• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

My Ladies Rock – Jean-Claude Gallotta – Théâtre du Rond-Point

“La femme est le présent de l’homme” My Ladies Rock est un...

Songes d’un illusionniste – Rémi Larrousse – Théâtre du Lucernaire

Quand la logique du réel vient rejoindre les rêves…...

La fresque, Angelin Preljocaj, Chaillot

Une bulle poétique, langoureuse et dynamique à la fois.

Actrices, Pascal Rambert, Marina Hands, Bouffes du Nord

“Actrice”, une pièce comme une déclaration d’amour aux acteurs, à leur gloire et à leur fragilité.

Eugénie Grandet, Balzac, La Guillonnière, Théâtre Montansier

  Par le passé, Eugénie Grandet m’a déjà plu deux fois. La...

Les Autres – Jean-Claude Grumberg – Jean-Louis Benoit – Théâtre l’Épée de Bois

L’hyperréalisme comme alerte Michu, Les Vacances, Rixe, La Vocation sont...

Sulki et Sulku, Jean-Michel Ribes, Rond-Point

  L’immense Jean-Michel Ribes est de retour, à travers les...

Bella Figura, Yasmina Reza, Emmanuelle Devos, Rond Point

  En ce soir de novembre, il aura fallu attendre quelques longues et...

Mon amour fou, Elsa Granat, Théâtre de la cité internationale

La comédienne nous raconte l’histoire folle qu’elle a vécue pendant huit années durant avec un bipolaire. C’est une histoire rythmée de souvenirs hallucinés et d’épisodes trépidants.

Cendrillon, Karine Tabet, Compagnie Nomadesques

Après les succès du Loup est revenu, Le Chat Botté et Tout Molière… ou presque !, la compagnie Les Nomadesques revisite aujourd’hui le célèbre conte de Perrault.

Le Portrait interdit

Il y a l’élégance. Du début à la fin. Mais il n’y a jamais vraiment l’opposition pourtant proposé par le sujet entre l’Asie et l’Occident. Entre l’émotion et le sentiment. Entre la femme et l’homme. C’est tellement retenu que parfois, il faut l’avouer, il ne se passe plus grand chose.

the bad batch

Et puis le survival devient autre chose. Une espèce de déambulation romantique dans une monde de brûtes. La réalisatrice nous fait plonger dans l’horreur avant de nous tirer vers le haut! Vers quelque chose de plus éthéré. de plus délicat. La belle victime n’est pas qu’une blonde bornée. Le gros costaud n’est pas qu’un vilain carnivore.

Les heures sombres

Il faut bien des comédiens exceptionnels pour faire face à un Gary Oldman, qui dépasse l’imitation de l’homme politique. On oublie le maquillage et on devine les failles de cette légende de la politique anglaise à travers une interprétation pleine de truculence.

Bright

Netflix propose son premier blockbuster. Un nanar qui ne démérite pas en fait!

Jumanji, bienvenue dans la jungle

JUMANJI EN MODE 2.0

Le grand jeu

JESSICA CHASTAIN VOUS INVITE A SA TABLE POUR LE DEBUT D ANNEE. COMMENT REFUSER L INVITATION?

Happy Birthdead

ON A VU PAS MAL DE TRES BONS FILMS D’HORREUR MAIS FINALEMENT TRES PEU DANS CE SOUS GENRE ET SURTOUT SOUS CET ANGLE. EN BREF HEIN, LE FILM A TOUT POUR PLAIRE, AVEC UNE VRAIE IDEE ET DES JUMP SCARE CLASSIQUES BIEN PLACÉS QUI ONT BIEN FAIT LEUR EFFETS.

Battle of the sexes

Heureusement il y a Steve Carell qui s’amuse comme un petit fou et Emma Stone qui joue la combattante avec une conviction rare. Les deux composent un duo impeccable. Cela sauve totalement le film et c’est l’intérêt essentiel du film. Leur jeu est vraiment jubilatoire. C’est l’attraction de Battle of the Sexes

Santa & Cie

UN PERE NOEL VERT QUI DEBARQUE AVEC SES RENNES, CA RESSEMBLE PLUS A UN GARS QUI SE FAIT PASSER POUR UN SDF, HABILLÉ EN PERE NOEL. EN BREF, CA PASSE PAS INAPERÇU ET C’EST LA QUE LES DIALOGUES ET L’ABSURDE DE CHABAT ENTRENT EN ACTION.

