Creed 2

Alors attention les copains, il y a de la testostérone dans Creed 2. Pour rappel Rocky n’est qu’un entraineur sympathique, qui porte comme il peut son passé glorieux et ses échecs personnels. Maintenant place à la jeunesse et à l’énergique Michael B Jordan, montagne de muscles assez talentueuse qui joue le fils caché d’Apollo Creed, vieux copain de Rocky, tué par le Russe Ivan Drago.

Qui revient lui aussi dans ce deuxième opus. Lui aussi, il n’a pas eu de chance. Depuis sa baston légendaire dans Rocky 4 (le plus mégalo de la saga), le Russe est banni en Ukraine où il éduque son fils à délivrer des coups ravageurs. C’est une belle bête au regard cruel mais qui fait le chiot dès qu’il voit sa maman (effrayante apparition de la blonde Brigitte Nielsen, ex épouse de Stallone). Le concept est donc simple:

Creed contre Drago, la revanche!

Avec des vieux autour. Dolph Lundgren est toujours épatant avec sa tronche rectangulaire. Et Stallone continue de jouer avec son alter ego boxeur, Rocky, grand tendre et sportif admiré des classes populaires. L’acteur a aussi la place de scénariste et producteur.

Il continue donc de refleter ses angoisses à travers le personnage de Rocky Balboa. Creed 2 est évidemment bourré de défauts mais il parle beaucoup de solitude. Tous les personnages se noient dans leur ego et leurs problèmes. Rocky saura faire le lien mais la difficulté de communiquer, même au sein d’une même famille, semble obséder les auteurs, et particulièrement Stallone.

Mais bon ce n’est pas du Bergman non plus. C’est du mélo avec des sueurs, du sang et des larmes. Les gros musculeux ont un petit coeur tendre. Le style est totalement mélancolique. Les jeunes boxeurs n’ont pas plus de chance que les anciens. Le film se verrait bien noble comme l’art qui le représente. Hélas, le réalisateur n’est pas toujours à la hauteur de l’ambition. Excité dans les combats, il s’endort sur les scènes de ménage. Mais bon, il ne faut pas bouder son plaisir coupable. La nostalgie est une valeur refuge chez Stallone. Ici, elle n’est pas du tout désagréable.

Avec Michael B Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson et Dolph Lundgren – Warner Bros – 09 janvier 2019 – 2h10

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.