• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

Le Relèvement de l’Occident : blancrougenoir – Compagnie De Koe Théâtre de la Bastille

La pièce-fleuve de la compagnie flamande De Koe est un tour de force drôle...

Oulipolisson!

cette fois-ci même les enfants en profitent !

 Les Divalala, Femme Femme Femme, théâtre Trévise

Vous croyiez la variété française dépassée par les tubes internationaux?

Une chambre en Inde, théâtre du soleil, Ariane Mnouchkine

Le spectacle prend des airs de Chaplin mais sans toute sa tendresse. Une agitation permanente sur scène agace, les acteurs sur jouent, frôlant les airs de folie.

MARIAGE ET CHATIMENT de David Pharao – Jean-Luc Moreau – Théâtre Hébertot

Un très bon Boulevard à recommander pour cette rentrée et pour les...

Rocío Molina – Caida del Cielo

Elle nous propose une approche libre et contemporaine de la tradition flamenca. Nous le comprenons dès les premières notes de guitares électriques qui annoncent le début du spectacle.

Barber Quartet shop, Archipel

Plein d’humour et d’une grande qualité musicale, ce quartet original fait le show. Un vrai régal pour un public barbu ou imberbe de 7 à 77 ans.

Duo sur Nougaro, les demi-frères, Archipel

Spectacle d’humour musical autour du grand nom de la variété française jazzy : Claude Nougaro.

The Birth of a Nation

Autrement on baigne dans un manichéisme qui finit presque par desservir le propos puisque l’on comprend mal la soif inouïe de vengeance qui réveille le pasteur, humble durant une très grande partie du film. On se demande si on n’a pas perdu quelques minutes au montage.

Assassin’s Creed

Tout est sous contrôle et justement cela ennuie profondément. Justin Kurzel, réalisateur de MacBeth, avec Cotillard et Fassbender, semble vraiment s’amuser dans les scènes d’action au fin fond de l’Andalousie. Là, le film se lache un peu. Mais on voit surtout des types en pyjama qui disent plein de sentences mystérieuses et attendent comme nous, les morceaux de bravoures, qui pourraient plaire aux fans du jeu vidéo.

Quelques Minutes après Minuit

Il faut avouer quelques facilités et quelques larmes un peu tirées mais Quelques minutes après Minuit ne ressemble à aucun autre car il célèbre le conte, l’histoire et l’imaginaire dans un monde qui ne veut pas déconnecter de la réalité, qui peut tout savoir et doit tout comprendre. On cherche des cadres pour nous protéger de tout et de la douleur en particulier. Le film explore avec tendresse l’enfant face à la mort.

Passengers

Tout est question de temps dans ce space movie qui ne manque pas d’espace pour sûr: un très beau vaisseau vaste pour deux avec en plus un robot Barman nommé Arthur (l’excellent Michael Sheen) qui pourrait rappeler le Bishop d’Aliens. Le film mixe pas mal de films de science fiction avec son concept à la Titanic.

Snowden

Stone tente une maladroite histoire d’amour contrarié mal défendu par Joseph Gordon Levitt et Shailene Woodley. Ce qu’on aime chez le cinéaste c’est plutôt les seconds rôles tenus souvent par des Outcast ou des bannis d’Hollywood. On adore les trognes de Nicolas Cage (loin de ses nanars alimentaires) ou l’excellent Rhys Ifans en mentor ambigu.

Manchester by the sea

Casey Affleck est parfait dans le rôle du revenant. Les seconds rôles sont poignants et apportent même un humour étrange et bienvenu. L’émotion se densifie au fil des scènes anodines de la vie quotidienne. Manchester by the sea est surprenant. Idéal pour l’hiver

Rogue One: A Star Wars Story

Avec deux ou trois séquences moins rythmées, on peut trouver à redire mais dans l’ensemble, on oublie vite que finalement ce Star Wars est le point de départ d’une commercialisation à outrance d’une franchise qui dure dure dure et devrait durer encore bien longtemps…

Personal Shopper

Avec son regard de cinéaste, il n’y a pas de réponse concrète ni d’échappatoire. Mais il maintient constamment un vrai suspense. Il y ajoute de la fantaisie et du fantastique qui vient parasiter tout le reste, presque platonique. Il met en valeur ses protagonistes tant dans les dialogues que dans la mise en scène si personnelle. Intrusive.

