The answer
Nov28

The answer

Il a gouté à la potion magique et il ne s’en remet pas: Franck Carducci est un passionné qui s’applique dans un genre désuet mais toujours vivace: le prog rock

Read More
La reine des neiges 2
Nov27

La reine des neiges 2

OUI C’EST VRAIMENT LE HAUT DE L’ICEBERG, MAIS IL FAUT BIEN ME MOTIVER NON ? LOL ! ET JE REVIENS DE LOIN, PARCE QUE LE PREMIER VOLET ÉTAIT LOIN LOIN LOIN DE ME CONVAINCRE,

Read More
La fievre Golby
Nov25

La fievre Golby

Botibol est le projet songwriting du très indépendant Bordelais, Vincent Bestaven. En anglais il a toujours su construire de belles chansons qui se veulent humbles mais en même temps très modernes dans leurs arrangements.

Read More
The Southern ground sessions
Nov22

The Southern ground sessions

Mon dieu, les jours ont rétréci. La pensée aussi. La déprime nous guette. Je n’ai pas commencé la cure de jus d’orange pressé. Heureusement dans mon petit lecteur, il traine toujours ce petit disque acoustique et moustachu qui fait du bien au moral!

Read More
Doctor Sleep
Nov20

Doctor Sleep

NOUS VOILA DONC PRESQUE 40 ANS APRÈS “SHINNING” DANS CETTE SUITE ÉCRITE UNE NOUVELLE FOIS PAR SIR STEPHEN KING. DANNY TORRANCE S’EST CONSTRUIT TANT BIEN QUE MAL, MALGRÉ LE TRAUMATISME, DE CETTE NUIT OÙ SON PÈRE JACK A TENTÉ DE LE TUER DANS LE LABYRINTHE DE L’OVERLOOK HÔTEL.

Read More
Little Joe
Nov20

Little Joe

De la science fiction à la sauce autrichienne… glacant! Jessica Hausner, réalisatrice de Little Joe, est une ancienne assistante de ce bon vieux rigolo de Michael Haneke. Comme lui, la rigolade ca n’existe pas et la dépression est bien souvent au bout du métrage. Ca ne loupe avec son premier film en anglais, Little Joe où la fable dépeint une humanité qui perd son coeur, son ame et ses sentiments alors qu’elle recherche la perfection. Alice est donc une scientifique qui tente de mettre en point la fleur qui rend heureuse. Elle s’acharne à faire joujou avec l’essence des fleurs, leurs compositions, leur nature même. Et c’est ainsi que naquit Little Joe, drôle de fleur rose qui déploie beaucoup de pollen. Alice croit en sa création mais comme le docteur Frankenstein, elle ferait bien de se méfier. Nous sommes pas dans le monde gothique de Mary Shelley. On est plutôt dans une clinique qui ressemblerait presque à une prison. Alice ne sortirait que pour voir un fils qui semble se détacher de plus en plus d’elle. En réalité, sa plante serait pas si inoffensive que cela. Mais on vous laisse la surprise. Car le film est très étrange. Il se détache totalement du récit. La cinéaste ose un recul absolu avec son histoire et ses personnages. De véritables pantins. Pourtant l’actrice a obtenu le prix d’interprétation au dernier festival de Cannes. Emily Beecham ne montre aucune émotion durant la première partie. Lorsqu’elle lache une petite tension d’inquiétude, cela fait son effet. Comme Haneke, Jessica Hausner joue la sécheresse pour nous mettre en face d’une réalité absolue. C’est ce qui rend l’ensemble réellement flippant. L’artifice est appuyé mais cela presse sur une vérité… d’une tristesse abyssale. Tout en longueur, jouant sur les costumes, réduisant les séquences à des travellings lourds de sens, Little Joe est un objet hors du commun, pas évident à appréhender et qui prendra du temps à évaluer… plus une expérience qu’un film. Avec Emily Beecham, Ben Wishaw, Kerry Fox et David Wilmot – Dire – 13 novembre...

Read More
Dolemite is my name
Nov20

Dolemite is my name

On avait bel et oublié que l’acteur du Flic de Beverly Hills était un comédien. Il était devenu une star. Un concept. Un gros has been. Le reflet avec son personnage est totalement évident.

Read More
Of the sun
Nov19

Of the sun

On devine bien les usines, le spleen, l’aliénation, le désespoir mais on entend surtout une énergie folle. La basse tabasse mais le reste des instruments veut rassurer.

