• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

La voix humaine, La Dame de Monte-Carlo, Jean Cocteau, Francis Poulenc, Poche Montparnasse

La Dame de Monte-Carlo : Une femme vient de perdre sa fortune au casino....

Bigre, Pierre Guillois, Théâtre Tristan Bernard

Après son triomphe au Théâtre du Rond-Point, Bigre, spectacle burlesque muet revient sur scène pour détendre les esprits bougons. Fous rires assurés !

Gelsomina, Pierrette Dupoyet, Studio Hébertot

Inspirée de La Strada de Fellini, cette pièce tour de piste emporte dans un tourbillon d’émotions. A voir !

Anna Karénine, Léon Tolstoï ,Golshifteh Farahani, Gaëtan Vassart, Théâtre de la Tempête

Splendide interprétation de l’héroïne du roman de Tolstoï par...

Und, Howard Baker, Jacques Vincey, Natalie Dessay, Théâtre de la Ville

 » En retard »; elle attend un homme en retard. Diva...

Le Douanier Rousseau, L’innocence archaïque, Musée Orsay

Il ne plaît pas, n’a pas plu à son époque, moqué ridiculisé il n’est pas dans l’air du temps il ne respire pas le même air il n’est pas élégant facile léger, il est obscur dense singulier toujours aujourd’hui il tranche il est différent son langage ses couleurs ses formes son instinct

Siestes acoustiques et littéraires Colibris, Bastien Lallemant, Maison de la Poésie

    Poésie et musique aussi engagée qu’enchantée. Le tout,...

Le Goujon Folichon, cabaret de Maison Close, Julien Fanthou, Théâtre du Marais

Loufoque, tendre et délicat, ce spectacle donne une seule envie au spectateur : qu’il continue, qu’il soit connu.

Le Syndrome de Cassandre – Yann Frisch – Théâtre du Rond-Point

Yann Frisch et le clown existentialiste C’est coincé derrière un...

Par delà les marronniers, Jean-Michel Ribes, Rond Point

Énigmatique. Jean-Michel Ribes dit vouloir saluer “l’insolence...

The Neon Demon

Un point de vue qui, ne nous voilons pas la face, ne nous apprend rien qu’on ne sait déjà sur ce milieu. On est clairement dans le registre cinématographique de la branlette intellectuelle. On peut se croire dans une pub pour un parfum de deux heures qui n’a pour but que de nous mettre en garde. Et pourtant…

Retour chez ma Mère

On se retrouve forcément dans l’un ou l’autre personnages. Le portrait de famille est bien senti. Josiane Balasko est particulièrement formidable. Elle a vraiment tout d’une maman. Pleine de subterfuges pour rejoindre son amant au point de passer pour une vieille folle séniel auprès de ses enfants, elle est responsable de quelques scènes d’anthologie dont celle du diner ou de l’apéritif qui rappellent Le Diner de Cons.

Julieta

Almodovar est moins excentrique que d’habitude. Bien entendu, il a toujours un amour pour les références artistiques, le design prononcé et les costumes quasi baroques. Mais on est marqué par sa grande sobriété. Cette fois ci il semble vouloir aller à l’essentiel: ce qui de Julieta, son mélodrame le plus âpre.

De l’autre coté du Miroir

On s’ennuie un peu et on se perd complètement dans cet espace intemporel: le temps est tout l’enjeu du film. ici chaque minute et chaque seconde comptent. Le spectateur a le temps de les compter. Notre pauvre Alice peine à se remettre dans le bon espace temps. Laborieusement, avec tous ses compagnons de fortune, elle va tenter le tout pour le tout.

The Nice Guys

Russell Crowe est un ours mal léché et Ryan Gosling révèle un don évident pour la comédie. Ils sont tous les deux excellents, cabotins à l’aise dans leurs pattes d’ef! C’est une espèce de Boogie Nights décontracté, qui n’oublie d’être sévère sur le monde de l’industrie cinématographique, visé à travers une comparaison avec le porno.

Money Monster

C’est bien ficelé. Les acteurs sont parfaits. Mention spéciale à George Clooney que l’on semble redécouvrir ici. On finit par s’identifier au preneur d’otages qui a investi toute sa fortune dans le vide et qui est prêt à se lancer dedans. L’intrigue est suffisamment intéressante pour qu’on ne se lasse pas d’une situation pourtant connue.

X Men Apocalypse

Cela justifierait presque les quelques passages assez rudes pour une production Marvel. Blockbuster, le film fait tout de même l’effort de ne pas gommer les moments réellement cruciaux et un peu craspec. Il y en a pour tous les goûts. Peu de sang mais pas de cadavres en fin de compte. Par exemple, Singer assume enfin la personnalité animal de Wolverine, qui se fait remarquer dans un bref passage sous haute tension. Ca nous console de sa série propre, un peu insipide.

