La fievre Golby

En matière de folk moderne, ce bordelais est un bon cru. Mais hélas, on peut toujours lui reprocher une trop grande humilité!

Ce qu’on aime chez Botibol c’est d’abord ses pochettes. Le garçon a du gout! Depuis 2011, il nous fait plaisir avec des jolis dessins artistiques, simples, délicats et beaux. Pour le plaisir des yeux donc; heureusement les oreilles vont avoir de la joie aussi!

Botibol est le projet songwriting du très indépendant Bordelais, Vincent Bestaven. En anglais il a toujours su construire de belles chansons qui se veulent humbles mais en même temps très modernes dans leurs arrangements.

On retrouve donc son apparente nonchalance avec une voix qui glisse un peu comme celle de Leonard Cohen. Pas mal la référence. Le minimalisme n’est qu’apparent chez Botibol.

Il a l’air de prendre son temps. Pourtant comme dans ses deux disques précédents, les légèretés sont trompeuses. Le musicien fabrique vraiment des petites ritournelles qui révèlent doucement leur complexité et le plaisir que l’on peut prendre à les découvrir.

Parce qu’il y a toujours un peu de retenue chez Batibol. On devine parfois le très grand disque mais sa discrétion, qui l’honore, finit un peu par retenir l’énergie qui semble habiter l’artiste.

Il ne faut pas bouder son bonheur: les titres s’enchainent avec une vénéneuse enve de surprendre, tout en politesse. C’est charmant. Mais ca ne vous donnera peut être pas la fièvre!



Haiku records – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.