Vendez votre voiture.fr, l’actor studio is back

Et oui, je suis de retour, bronzé comme jamais, sapé comme jamais, moi le Maitre Gims de la chronique TV, que dis-je le savoureux mélange de Booba et de Kaaris mais le tout en beaucoup moins black et moins musclé, quoique, si si, et beaucoup plus dans la plume, plume plume (c’est pour aller avec le si si) !

 

 


 

Vous m’avez manqué, je vous ai manqué, oui non, bon bref on s’en fout, en tous cas je suis là donc autant lire, et moi autant écrire.

Deuxième fois champions du monde de foot, 34ème fois champion de rien du tout sur le Tour de France, plus de trente ans après le début des années 80, le tout avec la mort de Johnny dans l’intervalle, à l’heure où le péquin moyen look tout plus sur un truc qui smart ou qui phone que sur une télé ou un écran de ciné, ou encore qui fornite plus que ce qu’il nique, nous nous pensions à l’abri de revoir sur un écran de type télévisuel des pubs qui ont fait les beaux jours des cinémas de province ou alimentaient en son temps les plages de coupures pubs dites « à pas cher » à la télé, à savoir entre 5 et 6h du mat ou le soir très très tard sur des chaînes logées entre la 160ème et la 325ème place sur un bouquet presque feu satellite, que seul un malencontreux passage de patte de chat appuyant d’un coup sur le 1 le 6 et le 0 (pas simple mais jouable) sur une zapette savamment laissée sur un canapé pouvait nous donner l’opportunité fortuite de voir.

Lesdites pubs avaient pour particularité de sentir le y’a pas de budget y’a pas d’idées mais puisque le patron de la boutique a dit qu’on faisait bah on fait. La recette était éculée mais magique, un petit fond vert, la fille du daf de la boite qu’a fait théâtre au lycée comme actrice, un spot de 10 secondes au lieu de trente, un slogan avec en veux-tu bah en voilà du « Des professionnels à votre service » ou du « Nous sommes là pour vous servir » et du « depuis 1937 » (gage d’avoir passé la guerre malgré le lancement de la boîte juste avant l’invasion d’Hitler et ses copains), et hop un suppo spot et au lit.

Arrivée d’internet oblige, concept du buzz émergeant, trouille des réseaux sociaux avec risque d’acharnement facile à grande louchée de « MDDRRRRRR c koi 7 pub de meerrrdddeeeeee » ou encore flagornerie mal à propos sur le boule de la fameuse fille du daf, Elise Lucet ou Zone Interdite jamais très loin pour aller fouiner à grand coup de vérification entre le slogan ou la promesse client annoncée et la vérité de la vérité au sein de la boite, il n’empêche que toutes les boîtes habituées desdites pubs à pas cher avaient préféré se réfugier dans du dépliant, dans du prospectus ou du référencement bien placé sur du pages jaunes en mode digital. Au moins, Elise n’ira pas fouiner et la fille du daf n’y sera pas exposée en photo juste en-dessous de la map qui te dit que la boite se situe entre le Midas et le Norauto de la ZAC des peupliers !

Oui mais voilà, se croire à l’abri dans ce bas monde de tout retour revival pleine poire y compris pour les pubs, et penser que la fille du daf a dit son dernier mot, foutue génération z toujours avide de ¼ d’heure de gloire, c’est un peu comme penser que oui, un jour, le conflit israélo-palestinien sera résorbé pour de bon ou que ma belle-mère me fera un compliment. Ça confine à la douce utopie, et après tout on s’habitue.

Alors, voilà, un matin de début d’été dans un hôtel mi-luxe mi-quand même ils se font pas chier niveau prix sur le room service, caleçon boxer de nuit pour simple vêtement, le corps encore endolori par une position de type panda au niveau du coup, j’allumais ma télé, comme un réflexe primaire de voir de visu dans une matinale newsroom ce que je venais de lire sur mon phone 3 minutes avant.

Et là, patatra, ma tasse de café chavire, ma couille gauche tangue, mes yeux mon être mon corps frissonnent et même ma couille droite finie par tanguer elle aussi (ce qui de fait équilibre le tout) ; je venais de voir pour la 1ère fois depuis 25 ans, une pub à pas cher dans toute sa splendeur.

Oui, merci VendezVotrevoiture.fr ! En 15 secondes, quatre cinq six peut être douze acteurs que sais-je, valant mille filles du daf de la boite se succèdent en mode actor studio, école américaine, plus vingtième siècle renard mon ami que Fox twenty century, pas coiffés pas maquillés habillés par Emmaüs chic and style, pas de répet’ avant on s’en cogne vas-y lance la cam Jean-Pierre, l’œil mi-clos façon j’ai pété la gueule à la bouteille d’alcool de myrtille à papy dans la nuit comment ça on tourne à 8h30, c’est quoi le texte hein juste le nom du site ok, sinon j’fais quoi hein tu sais pas bon bah un dab ça te va, ok alors va pour un dab mais à ma façon on s’en claque personne verra, sinon ça serait bien qu’un vendeur mécano vienne me serrer la paluche histoire de faire genre j’suis client en live pendant la pub, bah tiens ça tombe bien j’te présente Pablo, serre lui la patte, l’est mi-vendeur mi-mécano et en plus il a le polo avec le logo et tout, bordel c’est magique, on fait combien de prises, bah une suffira, merci au revoir, allez hop, diffuse !

OOOO grand dieu comme soudainement ma vie a basculé, comment oui comment, autant de génie, de la boîte aux acteurs en passant par l’agence de pub sans oublier Pablo le vendeur mécano, autant de talents, autant de précisions dans les gestes les mots le fond la forme l’envie d’aimer, l’envie d’avoir enviiiieeeeeeeee, qu’on me donne l’envieeeeee, i’m a scatttttmmmaaaaannnnnnn !!!!

J’ai fini mon café, pris une douche, j’ai éteint la télé, et me revoilà.

J’vous embrasse,

Auteur: Romestebanr

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.