Bone Tomahawk

Il pose poliment ses personnages avant de les plonger dans une situation inédite. Des cow-boys « civilisés » veulent récupérer une femme kidnappée par des Indiens. Mais ces derniers sont tout à fait surprenants car adeptes d’une violence inouï: attention les yeux! Ca va gicler. Le réalisateur a une idée réjouissante: mêler l’authentique western au vrai film d’horreur.

Café Society

Entre New York et Los Angeles, Woody Allen promène ses mornes idées dans une comédie en apparence romantique mais surtout désespérément drôle et subtilement cruel. Une adresse à découvrir tout de suite!

Delta Force

Réalisé par Menahem Golan, le film pourrait être sorti de l’imaginaire de Donald Rumsfeld. Le réalisateur fut un grand bonhomme des années 80. On lui doit des productions prestigieuses (façon de parler) comme American Ninja, Le justicier de New York ou l’hilarant Les Maitres de l’univers.

Racine, racines

Bien sur, tout ça c’est, en partie, de la blague. François Boulay cherche avant tout à nous amuser. La vie de Racine est le prétexte d’une farce à base d’érotisme et de grand guignol, une comédie saupoudrée d’Histoire où le dramaturge s’exprime comme un personnage de série noire.

Marc Malès Double vies

Marc Malès est très pertinent dans ces 2 albums, on reconnaîtra son talent de scénariste à la hauteur de son dessin. Il ne donne pas dans la facilité et sait aborder des thématiques sous des angles particuliers. Ces 2 albums, s’ils se répondent peuvent être lus séparément, mais dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de 2 albums puissants qui ne laissent pas indifférents.

Terminus

32 ans après le mythique album de Lob et Rochette, le Transperceneige, le train aux mille et un wagons est remis sur les rails par un nouveau tandem composé de Rochette qui donne la cohérence graphique à cette suite et Olivier Bocquet qui lui apporte une suite tout à fait brillante sachant se détacher de l’original, tout en respectant l’esprit.

Pourquoi ceci n’est pas une piste de skate

Mais on s’amusera beaucoup plus avec les parties sur les hommages au passé ou sur les errances autour du futur. Il y a des choses absurdes ou réellement kitsch. Il y a aussi de belles choses qui nourrissent nos émotions. C’est étrange. On pourrait pleurer devant un morceau de béton.

L’été Diabolik

C’est toujours aussi plaisant à regarder. On pense à tous ces romans initiatiques sur les troubles de l’adolescence et le passage à l’age adulte mais les auteurs savent aussi composer un polar plus âpre que les apparences.

Souvenir de l’empire de l’atome

C’est un vrai bonheur pour nos mirettes. On baigne dans des décors éclatants et délirants. La mélancolie de Paul colle bien à l’environnement vintage et les amusantes représentations d’une autre civilisation tirée d’une série b italienne. C’est toujours respectueux et très beau à voir. Il faut imaginer une compromis entre Star Trek et Mad Men.

L’Apparition, Perrine le Querrec

Si le vœu du lecteur est de sortir indemne d’un livre, qu’il ne s’aventure pas dans celui-ci.

La colère du Marsupilami

C’est donc une nouvelle aventure trépidante qui débute bizarrement. Zantafio fait encore du grabuge et les deux journalistes se rendent compte qu’ils avaient laissé tomber leur vieux copain de Palombie, le fameux et mythique Marsupilami. Il fait donc son grand retour dans la saga!

Une Odyssée américaine

C’est-à-dire qu’Harrison a dépassé à ce moment là les 70 ans et n’a plus rien à prouver. S’il écrit encore, c’est que cela lui donne encore un frisson essentiel et existentiel. Cependant, adieu les grandes envolées ! La littérature, si elle aide à vivre, n’a pas vocation à changer l’existence.

L’art du Jeu

Pourtant Chad Harbach fait dans le populaire sans aucune faute de goût. Il nous tient en haleine avec des sentiments forts, nobles et partagés. Les liens se tissent et la perfection du diamant au baseball devient incompatible avec la fiévre des corprs et des esprits. L’auteur a mis neuf années pour écrire son livre. Cela se ressent car la construction est d’une habileté typiquement américaine, rondement menée et facilement abordable. Cette forme d’humilité est vraiment la grande qualité des auteurs Outre Atlantique!

Habib Galbi

C’est l’aventure de trois soeurs mais ce n’est du Tcheckov! Taïr, Liron et Tagel forme le groupe A-WA (Blague des copains du bureau: ils ont changé les Suèdois de A-Ha… ouarf ouarf ouarf) et chantent avec une énergie incroyable, les pieds dans le réel et la modernité. Elles revisitent les traditions avec des bidouillages ensoleillées et des voix incroyables.

Rising tide

C’est un reggae très aéré. Très loin des clichés. Assez musical. Assez aventureux. Totalement écologique. C’est le message obligatoire: la justice, la nature et la liberté. Le refrain est connu mais les membres du groupe sont de sacrés musiciens et les inspirations sont presque jazzy.