Read More
Spirou a Berlin
Nov17

Spirou a Berlin

Spirou célèbre à sa manière les 30 ans de la chute du Mur. Fracassant

Read More
Radum Calls, Radum Calls
Nov16

Radum Calls, Radum Calls

Retour du leader des High Llamas pour un album solo, très pop et toujours aussi singulier.Il y a peu, nous vous parlions du très vintage disque Kino Music et cet hommage élégant aux sons rétros du cinéma des années 70. La pop, à l’époque se mélangeait avec volupté avec les musiques de films!On ne va pas continuer de regarder dans le rétroviseur mais on va tout de même vous proposer de jeter une oreille sur le disque du revenant Sean O-Hagan. Ce dernier fut la tête pensante des High Llamas, secret le mieux gardé de la pop britannique.Dans les années 90, O’Hagan et ses potes se sont mis en tête de prolonger l’oeuvre brillante et torturée des Beach Boys. Avec tous les débordements instrumentaux que l’on connait et les fantaisies les plus pures. O’Hagan était l’un des rares à ne pas être un simple ersatz de la fraterie californienne. Un digne descendant.Le groupe a depuis 2007 mis un peu la sourdine avec des albums trop discrets mais on a souvent entendu l’esprit bouillonant de Sean O’Hagan, qui ose toutes les harmonies et tous les arrangements.Cela s’entend encore plus sur son disque solo qui répertorie toute la classe d’un Brian Wilson, l’esprit loufoque d’un Randy Newman et les soude à l’esprit enchanteur d’un Robert Wyatt. Des noms prestigieux pour un géant de l’écriture qui s’adapte à ses moyens. O’Hagan a effectivement ce style foudroyant qui jongle avec des instruments à cordes, des refrains à la fausse candeur réjouissante et des structures totalement libres. C’est baroque mais l’enthousiasme emporte tout sur son passage. Une nouvelle fois, O’Hagan et ses chansons offrent une sorte de trésor bien caché dans l’actualité mais d’une richesse évidente! Drag City –...

Read More
Kino Music
Nov13

Kino Music

C’est en tout cas ce qui a marqué le musicien Pierre Daven Keller qui rend ici un hommage plus que vibrant à ce style élégant : c’est un hommage vivant! Un régal pour les amateurs d’arrangements soyeux et kitsch!

Read More
American son
Nov13

American son

Un fils a disparu… et va fait toute une histoire!

Read More
Malefique le pouvoir du mal
Nov13

Malefique le pouvoir du mal

LE DÉBUT DU FILM EST UN PEU MALADROIT, GENTILLET ET CONVENU. DISNEY RENOUE AVEC LES ORIGINES DE SON CONTE, DU CÔTÉ D’AURORE ET ON PREND VITE PEUR QUE LE FILM NE TOURNE A LA MIEVRERIE GÉNÉRALISÉE, MAIS ON SAIT AUSSI CE QUE L’ON VA VOIR.

Read More
Shaun le mouton la ferme contre attaque
Nov13

Shaun le mouton la ferme contre attaque

Techniquement, c’est charmant mais surtout cela donne du corps à des situations drôles et absurdes. Et finalement touchantes. C’est aussi cela magie de l’animation: cette émotion naissante sur des artifices flagrants.

Read More
Midway
Nov13

Midway

a redondante marvelisation des films hollywoodiens, le retour de Roland Emmerich est presque une très bonne nouvelle. Les temps sont durs.

Read More
Colorado
Nov10

Colorado

Neil Young retrouve ses copains d’antan et nous offre un disque à l’ancienne! Chouette alors

Read More
Le roi des ruines
Nov08

Le roi des ruines

Les paroles de son disque ne sont pas confortables. La joie noire qui ouvre l’album est effectivement une belle engueulade de sa part. Il pourrait nous coller une bonne claque avec une chanson en colère.

Read More
The talkies
Nov07

The talkies

Girl Band rogne sur le rock. Les chansons vont se suivre et nous mettre dans un état peu confortable. C’est un groupe qui ronge les riffs et les paroles affolés d’un chanteur qui ne semble pas très bien dans sa peau.

Read More
I shouldn’t telling you this
Nov06

I shouldn’t telling you this

L’ego du comédien ne semble pas exister. Il laisse sa place à des chanteuses de rock et surtout un orchestre assez spectaculaire. On se croirait à Broadway.

Read More
Tchernobyl
Nov06

Tchernobyl

L’épouvante se trouve à tous les étages. Dans les faits. Dans les mentalités. Dans les rapports humains. Sombre, la série nous plonge effectivement, comme le dit un cadre dans “l’endroit le plus dangereux de la planète”.

Read More