• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

Lux 2.0

Très attentive à relier les arts, Lux demeure une plateforme de rencontre d’univers singuliers : le théâtre d’ombre comme le hip hop, les innovations visuelles ou la musique. A la pointe de la création, Lux interroge les artistes. Comment s’approprient-ils le numérique dans leur imaginaire?

Tutu, Chicos Mambo, Bobino

  Une ode à la danse complètement déjantée. L’autodérision au...

You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia), Angélica Liddell,Théâtre de l’Odéon

Le viol comme moment de fragilité pour l’homme qui le commet et comme...

la imaginacion del futuro, la-resentida, Abbesses

Engagée dans un théâtre politique, la compagnie LA RE-SENTIDA nous...

La double inconstance, Marivaux, Comédie française

Un complot malicieusement orchestré va-t-il menacer un couple amoureux ?...

Faire danser les alligators sur la flûte de pan, Denis Lavant,

Un solo physique et poétique de Denis Lavant d’après la...

Gustave, Flaubert, Jacques Weber, Atelier

  Une écriture époustouflante de justesse et d’actualité,...

Gustave – Jacques Weber – Théâtre de l’atelier

  « Du sang, pas de la lymphe ! » Jacques Weber joue dans Gustave...

François Truffaut, l’exposition, Cinémathèque Française

L’exposition consacrée à François Truffaut à la Cinémathèque est...

Le Misanthrope, Compagnie Kobal’t, Bastille

Grâce à une mise en scène intuitive très originale de Thibault Perrenoud et Alice Zeniter, les personnages prennent un coup de jeune très excitant. Alceste, Célimène, Philinthe font ressentir les émotions qui les traversent avec proximité. On ressent la trahison, la passion avec eux

Le Temps des Aveux

Hélas la fiction est un peu moins réussie, poussive et démonstrative. L’air cambodgien et sa douceur de vivre ont éteint les vertueuses intentions de Wargnier, qui réalise tout de même une oeuvre à saluer, qui soulève des questions intimes et politiques.

Timbuktu

Pourquoi alors le film laisse-t-il un goût amer, un sentiment paradoxal de malaise ? Parce que l’on se demande à qui il s’adresse. Est-il un hommage au continent africain, à sa beauté, son endurance pour éveiller aux dangers de l’obscurantisme qui le menace ?

Le Hobbit: La Bataille des Cinq Armées

Cependant calmons nos ardeurs: ca sent le déjà vu et la redite. La musique sauve souvent le film des lourdeurs inexcusables et des facilités scénaristiques. Howard Shore parvient à une épopée orchestrale magnifique et digne des grandes partitions du cinéma. Son boulot sur les six films est remarquable et fait le lien sentimental entre les différents chapitres mais aussi le spectateur. Ecrite par un autre, le film aurait été purement indigeste.

François Truffaut, l’exposition, Cinémathèque Française

L’exposition consacrée à François Truffaut à la Cinémathèque est...

Iranien

Les échanges sont riches, les taquineries fusent. On découvre des intégristes très humains et drôles. Leur humour fait même naître une certaine sympathie… Et la vigilance.

Le Domaine des Dieux

En moins d’une heure et demi, il réussit son adaptation qui devrait plaire à toute la famille. Il n’en fait pas trop. La mise en scène est précise et concise. C’est du travail sérieux pour développer un humour propre à la bédé mais aussi à Astier qui ne se trahit jamais en racontant une nouvelle fois une lutte entre Astérix et son rival surpuissant, Jules César.

Eden

La réalisatrice d’Un amour de Jeunesse s’inspire cette fois ci...

Hunger Games La Révolte – Partie 1

Donald Sutherland est ainsi momifié. Woody Harrelson a une nouvelle perruque. Jennifer Lawrence joue l’aventurière au mental de Laura Ingalls dans La Petite Maison dans la Prairie. Une partie du casting du sexy Boogie Nights (Julianne Moore et Philip Seymour Hoffman) se retrouvent pour prononcer des discours pesants sur la liberté et le combat; fringués dans des blouses de mécaniciens.

La Cour de Babel

Comme un condensé du monde entier, cette Babel de Julie Bertuccelli ne monte pas vers le ciel mais plonge au cœur de la multitude de langues, de caractères, de chemins. Ode à l’adolescence, cet âge plein de promesses, de spontanéité et de fragilités. Cet âge d’affirmation de soi, d’éveil du sens commun et des questions philosophiques. Ode à la France quand elle respecte, cultive, protège et rassemble.

Une nouvelle Amie

Ozon lui profite de ses sujets tortueux pour justement composer des récits à tiroir, où la caméra s’adapte à plusieurs points de vue et donc nous perd dans une drôle de drame. Une nouvelle amie est aussi agaçant que fascinant.

Chat par-ci Chat par là

Ce roman « boomerang » est un petit bijou d’émotion, de tendresse et d’humour. Il fait avec tact un pied de nez à la solitude, prenant le parti de croire en l’avenir.

