• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

Edmond, Alexis Michalik, Théâtre du Palais royal

On voyage, on rêve, on applaudit. Le public est debout. Bravo. Quel talent ! A voir !

La Reine de Beauté de Leenane, Martin Mcdonagh, Sophie Parel, Lucernaire

  Une comédie noire décapante !   Dans un coin perdu de la...

Kallagan au Point Virgule – Virtuose

                L’humour potache...

Jacques et Mylène, Gabor Rassov, Maison des Métallos

Un couple bourgeois parodié Barbie et Ken avec l’humour Monty Python. Un peu trop corrosif !

Paula Modersohn-Becker, L’intensité d’un regard, MAM

Une femme libre debout nue au bord de sa toile devant nous

La voix humaine, La Dame de Monte-Carlo, Jean Cocteau, Francis Poulenc, Poche Montparnasse

La Dame de Monte-Carlo : Une femme vient de perdre sa fortune au casino....

Bigre, Pierre Guillois, Théâtre Tristan Bernard

Après son triomphe au Théâtre du Rond-Point, Bigre, spectacle burlesque muet revient sur scène pour détendre les esprits bougons. Fous rires assurés !

Gelsomina, Pierrette Dupoyet, Studio Hébertot

Inspirée de La Strada de Fellini, cette pièce tour de piste emporte dans un tourbillon d’émotions. A voir !

Anna Karénine, Léon Tolstoï ,Golshifteh Farahani, Gaëtan Vassart, Théâtre de la Tempête

Splendide interprétation de l’héroïne du roman de Tolstoï par...

Instinct de survie – The Shallows

Car le squale de ce film est bien trop discret par apport à la mouette qui va servir d’acolyte à la jolie Blake Lively coincée sur un rocher au milieu d’une mer paradisiaque. Le survival aurait pu être âpre et piquant. Au lieu de cela, tu dois suivre les discussions passionnantes entre la blonde et l’oiseau qui nous font un remake à peine caché de Seul au Monde, où Tom Hanks sympathisait avec un ballon de volley.

Victoria

Comme le personnage de Victoria, on est un peu paumé. Mais c’est plus facile à vivre pour le spectateur, qui n’a pas à supporter toutes les contrariétés de l’existence, d’un point de vue personnel et professionnel! Franchement, on est bluffé par ce portrait rapide et clairvoyant. Car la zizanie est finement organisée pour que le film devienne un portrait plus universel et optimiste.

Computer Chess

Une sorte de Message à Caractère Informatif en noir et blanc et tout aussi...

Célibataires ou Presque

Le film se veut un état des lieux de l’amitié masculine dans la plus belle ville du Monde, New York. Le film est un admirable dépliant pour la ville de Woody Allen avec ses boites, ses bars et ses lieux bucoliques.

Burying the ex

Dans Burying the Ex, Dante observe un couple mal assorti. Max rêve d’avoir sa boutique autour de l’épouvante, les vieux films d’horreur. Sa copine, Evelyn est une obsédée de l’écologie. Ils pensent s’aimer mais Max constate que leur vie à deux est trop compliquée. Il n’a encore rien vu!

Dernier train pour Busan

Le film qu’il faut voir quand on prend la ligne 13 à Paris ou le RER A!

Eternité

Tran Anh Hung est un grand romantique! Son film finit par se répéter en suivant les destins plus ou moins tragiques de Valentine, Mathilde et Gabrielle. Audrey Tautou, tout en douceur, fait des bisous à ses enfants. Puis c’est Mélanie Laurent, tout souriante, qui fait des bisous à tout un tas d’enfants mais aussi son mari, joué par Jérémie Rénier. Enfin Bérénice Bejo, nuancée, fait elle aussi des bisous à son époux et sa progéniture.

Comme des Bêtes

Les animaux sont passionnants dans la superbe ville de New York, bluffante elle aussi de réalisme. Digne des studios Pixar. Je pense qu’il faut avoir un animal pour comprendre et apprécier le film. Si vous n’en avez pas alors le film pourrait vous faire changer d’avis. Les dialogues et les mimiques sont irrésistibles et font de ce long métrage, une pépite de l’animation à poil!

Independence Day Resurgence

En 2016, nous avons donc, grâce à la technologie alien, fabriqué des hélicoptères sans hélice, des armes de destruction sur la lune et un Monde sans guerre. Mais nos monstres tentaculaires reviennent pour nous piquer notre noyau terrestre. Heureusement nous sommes primitifs et belliqueux!

