Le dernier pharaon

Grosse sortie en librairie, le premier “one shot” de Blake et Mortimer est monumental!

Ce qui est logique lorsque l’on confie les clef du camion à ce très précies Schuiten qui va se faire un plaisir de retourner le mythe dans tous les sens. Il défie le lecteur et c’est franchement la bonne attitude à avoir lorsque l’on doit reprendre le travail de Edgar P Jacobs puis Yves Sente et toute une distribution talentueuse qui a rarement décue.

La bonne idée c’est peut être l’aide précieuse de Jaco Van Dormael et Thomas Gunzig, venus du cinéma (Toto le héros, Le huitième Jour et Le tout nouveau testament).

Ces deux là ont bien l’habitude de détourner les cadres, les habitudes ou même les ordres. Avec Schuitten, il trouve l’élégance de jouer habilement avec les enquêtes de Blake et Mortimer.

Les deux hommes sont vieillissants mais ce sont bien eux qui vont encore sauver le monde après l’apparition spectaculaire d’une source d’énergie inconnue, en plein milieu du palais de justice de Bruxelles.

Là dessus, le trio envisage le pire et profite de la rigueur de Schuiten pour envisager une catastrophe incroyable. Tout est rythmé. Le dessinateur n’est pas converti à la ligne claire. Et c’est tant mieux. Il y a quelque chose de sombre dans cette épisode. Et très exaltant.

Face à un monument, la prise de risque de Schuiten et son équipe est courageuse et nous permet une approche franchement nouvelle d’une saga ultra codifiée.

editions blake et mortimer – 92 pages

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.