• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

Christo et Jeanne-Claude – Fondation Maeght – Et le Mastaba fut !

Et le Mastaba fut ! Depuis la fin des années 6O, Christo et sa compagne...

Jacques et Mylène, Gabor Rassov, Maison des Métallos

Un couple bourgeois parodié Barbie et Ken avec l’humour Monty Python. Un peu trop corrosif !

Paula Modersohn-Becker, L’intensité d’un regard, MAM

Une femme libre debout nue au bord de sa toile devant nous

La voix humaine, La Dame de Monte-Carlo, Jean Cocteau, Francis Poulenc, Poche Montparnasse

La Dame de Monte-Carlo : Une femme vient de perdre sa fortune au casino....

Bigre, Pierre Guillois, Théâtre Tristan Bernard

Après son triomphe au Théâtre du Rond-Point, Bigre, spectacle burlesque muet revient sur scène pour détendre les esprits bougons. Fous rires assurés !

Gelsomina, Pierrette Dupoyet, Studio Hébertot

Inspirée de La Strada de Fellini, cette pièce tour de piste emporte dans un tourbillon d’émotions. A voir !

Anna Karénine, Léon Tolstoï ,Golshifteh Farahani, Gaëtan Vassart, Théâtre de la Tempête

Splendide interprétation de l’héroïne du roman de Tolstoï par...

Und, Howard Baker, Jacques Vincey, Natalie Dessay, Théâtre de la Ville

 » En retard »; elle attend un homme en retard. Diva...

Le Douanier Rousseau, L’innocence archaïque, Musée Orsay

Il ne plaît pas, n’a pas plu à son époque, moqué ridiculisé il n’est pas dans l’air du temps il ne respire pas le même air il n’est pas élégant facile léger, il est obscur dense singulier toujours aujourd’hui il tranche il est différent son langage ses couleurs ses formes son instinct

Siestes acoustiques et littéraires Colibris, Bastien Lallemant, Maison de la Poésie

    Poésie et musique aussi engagée qu’enchantée. Le tout,...

A double tranchant

La première joue l’avocate du second. Il est accusé d’avoir tué son épouse et la bonne. Il doit hériter une très grosse somme d’argent donc il est le suspect idéal. Le scénario est connu et la réalisation de Richard Marquand (Le retour du Jedi quand même) n’est pas d’une grande originalité

Cocktail

Le film Cocktail montrera les sacrifices d’une homme, la naissance d’un entrepreneur, l’éloge d’un self made man. C’est un programme politique avec de jolis acteurs et des répliques aussi succulentes que les cocktails bus autour du héros. Tom Cruise est ivre de joie à cette époque!

Young Guns

Emilio Estevez devient alors un solide complice pour ne pas à avoir porter sur ses frêles épaules les bides. Les films de groupes ont fait sa gloire. Il continue donc dans cette voie et laisse son ego de coté, ce qui est tout à son honneur et participe à la sympathie que l’on peut avoir pour ce comédien peu expressif au demeurant.

Maximum Overdrive

Sur un sujet rigolard, King passe juste son temps à filmer des objets qui se déplacent seuls. C’est aussi palpitant que faire la queue à la Poste. Toute une bande d’acteurs font donc semblants d’avoir peur devant un couteau électrique ou une tondeuse à gazon. Ils flippent grave quand un camion avec la tête du bouffon vert de Spider-Man se comporte comme Hannibal Lecter.

Les Goonies

Maladroit et pas abouti du tout, Les Goonies a survécu à ses défauts. Il en fait des qualités simples et attendrissantes. Après ce film, on n’a vraiment plus envie de grandir ! Et on peut revenir souvent chez eux pour profiter de leur fontaine de jouvence !

My Bodyguard

La chronique est peu subtile mais les comédiens sont bons. On reconnait les frimousses de Jennifer Beals, Joan Cusack et de Adam Baldwin, second couteau remarqué dans Full Metal Jacket ou héros de la série d’espionnage, Chuck. Le film doit beaucoup à ses acteurs.

The Killer

Sommet du lyrisme de John Woo, The Killer est le plus romantique des films...

Vendredi 13

Hé oui, Jason n’est même pas là avec sa démarche lourde et son envie d’écarteler tous les adolescents qui forniquent dans la forêt. Hé bien non: dans le premier épisode, c’est sa petite mOman qui fait tout le boulot. Et elle assure. Elle a un sacré talent pour éventrer et utiliser tous les ustensiles possibles pour tuer du jeune aux hormones en folie.

Evil Dead

Le film de genre se fait de plus en plus rare sur les écrans. Dans les années 80, un petit gars à l’oeil malicieux réalise un coup de maître avec quelques litres d’hémoglobine et des idées saugrenues de mise en scène.

