est-ce tout à fait lui ? Ou est-ce un autre ? L’emploi de la première personne du singulier brouille les pistes. L’utilisation des descriptions physiques (très) proches de son apparence laisse perplexe.

« LES TONDUES », Perrine LE QUERREC, Jacques CAUDA

« Nous sommes métisses / Nous sommes l’épouvante et la puissance / L’utopie et la faille / L’inégalité flagrante vivante souffrante vibrante rayonnante / Nous sommes une bouche le langage – des seins un cœur- des bras l’étreinte – des cuisses la force – des yeux la perception – deux cerveaux l’intelligence – un sexe la vie / Une chevelure / Une femme. »

La femme au serpent, Claude Izner, éditions 10/18

Lorsque Laurence et Liliane, les deux sœurs qui se cachent sous le pseudonyme de Claude Izner, ont décidé de mettre fin aux aventures du libraire Victor Legris, nul doute que leurs lecteurs ont été déçus. Euphrosine, Joseph, Tasha et les autres allaient nous manquer.

Transport

Yves Flank a une écriture si évocatrice qu’il nous fait autant entrer dans la nature la plus charnelle qui soit que dans la recréation d’un certain Paris des années 1940. Il y a notamment un passage sur les cours des immeubles où se concentre la vie en commun, les chanteurs qui viennent pousser leur mélopée. Il y a aussi un personnage de concierge qui fait froid dans le dos.

Robopocalypse

Aujourd’hui il pleut. Il nous semble loin le temps où l’on...

Les vacanciers, Emma Straub, éditions 10/18

Pour la plupart d’entre vous, les vacances sont finies et bien finies. Voici un livre qui vous en rappellera certaines sensations. La chaleur, l’eau, les repas entre amis qui traînent, les apéritifs sur la terrasse à n’en plus finir. Les retrouvailles, chaleureuses ou distantes.

Les fils d’Odin, Harald Gilbers, éditions 10/18

Le style d’Harald Gilbers est fluide, les descriptions si subtiles et précises qu’on vit littéralement ce récit. Les abris anti-aériens paraissent réels : escaliers, odeurs de terre, odeurs de peur, le temps qui passe si lentement.

At Weddings

Venue de Louisville, Tomberlin se sert du folk pour sortir ses tripes, ses doutes et de temps en temps ses joies. Les réverbérations de sa guitare sont liées à ses états d’âme. C’est simple. C’est surtout très beau. Très doux. Très touchant.

The joy of living

Elle laboure les terres des traditions. Il y a tout pour se croire au fin fond des ancestrales chansons britanniques, avec tous les instruments et surtout la voix. Heureusement il y a une toute petite chose qui fait la différence: l’inspiration.

Lamp Lit Rose

Cependant Dirty Projectors assume sa place particulière dans le rock indépendant, presque que avant gardiste! Blue Bird rappelle une pop proche des Beatles. I found it in U est une intrusion amusante dans le garage rock. On remercie le groupe d’avoir abandonné tous les tics de l’electro actuel.

Image au mur

Ca, les autres le font aussi. Mais Grand Blanc donne l’impression d’être totalement libre. On adore le coté punk de Belleville et l’aspect sophistiqué de Los Angeles, la chanson qui suit. On est sensible aux échanges vocaux, masculins et féminins, simples ou tout en échos sixties. Il y a de la science dans ce quatuor

High Water 1

Le premier album était une mise en jambe. La réunion des anciens Black Crowes ne décoit pas mais ne soulève pas l’enthousiasme non plus.

Raw Silk Uncut Wood

De l’electro libre, avec des bidouillages minimalistes mais un coeur gros comme ca!

10 ans plus tarés

Cela dix ans qu’ils font les clowns derrière leurs instruments. Ils sont marrants et le prouvent en reprenant ici Elmer food beat, Gainsbourg ou Pharrel Williams. Les gouts sont éclectiques mais l’expression est un bon vieux punk des familles: puissant, carré et stimulant!

Supergiant

Supergiant. Il faut un certain culot ou une grande candeur pour oser titrer son premier disque ainsi. Mais le groupe de Los Angeles a des qualités évidentes pour planer au dessus de la planète rock!

Sainte Victoire

Son premier disque est assez séduisant: il est vrai qu’en une seule écoute, on a déjà l’impression de connaitre les titres (pour la chanson La Baie, c’est normal, elle pique tout mais avec classe à Metronomy). C’est déjà un exploit. Elle est originale mais familière.

Walk between worlds

Bref, le groupe se la jouait nostalgique avec un album acoustique l’année dernière et les revoilà avec Walk Between Worlds et de toutes nouvelles chansons qui font des refrains pour les stades et des envolées lyriques que l’on n’entendait plus.

Ma Champion’s League est bien détendue du stream !

Cette semaine parlons foot ! et oui ENFIN revoilà la Ligue des Champions,...

13 raisons de regarder 13 Reasons Why

Oui bon ça va hein rhooo, ok j’aurai pu creuser un chouilla plus pour le...

Vendez votre voiture.fr, l’actor studio is back

Et oui, je suis de retour, bronzé comme jamais, sapé comme jamais, moi le Maitre Gims de la chronique TV, que dis-je le savoureux mélange de Booba et de Kaaris mais le tout en beaucoup moins black et moins musclé, quoique, si si, et beaucoup plus dans la plume, plume plume (c’est pour aller avec le si si) !

Una Casa del Papel por favor

La question est pourquoi ? Et bien figurez-vous que j’ai la réponse ma brave dame, et oui ! Ahahahahaha, oui j’ai réponse à tout, et vlan dans les dents.

DOG TV : la télé avec du poil et de la queue !

Petit, dans les 80’s, et oui, j’ai connu les 45 tours, le minitel, la...

Paralympiques, les 10 épreuves les plus folles !

Ah bah voilà, ça y est, on va encore crier au loup avec cette chronique,...

Dora l’exploratrice a 18 ans…l’interview exclusive

Mais où était donc passée Dora l’exploratrice, les années passent, on...

Dulcolax, pub au vent

Aujourd’hui parlons bide coincé parlons ça fait trois jours ça commence à m’inquiéter parlons bibelot sur l’étagère des toilettes du rez-de-chaussée à fixer yeux dans les yeux, parlons amour, enfin presque !

Pyoooooongyaaaang, ton décaaalaaage impitoyaaabllleeeee

Aujourd’hui au programme diction, écriture et géographie !

De pluie, de Nutella et donc de crue

Ah bah ça ! Comme si les morts de Johnny et de France Gall ne suffisaient...

Recent Reviews From All Categories

JE SUIS CHARLIE

http://www.charliehebdo.fr/

Vu à la télé !

advertisement
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.