RWC 2015 : Retour sur un Nouvelle Zélande Moldavie de légende

Ahhhhh la Coupe du Monde de Rugby! Sa bière à flot, son flot de supporters gentleman, ses irlandais avec leurs flotteurs en guise de poignets d’amour, tous roux cuits cramés face au soleil automnal devant des écrans géants, ses bars surchauffés avec les pieds qui collent sur le Picon jonché à même le sol avec un gros barbu qui commente tout derrière ton dos et qui te met un coup de coude dans l’oreille à chaque ruck…

Son engouement fabuleux pour observer les premières semaines des trempes made in RWC de matchs de poule sans intérêt où de braves uruguayens se font déboités par des gars des îles pacifiques qui ont des bras comme 3 fois leurs cuisses et qui raffutent tête baissée sur 60m, un sport de valeurs, de vraies, où les grammes à la différence du foot rendent fraternels et amis, oui, on aime ça la Coupe du Monde Rugby.

Sauf que, cette année, on le sentait venir, après 4 ans de jeu fade et pas loin d’une centaine de molosses utilisés par un sélectionneur tout tremblotant fébrile aux bords des larmes à chaque interview, dont on même eu l’impression qu’il venait de se faire pipi dessus dans la pastille Société Générale d’avant match, bien joué les mecs au passage en terme de tête d’affiche, notre beau XV de France a ramé grave.

Ooooooohhhh, loin de moi l’idée de jouer les Cassandre et faire mon sélectionneur de canapé binouze à la main, je n’aurai pas fait mieux sur le terrain et encore moins dans les tribunes, et les dieux du sport savent que ce métier est un truc de folie où ton palpitant t’annonce chaque matin une possible crisecardiaque, et pour avoir bouffé récemment avec l’ex sélectionneur, Marc Liévremont, la confirmation de cette pensée est juste décuplée.

Oui mais voilà, on aurait aimé, oui nous braves supporters assoiffés d’Heineken et fan de marseillaise la tronche déjà en gant de toilettes post absorption de tartines de pâté depuis 2h, s’emballer pour de nouveaux exploits, pensant comme des nains que nous sommes du haut de nos petits 1m80 pour 78kg que la fameuse préparation à la française sur des vélos de torture en haute montagne allait donner à nos 31 gaillards suffisamment de force et de poumons pour créer des exploits et nous faire sortir les drapeaux tricolores…et puis bah non.

Après des matchs poussifs à souhait contre des roumains aussi forts en rugby que moi en skate sur deux roues, contre des canadiens dont le pays est culturellement à l’ovalie ce que le foot américain est à la Mongolie du sud ouest (après le Leroy Merlin d’Oulan-Bator prendre direction Mongolie du Sud Ouest, faire 1697km et tourner à gauche, là y’a un clocher, tu tournes près des buffles, première steppe à gauche et 2154km plus loin bah tu y es), on avait senti le coup venir en se faisant manger les dents par des Irlandais survoltés.

Comme dirait Christian Jean-Pierre, qui au passage continue de s’en prendre plein les gencives sur les réseaux sociaux, et son complice Bernard Laporte, qui entre deux « bah ouiiiiggg on estg pénalisééééé côté françaiggg on a plongégggg dans le ruck et ong ag pas le droig de plongeggggg » et qui au passage semble gentiment jouir des faiblesses des hautes sphères de la FFR pour mieux prendre leur place le coquin, et bien « on n’a pas gagné une touche, on a une défense en place mais on n’a pas le ballon », belle analyse qui en résumé signifie qu’on s’en prend la tronche et qu’on n’avait pas le niveau…alors forcément un ¼ de finale contre les All Blacks…ça sentait la boucherie.

Justement, forte de ses audiences tel un JT du week-end sans Claire Chazal, TF1 a très vite contacté les restaurants « La Boucherie » pour sponsoriser le fameux ¼ de finale dont on sentait le génocide rugbystique.

Dès le soir le match, heureusement, pas cons, les français étaient déjà repartis en France et avait demandé à une équipe de moldaves habillés en rouge couleur dents qui vont saigner de prendre leur place sur le terrain. Pas folle la guêpe, ou pas fou le bourdon, je suis un homme merde !, j’ai tout de suite vu que c’étaient des moldaves ! D’emblée Fredrich Michalaski se blessait, c’était pas le vrai c’était sûr !

A la mêlée c’était Morgana Parratoski un jeune adolescent d’1m56 tremblait dès qu’il avait le ballon et mettait une pénalité 50m à côté juste en face des poteaux ! Christian Jean-Pierre hurlait dès que les Moldaves, au bout de 50 minutes arrivaient à gagner une touche, tel un essai de 60m…c’est beau le sport !

Voilà, les restaurants « La Boucherie » avaient eu du pif, 9 essais dans la besace, un supplice, un cauchemar, une sorte de PSG contre l’équipe B de Vesoul en Coupe de France de Foot, l’Equipe voulait titrer « Massacre à la blacksonneuse » mais z’ont pas osé…même les namibiens avaient fait mieux, du moins pareil, du moins pas loin, du moins bref on n’est pas loin du niveau des namibiens…si c’est pas beau ça !

Les moldaves sont repartis chez eux, nous n’avons de nouvelles des français…le rugby ça se joue à 15 et à la fin c’est toujours un mec de 2m qui fait du haka qui gagne.

J’vous embrasse, j’ai Mongol.

Auteur: Romestebanr

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.