High rise

La satire est évidente mais le réalisateur ne sait plus trop comment faire pour ne pas faire dans la redite. Il soigne ses images et sa musique mais ca ne suffit pas pour nous convaincre de sa sincérité. La thématique socio économique est lourdement mise en avant.

Sully

Mais le film tourne autour de l’après. Le commandant va devoir se justifier. Pourquoi dans l’eau plutôt que sur une vraie piste. Le film s’articule sur un procès équitable où tout le monde est écouté et entendu. Eastwood signe ici un excellent film avec juste ce qu’il faut.

Derrière la porte, Sarah Waters

Sexe, mensonge et meurtre. Le dernier livre de Sarah Waters nous plonge dans une histoire impossible à lâcher où la tension est palpable de la première à la dernière page.

Ma vie, Lyn Hejinian,  Les presses du réel

Ici le langage est agité, le désordre d’une vie organisé selon une partition musicale expérimentale. En cadence.

Sélection BD: le plein d’actu

C’est pourquoi la bédé s’est intéressée de plus en plus à des sujets d’actualité. Il y a même des bédés qui traduisent l’actualité. Un autre support pour voir les choses autrement. Cela fait du bien. Car la lecture appelle du temps et de la compréhension. Une volonté particulière. Avec des petites bulles et des petits personnages, c’est toujours mieux !

Selection BD: les idées noires

Cette semaine, on fait la tronche. On vient encore de se souvenir du 11 septembre, on a encore évité des attentats, on a revu la tronche des aigris de tout poil nous expliquer leur programme politique. Bref, faisons la gueule! Des lectures peuvent nous aider pour cela!

La Carrière du Mal

Très occupé par la pièce de théâtre Harry Potter et la sortie d’un film dérivé de la saga culte, la Britannique JK Rowling se métamorphose de temps en temps en Robert Galbraith pour nous conter les enquêtes difficiles de Cormoran Strike. Fils de star, ancien militaire, estropié indélicat, gros costaud au coeur tendre, ce détective privé connaît les bas fonds de Londres comme sa poche.

Sélection BD: Les Réac’

Non, non, on ne va pas s’intéresser au climat extrêmement détendu autour du communautarisme, de la peur de l’autre, du burkini et de la rentrée politique délétère. Sérieusement si on ouvre un livre ou une bande dessinée, c’est bien pour fuir ce genre d’horreurs qui s’étalent dans nos journaux.

Sélection BD: les vieux héros

Durant l’été, on a bien glandé. On a bullé pour reprendre le langage des amoureux du 9e art. On va donc revenir en arrière avec quelques vieux héros qui continuent de garder la forme.

L’histoire des trois Adolf

Il ne faut toutefois pas perdre de vue que le véritable talent de Tezuka réside dans son intelligence du scénario, dans la force et l’émotion que son dessin, vif et efficace. Il le prouve amplement avec « L’histoire des 3 Adolf » que l’on ne lâche pas avant la dernière case du dernier tome !

La guerre des jours lointains

Quelque temps après, lorsqu’il sera face à des prisonniers américains – ces grands hommes occidentaux, à la stature imposante nécessitant une nourriture riche et abondante alors que la population manque de tout – il jugera naturel qu’ils soient exécutés.

Certaines n’avaient jamais vu la mer

A quoi rêvaient-ils ? Qui priaient-ils ? Combien de dieux avaient-ils ? Etait-il vrai qu’ils voyaient un homme dans la lune au lieu d’un lapin ? Qu’ils mangeaient du ragoût de bœuf lors des enterrements ? Qu’ils buvaient le lait de vache ? Et cette odeur ? Qu’est-ce que c’était ? « Ils puent le beurre », nous expliquaient nos maris.

Oczy Mlody

Heureusement il y a des pépites aussi. On fore dans leur musique pour arriver à des endroits plus pop et apaisés. On reconnait avec plaisir des vrais talents d’écriture. Le style est plus électro et moderne mais il y a des idées lumineuses comme l’impressionnant There should be Unicorns ou le solaire Sunrise.

Ping Pong

Les Jacuzzi boys ont de l’humour. Chez eux, on joue au ping pong. Le ping pong du garage a été remplacé par des instruments de musique pour qu’ils puissent se défouler. Eux aussi transpirent! Ils transportent tous les artifices du punk vers une pop énervé. Leur entrain pourrait rappeler le Supergrass des débuts.