Le Monde de Dory

On est encore bluffé par la technique et le savoir faire. Pixar sait aussi nous faire la morale sur l’écologie sans que l’on se rende vraiment compte. Bon on aura toujours une légère préférence pour Nemo qui suscite moins de flashbacks, elzheimer oblige, mais le résultat est là.

Sélection BD: le plein d’actu

C’est pourquoi la bédé s’est intéressée de plus en plus à des sujets d’actualité. Il y a même des bédés qui traduisent l’actualité. Un autre support pour voir les choses autrement. Cela fait du bien. Car la lecture appelle du temps et de la compréhension. Une volonté particulière. Avec des petites bulles et des petits personnages, c’est toujours mieux !

Selection BD: les idées noires

Cette semaine, on fait la tronche. On vient encore de se souvenir du 11 septembre, on a encore évité des attentats, on a revu la tronche des aigris de tout poil nous expliquer leur programme politique. Bref, faisons la gueule! Des lectures peuvent nous aider pour cela!

La Carrière du Mal

Très occupé par la pièce de théâtre Harry Potter et la sortie d’un film dérivé de la saga culte, la Britannique JK Rowling se métamorphose de temps en temps en Robert Galbraith pour nous conter les enquêtes difficiles de Cormoran Strike. Fils de star, ancien militaire, estropié indélicat, gros costaud au coeur tendre, ce détective privé connaît les bas fonds de Londres comme sa poche.

Sélection BD: Les Réac’

Non, non, on ne va pas s’intéresser au climat extrêmement détendu autour du communautarisme, de la peur de l’autre, du burkini et de la rentrée politique délétère. Sérieusement si on ouvre un livre ou une bande dessinée, c’est bien pour fuir ce genre d’horreurs qui s’étalent dans nos journaux.

Sélection BD: les vieux héros

Durant l’été, on a bien glandé. On a bullé pour reprendre le langage des amoureux du 9e art. On va donc revenir en arrière avec quelques vieux héros qui continuent de garder la forme.

L’histoire des trois Adolf

Il ne faut toutefois pas perdre de vue que le véritable talent de Tezuka réside dans son intelligence du scénario, dans la force et l’émotion que son dessin, vif et efficace. Il le prouve amplement avec « L’histoire des 3 Adolf » que l’on ne lâche pas avant la dernière case du dernier tome !

La guerre des jours lointains

Quelque temps après, lorsqu’il sera face à des prisonniers américains – ces grands hommes occidentaux, à la stature imposante nécessitant une nourriture riche et abondante alors que la population manque de tout – il jugera naturel qu’ils soient exécutés.

Certaines n’avaient jamais vu la mer

A quoi rêvaient-ils ? Qui priaient-ils ? Combien de dieux avaient-ils ? Etait-il vrai qu’ils voyaient un homme dans la lune au lieu d’un lapin ? Qu’ils mangeaient du ragoût de bœuf lors des enterrements ? Qu’ils buvaient le lait de vache ? Et cette odeur ? Qu’est-ce que c’était ? « Ils puent le beurre », nous expliquaient nos maris.

La ballade de l’impossible

Et comme la présence de la mort est envahissante, l’enjeu pour Watanabe est de l’apprivoiser, l’accepter. Autrement dit, pour vivre, il faut connaître la mort d’un proche. On passe après par tous les différents états de la perte. Mais il faut traverser cette expérience comme un prix à payer, une livre de chair au royaume des songes.

Le Pays des Cerisiers

Kouno frappe fort en 97 pages. Elle nous touche sans effort. Elle dessine admirablement l’avant et l’après Hiroshima. Elle traduit l’espoir et la résignation des habitants de la ville. La vie est cruelle mais l’espérance permet de survivre. La poésie transperce certaines planche

I had a dream that you were mine

Leurs chansons sont simples dans la forme, complexes dans le fond. Les instruments sont nombreux, libres et offrent des mélodies claires dans un joyeux bordel organisé. On dirait deux sales gosses qui voudraient s’appliquer à chanter une chanson douce mais n’y arriveraient pas. C’est très agréable car ils secouent un peu nos habitudes, avec quelques titres capricieux et souvent réussis.

I, Gemini

Deux nymphettes nous invitent dans un disque atmosphérique où la pop est une chose fragile et délicate. Ici, les meilleures copines ne sont pas des gourdasses. Elles retrouvent ce mystère qu’explorait avec poésie Sofia Coppola dans son film Virgin Suicides. Il y a quelque chose de vraiment surréaliste dans leurs compositions qui bidouillent et s’arrangent avec le classicisme.

Skeleton Tree

Cette fois ci, c’est la déprime. L’artiste vient de perdre son fils adolescent dans un accident. La douleur est donc omniprésente sur les huit chansons de Skeleton Tree. C’est en effet un album décharné, au minimalisme assumé, où seule la musique est importante. Sorte de geste de rédemption, petite parenthèse pour un homme en souffrance.