Voulez vous

En ce moment, Emmanuel Tugny est en Egypte. Cela ne l’empêche pas d’écrire un nouvel album après le boisé Les Variétés. Il revient avec des cordes tendues et des paroles subtiles. C’est ce qui est amusant chez ce type là: il a des airs de grands barons: on pourrait imaginer un cousin français et décalé de Neil Hannon, grande référence de la pop lyrique!

The Getaway

Mais les Red Hot ne court plus avec une cure de jouvence qui n’existe pas de toute façon. Ils assument leur âge, leur expérience, et de nouvelles envies. Ca ne va pas plaire à tout le monde mais ils font preuve d’intelligence. Le son est beaucoup plus doux. DangerMouse, producteur à la mode, a remplacé le poilu Rick Rubin, producteur de légende, complice du succès du groupe.

These People

Richard Ashcroft était une star arrogante des années 90. Qu en est il en 2016?

Stranger to Stranger

He oui. Le vieux Paul Simon est poli. Il est discret. Il a un humour délicat. Il sait surtout apporter des musiques d’ailleurs dans un songwriting quasi universel. On continue d’être surpris en entendant un nouvel album de Paul Simon. Il a aujourd’hui 74 ans et cette envie de combinaisons bigarrées subsiste.

Colours

Un Suèdois, un Français et un Anglais se rencontrent en Belgique et enthousiasment pas mal de monde avec des refrains impitoyables et des chansons d’une redoutable efficacité. Puggy fait de la pop depuis dix ans et leurs trois premiers disques sont de vraies réussites qu’il faut aussi découvrir sur scène!

Futurs Ex

L’ex du groupe Oberkampf est un petit malicieux: il a l’attitude du punk encore énervé. Son actu c’est désormais son passé. Sa rencontre éclaire en 2007 avec RXC et Thierry Gaulme, adeptes d’un son puissant, électrique, un peu sale et méchant. A travers ce groupe, on retrouverait presque l’humour d’Hara Kiri.

Max Jury

Ce n’est pas la première fois que les Etats Unis nous envoie un petit surdoué, propre et talentueux. On ne les compte plus d’ailleurs. Lui il soigne son look avec un regard de chien perdu et une vague ressemblance avec le héros de Into the Wild.

Only silence remains

On visite. Ce n’est pas une attraction. Peut être est ce un musée à première vue avec ces drôles de sons sortis d’imposantes machines? Mais petit à petit on serait plutôt dans une maison hantée. On est dans le noir et gris de l’existence. On joue sur le spleen et la création. On devine de belles choses et de grands malheurs. C’est une musique idéale pour accompagner nos pensées secrètes.

Euro 2016, un début chaud patate !

Maisssssss ouiiiiii, ça y est, on oublie tout, c’est foot, c’est...

« Intempéries, un temps qui pleure, #jesuismouillé, les 1ères réactions ! »

Et vas-y que ça pleut, et vas-y que ça inonde, et vas-y que cette fin de...

Haaaannn / Ahiii / Hannn / Ahiii… Un bon jeu de raisons de regarder le simple dames à Roland Garros

C’est terre battue, c’est un seul français en deuxième semaine comme...

Et le Docteur Mamour mourra…

ohhhhhhhhh ouuuuiiiiiiiii vas-yyyyyyyyyyy sal***** d’infirmière souffle moi dans ma grosse intubation et injecte moi 35 de CC pour faire monter mon pouls, vas-y oui choque moi, oui choque moi, oui on dégage, oui bip moi jour et nuit, oohhhhhhhhhh ouuuiiiiiii…

De Simone Lagrange à Nuit debout en passant par Saïd… nos mémoires courtes

Quelques mois, il nous aura suffit de seulement quelques mois pour reprendre nos bonnes vieilles habitudes de bon français, et se remettre sur la gueule à n’en plus finir, entre nous, entre cons, entre bons français cons.

Et Joey claqua Gilles…

Dans le petit monde, aux confins du microcosme, médiatique, il est...

Mais pourquoi Elise est-elle si méchante ?!!

Vraiment désolé pour cette si longue absence, je vais bien, juste très...

1,2,3…Donald, Abdeslam, X or et moi…

Ca ne partirait pas un peu en couille notre bas monde ma bonne dame ?...

De Taylor à Julie…de Snapchat à la tombe

C’est curieux la vie, oui, curieux, ces entrechoquements de fictions et...

Carte Noire…vous n’en feriez pas un peu beaucoup les mecs là ?…

ils se posent l’un en face de l’autre avec la tasse à café pleine de rouge à lips de prostipute, se jettent des regards de hyènes en manque de cunnilingus, et là mon pote t’as la voix off qui te claque « chaque capsule Carte Noire révèle une expérience intense »

Recent Reviews From All Categories

JE SUIS CHARLIE

http://www.charliehebdo.fr/
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.