Hits with a twist

Tout est suave mais il y a une petite intrusion de quelques bidouillages qui font du bien à entendre. Linear John fait un groove soyeux mais pas entièrement rétro. Comme Beck, il y a une fausse nonchalance qui s’exprime pour trouver une musicalité un peu différente que d’habitude. Linear John applique les standards d’une autre époque avec une orchestration beaucoup plus moderne qu’il n’y parait.

Sound the Charge

Aidé par l’ancien leader des Posies (groupe grunge qui a connu son petit succès au début des années 90), Ken Stringfellow, The HOST monte le son à fond et nous régale de morceaux virils et corrects. C’est une vraie chevauchée fantastique.

Lobo de Bar

De la bonne musique de soulographes! Un bon moment à passer avec de chaleureux espagnols qui trinquent depuis une douzaine d’années. Une fête sans fin!

Front row seat to Earth

Weyes Blood s’emploie donc à faire de la belle musique. La lenteur ne fait pas peur à cette Californienne à la voix profonde, qui viendra vous chercher. Le style est grave et mesuré. Après la chenille de fin d’année et les musiques qui font danser, voilà un disque qui ménage.

Running out of Love

Car sous les belles nappes de synthétiseurs, il y a des titres énervés qui ont la bonne idée de ne pas être énervants. Le duo est malheureux et le dit en dénonçant tous les maux de la société et spécialement le fascisme qui rampe dans toutes les sociétés.

The Party

Andy Shauf est un petit songwriter venu du fin fond du Canada. Il tricote de manière artisanale des petites compositions jolies comme tout. Beaucoup savent le faire! Néanmoins The Party file la banane. On est en mid tempo mais on finit enthousiaste comme jamais, prêt effectivement pour fêter cette découverte!

1000 Watts

Ce disque est facile d’accès tellement il nous brosse dans le sens du poil! Quantic, dj obsédé par les sons du sud, reforme son groupe de reggae pour une petite leçon moderne et accessible. On accroche rapidement à ses rythmes ensoleillés. Il y a le rythme, les effets et l’ambiance. On bronze aux Antilles avec ce disque.

Ca fromet

Frédéric Fromet ose pas mal de choses: c’est drôle et enlevé. Sa cible préférée semble être le parisianisme et toutes ses branches comme le snobisme et les prétentions en tout genre. Frédéric Fromet a une voix joviale qui effectivement pourrait plaire aux petits.

Laborde s’en va comme une Météo RIP !

Ah bah voilà, patatra, elle démarrait plutôt pas mal pourtant cette...

De Bowie, Cohen, Prince, Michael…à Jul…rip rip rip houraaa

Ca y est c’est la reprise, en ce début janvier 2017, entre deux « etttt...

Fumer provoque des bombardements à Alep…

    La fin d’année approche, de par le fait la prochaine arrive...

Les yeux dans le fillon

Amis désespérés par toute la classe politique, camarades manifestants...

Super Nanny, Jason, Brenda et les autres…épisode 2

Bon, c’est bon, tout le monde s’est bien scandalisé pompeusement de...

Super Nany, Jason, Brenda et les autres…épisode 1

Souvenez-vous, il n’y pas si longtemps, vous étiez célibataire, seul,...

Partouse of cards et autres plaisirs minuscules…

Ahhhh, bah en voilà un titre qui accroche le slip pour bien démarrer la...

Stranger Things…faut que tu regardes, si si…

Pour pitcher court mais pitcher bien, Stranger Things se déroule au début des années 80, dans une contrée un peu paumée des Etats-Unis, à l’heure où l’Iphone n’avait pas encore effleuré l’esprit de Jobs, que Trump posait dans PlayBoy aux côtés de Playmates choucroutées capillairement façon Pamela Ewing dans Dallas, Donald, lui, avait déjà cette banane mi-Dick Rivers mi-brushing à plat, où le mur de Berlin séparait encore le même peuple germanique, où nos consoles de jeux faisaient combattre un méchant en pixel contre un gentil en pixel,

Kim Braquochiant

Comme elle fait partie de la catégorie des « stars 3.0 » en mode on sait pas ce qu’elle a fait dans sa vie mais son métier c’est « célébrité » « ah bon mais elle a fait quoi » « bah je sais pas » « ah… » « Bah oui mais elle est célèbre », on l’invite partout, et partout

Jeux Paralympiques : on n’a rien vu passer !

  Bonjour bonjour, préparez l’huile bouillante, l’échafaud, la...

Recent Reviews From All Categories

JE SUIS CHARLIE

http://www.charliehebdo.fr/
  • Vu à la télé !

    advertisement
    IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.