Hit Reset

Kathleen Hanna a fondé son groupe en 2010 à New York. Son attitude et sa radicalité a tout le style de Big Apple. Elle fait un punk raide, cinglant mais très plaisant. La demoiselle est sans compromis. Avec ses copines et ses copains, ils dépouillent le rock jusqu’à son essence rebelle. Pour les amateurs de « Onetwothreefour »

Take her up to Monto

La jeune femme n’est pas une princesse élégiaque ou une fée traditionnelle. Roisin Murphy s’est faite d’abord remarquer avec sa voix qui subjugue au sein du duo Moloko puis elle s’est lancée discrètement dans une carrière solo depuis 2003. Mais ce disque nous rappelle qu’elle est précieuse!

Tell me if you like to

Car les quatre Mancuniens ont une énergie incroyable. En trente cinq minutes, ils nous embarquent dans un monde électrisant et électrisé. Ils aiment sûrement les Sex Pistols mais aussi les Beach Boys. Ils ne font pas dans la nostalgie. Leur musique est contemporaine car extrêmement bouillonnante avec des accès de rage et des idées plus calmes comme quelques emprunts à Springsteen, avec un saxo et quelques touches de synthés.

Foreverland

Comme d’habitude, il y a des textes décalés, à l’humour acerbe accompagnés des clavecins, des harpes, des cordes et des cuivres pour nous faire croire que le romanesque peut être une affaire très actuelle! Comme toujours, c’est poignant et poilant. Neil Hannon est un grand chanteur (de petite taille comme Napoléon qu’il chante en tout premier), qui vit littéralement chacune de ses chansons.

Everything in between

Ugly Heroes réunit le producteur Apollo Brown du Michigan et deux rappeur du cru, Verbal Kent et Red Pill. En 2013, ils sortent un premier album remarqué et trois ans plus tard, ils récidivent avec un album âpre mais aux samples exceptionnels. Un bon disque de rap américain. Pardon, un grand disque américain!

La maison sous les eaux

Une fois que l’on a accepté la démarche, le premier disque des apprentis troubadours est d’une séduction palpitante. Avec leurs moyens, ils nous projettent effectivement dans un univers boisé où l’épure va bien aux légendes découvertes par les deux hommes. Le mysticisme envahit tous les morceaux, qui doivent être revisités à chaque fois car ils livrent petit à petit leurs secrets.

My Woman

Pourtant Angel Olsen n’hurle pas. L’intelligence est là aussi. Il y a un coté juvénile mais il y a surtout une volonté d’en découdre qui file des frissons. Elle écrit et chante comme si elle allait mourir demain. Les titres se succèdent mais semblent écrit avec une passion qui déborde les instruments.

Jeux Paralympiques : on n’a rien vu passer !

  Bonjour bonjour, préparez l’huile bouillante, l’échafaud, la...

Citya t’as le courage, regarde cette pub…

  Ma chronique, mon billet, aurait simplement pu se résumer en un...

Facebook cartable couettes Day !

On s’attendait à un retour médiatique de Martinez, fraichement revenu...

La folie Burkinimon Go !

Ohhhh comme c’est bon de vous retrouver, oui, je sais, n’en faites pas...

Euro 2016 : Dansleculaô !

C’est marrant mais Griezman il avait l’air de faire grise mine

Tripote-moi le Brexit avec les doigts !

Oh my God, Oh my queen, the british population de l’autre côté de la...

Euro 2016, un début chaud patate !

Maisssssss ouiiiiii, ça y est, on oublie tout, c’est foot, c’est...

« Intempéries, un temps qui pleure, #jesuismouillé, les 1ères réactions ! »

Et vas-y que ça pleut, et vas-y que ça inonde, et vas-y que cette fin de...

Haaaannn / Ahiii / Hannn / Ahiii… Un bon jeu de raisons de regarder le simple dames à Roland Garros

C’est terre battue, c’est un seul français en deuxième semaine comme...

Et le Docteur Mamour mourra…

ohhhhhhhhh ouuuuiiiiiiiii vas-yyyyyyyyyyy sal***** d’infirmière souffle moi dans ma grosse intubation et injecte moi 35 de CC pour faire monter mon pouls, vas-y oui choque moi, oui choque moi, oui on dégage, oui bip moi jour et nuit, oohhhhhhhhhh ouuuiiiiiii…

Recent Reviews From All Categories

JE SUIS CHARLIE

http://www.charliehebdo.fr/

Vu à la télé !

advertisement
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.