Morning Dancer

Drole de chanteur que ce Matthew accompagné des Atlas. Une pop post moderne, étrange et parfois hypnotisante.

Le souci avec ce genre d’artiste c’est que l’on doute rapidement de la sincérité. C’est trop bien pour être vrai. Morning Dancer est une disque qui a dû murir des années pour sortir avec autant de qualités. Matt Hegarty, James Drohan, Tommy Heap, Alex Roberts & Emma Gatrill sont des génies méconnues qu’il faut vite découvrir! Ce n’est pas possible autrement.

On ne sait pas si c’est du lard ou du cochont. L’Angleterre a l’habitude de nous sortir des nouvelles sensations toutes les semaines. Mais celui ci a tout de même cette capacité à se rappeler à nous. La voix de Matthew Hegarty est vraiment étrange. Pas le charisme du chanteur d’Elbow, mais pas loin! Le niveau est très haut. Et inhabituel.

Parce que les musiciens ont une façon bien à eux de pratiquer la musique. L’exercice n’est pas d’impressionner mais d’accompagner. L’osmose que cette petit équipe bien discrète renvoie dans ses chansons est une découverte rassurante: le rock n’est pas qu’une histoire de muscles. La sensibilité se confond avec le raffinement.

On se sent familier avec eux. La maitrise nous pousse à s’ouvrir à une musique assez folk finalement. On retrouve presque les vertus de la lenteur, notions désormais obligatoires pour survivre dans notre petit monde moderne et capitaliste.

Rien à perdre et tout à gagner ici! Quelques vocalises et des instruments bien utilisés, Morning Dancer est le disque à découvrir absolument.

Mata – 2019



Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.