Road House

Dalton, le héros de Road House est d’abord philosophe. C’est un videur qui aime les plantes, la simplicité et les nuages. Grâce à l’Orient, il a appris à maîtriser d’abord sa colère, puis sa force. Le corps huilé, il fait du taï chi chuan au petit matin. Ca lui permet d’être un bon manager! Un sacré cogneur! Un super amant! Bref, le héros viril des années 80 pour une pépite trop mal considéré! Quasi culte!

L’histoire des trois Adolf

Il ne faut toutefois pas perdre de vue que le véritable talent de Tezuka réside dans son intelligence du scénario, dans la force et l’émotion que son dessin, vif et efficace. Il le prouve amplement avec « L’histoire des 3 Adolf » que l’on ne lâche pas avant la dernière case du dernier tome !

La guerre des jours lointains

Quelque temps après, lorsqu’il sera face à des prisonniers américains – ces grands hommes occidentaux, à la stature imposante nécessitant une nourriture riche et abondante alors que la population manque de tout – il jugera naturel qu’ils soient exécutés.

Certaines n’avaient jamais vu la mer

A quoi rêvaient-ils ? Qui priaient-ils ? Combien de dieux avaient-ils ? Etait-il vrai qu’ils voyaient un homme dans la lune au lieu d’un lapin ? Qu’ils mangeaient du ragoût de bœuf lors des enterrements ? Qu’ils buvaient le lait de vache ? Et cette odeur ? Qu’est-ce que c’était ? « Ils puent le beurre », nous expliquaient nos maris.

La ballade de l’impossible

Et comme la présence de la mort est envahissante, l’enjeu pour Watanabe est de l’apprivoiser, l’accepter. Autrement dit, pour vivre, il faut connaître la mort d’un proche. On passe après par tous les différents états de la perte. Mais il faut traverser cette expérience comme un prix à payer, une livre de chair au royaume des songes.

Le Pays des Cerisiers

Kouno frappe fort en 97 pages. Elle nous touche sans effort. Elle dessine admirablement l’avant et l’après Hiroshima. Elle traduit l’espoir et la résignation des habitants de la ville. La vie est cruelle mais l’espérance permet de survivre. La poésie transperce certaines planche

mémoires d’un lutteur de Sumô

Eté au Japon. Kazuhiro Kirishima est un garçon robuste et costaud. Il a 15 ans lorsqu’il est repéré pour entrer dans une école de sumô de Tokyo. Il lui faudra se résigner à quitter son village et les siens et faire preuve d’une abnégation admirable pour tenter de devenir professionnel.

La Brocante Nakano

L’auteur de ces lignes a lu ce roman alors que la campagne électorale française bat son plein. Il a trouvé fort agréable de changer de société. Cela ne veut pas dire qu’on change de problèmes, mais on change forcément de point de vue.

La couronne verte

La relative neutralité du ton de Laura Kasischke, d’abord, perçue pour ce qu’elle est : une conséquence de ces cours de creative writing si courant outre-Atlantique, dont l’intérêt est réel, mais qui ont tendance à formater les personnalités, les styles, pour les fondre en un flux régulier et efficace, certes, mais le plus souvent privé de ces aspérités que l’amateur recherche fébrilement au milieu des mots, des phrases…

Racine, racines

Bien sur, tout ça c’est, en partie, de la blague. François Boulay cherche avant tout à nous amuser. La vie de Racine est le prétexte d’une farce à base d’érotisme et de grand guignol, une comédie saupoudrée d’Histoire où le dramaturge s’exprime comme un personnage de série noire.

Marc Malès Double vies

Marc Malès est très pertinent dans ces 2 albums, on reconnaîtra son talent de scénariste à la hauteur de son dessin. Il ne donne pas dans la facilité et sait aborder des thématiques sous des angles particuliers. Ces 2 albums, s’ils se répondent peuvent être lus séparément, mais dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de 2 albums puissants qui ne laissent pas indifférents.

Who will be next?

Pendant que les Lumineers remplissent les salles du Monde entier, d’autres essaient toujours de percer sur des vieux classiques de la folk: une bonne guitare vivace et une voix mordante. Il a donc le look qui va bien avec sa barbe en broussaille et des idées plein la tête toutes glissantes sur une slide guitar.

Venus

Hélas, la production se vautre dans un espèce de pop électro, pas toujours du meilleur goût. Elle veut clairement s’émanciper de ses années dans une genre très « niché » mais ce n’est pas très original. Pire on s’ennuie rapidement malgré quelques plages moins sophistiquées.