Star Wars les derniers Jedi

Rian Johnson aime l’humour. Il y en a pas mal dans ce nouveau volet. Le cinéaste pousse le style vers la tragédie shakespearienne, avec des puissantes idées de mise en scène (ca ressemble à du Branagh de temps en temps), des pauses drôles et des héros qui souffrent d’un passé trop imposant. C’est la ligne directrice de la carrière de Rian Johnson et il réussit à attirer Star Wars vers son univers.

« LES TONDUES », Perrine LE QUERREC, Jacques CAUDA

« Nous sommes métisses / Nous sommes l’épouvante et la puissance / L’utopie et la faille / L’inégalité flagrante vivante souffrante vibrante rayonnante / Nous sommes une bouche le langage – des seins un cœur- des bras l’étreinte – des cuisses la force – des yeux la perception – deux cerveaux l’intelligence – un sexe la vie / Une chevelure / Une femme. »

La femme au serpent, Claude Izner, éditions 10/18

Lorsque Laurence et Liliane, les deux sœurs qui se cachent sous le pseudonyme de Claude Izner, ont décidé de mettre fin aux aventures du libraire Victor Legris, nul doute que leurs lecteurs ont été déçus. Euphrosine, Joseph, Tasha et les autres allaient nous manquer.

Transport

Yves Flank a une écriture si évocatrice qu’il nous fait autant entrer dans la nature la plus charnelle qui soit que dans la recréation d’un certain Paris des années 1940. Il y a notamment un passage sur les cours des immeubles où se concentre la vie en commun, les chanteurs qui viennent pousser leur mélopée. Il y a aussi un personnage de concierge qui fait froid dans le dos.

Robopocalypse

Aujourd’hui il pleut. Il nous semble loin le temps où l’on...

Les vacanciers, Emma Straub, éditions 10/18

Pour la plupart d’entre vous, les vacances sont finies et bien finies. Voici un livre qui vous en rappellera certaines sensations. La chaleur, l’eau, les repas entre amis qui traînent, les apéritifs sur la terrasse à n’en plus finir. Les retrouvailles, chaleureuses ou distantes.

Les fils d’Odin, Harald Gilbers, éditions 10/18

Le style d’Harald Gilbers est fluide, les descriptions si subtiles et précises qu’on vit littéralement ce récit. Les abris anti-aériens paraissent réels : escaliers, odeurs de terre, odeurs de peur, le temps qui passe si lentement.

Derrière la porte, Sarah Waters

Sexe, mensonge et meurtre. Le dernier livre de Sarah Waters nous plonge dans une histoire impossible à lâcher où la tension est palpable de la première à la dernière page.

Ma vie, Lyn Hejinian,  Les presses du réel

Ici le langage est agité, le désordre d’une vie organisé selon une partition musicale expérimentale. En cadence.

Sélection BD: le plein d’actu

C’est pourquoi la bédé s’est intéressée de plus en plus à des sujets d’actualité. Il y a même des bédés qui traduisent l’actualité. Un autre support pour voir les choses autrement. Cela fait du bien. Car la lecture appelle du temps et de la compréhension. Une volonté particulière. Avec des petites bulles et des petits personnages, c’est toujours mieux !

Selection BD: les idées noires

Cette semaine, on fait la tronche. On vient encore de se souvenir du 11 septembre, on a encore évité des attentats, on a revu la tronche des aigris de tout poil nous expliquer leur programme politique. Bref, faisons la gueule! Des lectures peuvent nous aider pour cela!

Nothing feels natural

Venu de Washington DC, Priests est encore un (demi) groupe de filles qui veulent faire la révolution. Franchement, chouette alors car elles amènent quelque chose de nouveau et un souffle féminin ce qui ne veut pas dire rose bonbon et niaiseux. Katie Alice Greer est une sacrée hurleuse. En deux chansons on tombe amoureux d’elle.

L.A. Witch

Il y a quelque chose de religieux et de sauvage dans LA Witch, sorcières envoutantes et vintage. L’attitude est bonne, tout comme les morceaux de ce premier disque qui ne nous embarquent pas dans une Californie ensoleillée mais dans son inconscient insoumis.