Wilder Mind

Mais pas sûr que cela plaise aux fans de la première heure qui appréciaient le coté authentique. Pas sûr non plus que leurs nouvelles compositions réussissent à sortir du lot. C’est effectivement bien fichu, bien produit, le groupe étant aidé par le talentueux producteur, James Ford, complice ou âme damnée de Alex Turner des Arctic Monkeys.

Motorcycle music

Au fil du temps, l’inspiration a pris la place de l’imitation. Leurs albums sont des hommages polis et propres au folk et tout l’héritage roots américain. Les petits franchouillards de A Loaner ont très bien compris comment cela fonctionne. Il y a donc d’abord du coeur dans leurs compositions.

L’insouciance

Après des EP remarqués, le faux rustique Baptiste W.Hamon réalise son rêve à Nashville où il invite des stars du genre comme le ténébreux Will Oldham. Il y a aussi des filles comme Alma Forrer et Caitlin Rose. Il n’en fait pas trop. Il s’offre son rêve et le bonheur glisse dans chaque refrain.

A Sailor’s Guide to Earth

Il y a de la soul, du jazz, du rock et surtout une voix qui pourrait parfois rappeler la fièvre d’un certain Van Morrison. On vérifie vraiment la date de production. C’est soyeux et délicat. La production est parfaite. Chaque morceau est finement découpé, écrit et réalisé. C’est tout simplement une révélation.

Earth

Il y a eu Pearl Jam pour un album incroyable. Neil Young a croisé le chemin de Jack White et maintenant il tourne autour de la planète avec les rockers Promise of the Real. Le solide et fidèle Crazy Horse peut se reposer: les fils de Willie Nelson canalisent les plaisirs électriques qui font la légende de Neil Young.

Hotel California

Dernier arrêt dans l’année 1976: le slow le plus célèbre du Monde cache aussi un chouette album.

Hamlet

Le chanteur rend hommage à l’éloquence de Shakespeare par un tempo haletant. Les chansons s’enchaînent et tiennent une vraie tension. Bien entendu, le son résolument 70s ajoute à l’absurdité du projet mais aussi au plaisir de l’écoute. Johnny en 1976, ce n’est pas encore tragique!

Ramones

Comme leur look, ce sont dans les nuances d’une musique non filtrée, que se trouve le plaisir d’écouter les Ramones. Le quatuor égratigne l’Amérique et ses travers mais le fait avec un dépouillement qui sera reconnu comme une forme d’art plus tard. Ils ont tout pour être cultes. La réputation et les excès feront d’eux les mauvais garçons du punk, les éternels petits voyous, les indécrottables punks new-yorkais, les décalés si classes!

Euro 2016 : Dansleculaô !

C’est marrant mais Griezman il avait l’air de faire grise mine

Tripote-moi le Brexit avec les doigts !

Oh my God, Oh my queen, the british population de l’autre côté de la...

Euro 2016, un début chaud patate !

Maisssssss ouiiiiii, ça y est, on oublie tout, c’est foot, c’est...

« Intempéries, un temps qui pleure, #jesuismouillé, les 1ères réactions ! »

Et vas-y que ça pleut, et vas-y que ça inonde, et vas-y que cette fin de...

Haaaannn / Ahiii / Hannn / Ahiii… Un bon jeu de raisons de regarder le simple dames à Roland Garros

C’est terre battue, c’est un seul français en deuxième semaine comme...

Et le Docteur Mamour mourra…

ohhhhhhhhh ouuuuiiiiiiiii vas-yyyyyyyyyyy sal***** d’infirmière souffle moi dans ma grosse intubation et injecte moi 35 de CC pour faire monter mon pouls, vas-y oui choque moi, oui choque moi, oui on dégage, oui bip moi jour et nuit, oohhhhhhhhhh ouuuiiiiiii…

De Simone Lagrange à Nuit debout en passant par Saïd… nos mémoires courtes

Quelques mois, il nous aura suffit de seulement quelques mois pour reprendre nos bonnes vieilles habitudes de bon français, et se remettre sur la gueule à n’en plus finir, entre nous, entre cons, entre bons français cons.

Et Joey claqua Gilles…

Dans le petit monde, aux confins du microcosme, médiatique, il est...

Mais pourquoi Elise est-elle si méchante ?!!

Vraiment désolé pour cette si longue absence, je vais bien, juste très...

1,2,3…Donald, Abdeslam, X or et moi…

Ca ne partirait pas un peu en couille notre bas monde ma bonne dame ?...

Recent Reviews From All Categories

JE SUIS CHARLIE

http://www.charliehebdo.fr/
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.