Dos Tios

C’est donc en vieux loup que Tio Manuel rode désormais dans les prairies, les déserts et tous les décors du cinéma américain. C’est une sorte de caméléon, très à l’aise avec le trésor musical américain. Il descend même dans le sud car il y a une touche latine qui fait toute la différence.

Songs of praise

Ils aiment les années 80; cela s’entend mais il est vrai qu’ils empruntent à beaucoup d’illustres ainés sans en avoir l’air. On est époustouflé par le souffle puissant et bien chargé de Steen qui pourrait être un membre de la famille Gallagher: un working class hero dans toute sa splendeur. Shame pourrait avoir toutes les qualités sonores et mythologiques pour être le premier groupe post Brexit pur et dur.

Wake up Now

Heureusement Mulvey est novice et on veut bien se faire avoir par ses chansons riches effectivement des sons d’ailleurs. Il y a bien cette guitare sèche qu’il partage avec Jack Johnson et tous ces doux illuminés du rock qui veulent un monde meilleur. Il y a bien plus dans ce second effort!

The Visitor

Neil Young est prolixe. Les albums se mutliplient. La création habite le vieux Canadien, malheureux dans l’Amérique de Trump. Un peu de retenue ferait peut être du bien à la qualité de ses nouvelles oeuvres.

On air

Juste avant Noel, il ne faut pas s’étonner de cette idée plus lucrative que commerciale. Les dollars sont très importants pour les papys du rock. Ca fait longtemps qu’ils roulent pour cela. On n’arrive même plus à leur en vouloir tellement les rides vont bien à Jagger et compagnie. D’ailleurs On air est une bonne idée!

Dead Cross

La rythmique speede à fond. Les guitares tronconnent. On n’est pas loin du trash metal. Si vos oreilles sont chastes ne vous approchez pas de ces dix compositions fortes et rapides. Ce n’est pas loin d’être bourrin mais l’influence du chanteur sauve le disque des stéréotypes.

Songs of Experience

Rois des stades, Bono et sa bande ne sont plus vraiment dans notre Monde. Bizarrement avec cet album U2 essaie de revenir sur Terre. Une bonne idée?

Baby Driver

Le héros de Baby Driver entame des courses poursuites avec la police uniquement en écoutant de la musique. Toute sa vie est régie par la musique. Il danse sa vie. Et le choix des musiques est absolument royal. Wright a une ouverture d’esprit incroyable.

Coincoin bless you ou la vie Trump

” après ta belle-mère qu’est-ce que tu détestes le plus, les mexicains ? ok, va pour les mettre derrière un mur”

Chaines info…le stagiaire du jour de l’an

Ahhhh ça oui, il est des vies que l’on ne peut envier, celle d’un SDF...

2017, tagada pouet pouet

Ah bah voilà ça y est, l’année se termine, encore une de bouclée, moi...

Après ton black Friday, c’était comment ton Thanks Giving ?

  Hi guys ! Alors comme ça on aime s’américaniser mes ptits...

Le meilleur relooking de quiche et bienvenue dans mon slip !

Oui ! O grand oui, tout le monde peut désormais avoir sa chance de passer...

Higgins is dead, nos 80’s sont sur la Selleck

J’étais parti mais alors franchement lancé, comme un dératé à six...

6 mois après, présidentielles, que sont-ils devenus ?

Nous nous sommes procurés un extrait des mémoires de campagne de Jean LASSALLE : « Grum poulou lououo lou plum plum voilà krinuf krinuf ploum ploum rhuuuuu errrrrr combadriote et errrrrr combadriote, euhhhhhh ummm a soif ummmm que errrr combadriote ». Déchirant de vérité.

10 bonnes raisons de participer à Koh-lanta

Séquestré par des adoratrices de mon corps et de ma plume depuis plus de...

Hugh Hefner, bye bye Monsieur Lapin

Ce matin, un cancer a tué un lapin, oui, c’était un lapin qui, c’était un lapin qui, ce matin, un cancer a tué un lapin, c’était un lapin qui, aimait le zizi !

Anne-Sophie Lapix nue !!!

il va nous la mettre à oilp la Anne-Sophie, vas-y qu’on va tomber dans du Jackie et Michel made in service public

Recent Reviews From All Categories

JE SUIS CHARLIE

http://www.charliehebdo.fr/

Vu à la télé !

advertisement
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.