Adelante

Giroud comme Morand part du constat que l’Espagne du début de XIX ème siècle est fascinée par les idées novatrices venues de l’autre versant des Pyrénées. Comme Morand, il montre aussi le désanchentement amené par la façon dont le pays passe vite d’une situation de libération à un nouvel asservissement.

L’année du Gorafi 2

Certes ce n’est pas finaud mais le Gorafi a le mérite d’amener l’humour sur les pratiques journalistiques un peu trop emphatiques ou les tics de la presse, plus intéressés par le sensationnalisme que la vérité. Dans une société de consommation, les chaines d’infos et les sites d’actualités doivent vendre de la pub avec de l’information. Cela pousse à quelques excès!

Le petit livre de la Bande Dessinée

Avant de se concentrer sur le passé de cet art qui a secoué les moeurs et les habitudes. Pour s ‘en convaincre, il suffit de se rappeler le succès de Walking Dead pour que les zombies reviennent à la mode sur tous les médias du monde entier! L’influence de la bédé sur notre culture s’affirme au fil des pages, bourrées d informations et de petits dessins amusants.

Nature Morte

L’inspecteur Gamache représente la force tranquille. Ses méthodes d’investigation se basent sur la gentillesse. La courtoisie et le respect sont ses armes. Il va à l’inverse de toute modernité mais ne refuse jamais le travail en équipe. C’est un boy scout. Sa bonhomie n’est pas une faiblesse et l’amène à percer les mystères les plus sombres.

Johnny Jungle

Nous allons donc parler de ces 2 albums à la fois drôle, tendre et surtout plein d’humanité. Avec Johnny Jungle, on suit la vie d’un vieil homme fragile dans son hôpital qui finit sa vie en mélangeant sa vie et le destin qu’il a connu dans ses films en incarnant à de nombreuses reprises le personnage de Tarzan.

Entrée Plat Dessert

Yann Coridian propose là un roman plein de rythme décrivant avec sensibilité toutes les émotions qui traversent les deux garçons : appréhension, crainte, solitude, responsabilité, complicité, plaisir, bonheur…

La danse des Obèses

Ici, on l’aura compris, le policier se mêle de romance fleur bleue. Quant au serial killer, c’est juste un truc à la mode qui permet de se dire que l’on écrit « des horreurs ». Apparemment, c’est réussi puisque le mari de l’écrivain a trouvé que le livre était « yerk » (cf. remerciements en fin d’ouvrage).

L’indien dans la nuit Blanche

Sam, c’est l’indien. Son grand frère est le cowboy. Entre eux, c’est...

Kiliana Song

Très vite on est pris par le récit tonique, rapide et avec une vraie intrigue. Le personnage de Naim est très attachant, enfant iconoclaste et remuant qui essaye de se débrouiller dans cette Afrique qui n’est ps toujours facile à vivre. Au-delà de Naim, tous les protagonistes ont leur place montrant les bons et les mauvais côtés du continent africain.

La Percée

Il y a une voix féminine pour policer les harmonies et une guitare sèche omniprésente. Il y a surtout la voix de Fabien, proche du conteur, plus que du chanteur. Il vit ses thèmes surtout quand ils ont une superficialité un peu déplacé: avec des poissons pour manger des peaux mortes comme sujet, le bonhomme arrive à vibrer et nous surprendre. Pas mal !

Vieux Frères – Partie 1

Des bas fonds, le groupe fait remonter une lumière subtile, transcendée par des mots et des rythmes. Celle des petits matins tristes. De la grisaille après une fête. Il n’y a pas l’image, plus présente sur scène. Il y a encore l’ambiance, survoltée et désespérée. Peut être qu’au bout de quelques chansons, le charme se rompt. Ca sent un peu la redite au bout de quelques minutes.

1000 forms of fear

Néanmoins la chanteuse n’arrive pas à échapper aux standards de la musique d’aujourd’hui. C’est un peu effrayant. Même si certaines chansons jurent par leur invention ou leur intrusion vers de choses plus osées comme l’excellente chanson Fair Game.

Post Tropical

La voix survit sur une musique moite, délicieuse, aidée par quelques instruments électroniques, des cuivres discrets et des idées délicates. Le résultat est surtout terriblement envoutante. Son exil dans un endroit si chaud est surprenant donc agréable.

LP1

C’est bizarre mais la chanteuse arrive à joindre les deux bouts: de l’expérimentation franchement culottée et des idées plus commerciales proches du R&B qui aime bien être déculotté. Le sex-appeal n’est pas dans l’attitude de la chanteuse mais bel et bien dans son impressionnante ambition.

Home Like Noplace is There

So 2014. Une petite liste d’artistes qui ont fait l’année 2014....

Faada Freddy

On venait de loin ce soir là pour le voir. Du Sud de la France, d’Espagne et même du Sénégal, le public black and white réuni est tout sourire de voir l’artiste et sa team. Vêtu de son gilet et son chapeau, le voilà, sur la scène du Trianon, un peu intimidé de le voir au grand complet. Avec beaucoup d’élégance, de grâce dans ses mouvements, sans parler de son énergie communicative, il emporte dans un univers melting pot.

Lost in the Dream

Puisque Adam Granduciel chante avec intensité! Il ne triche pas. La musique est son échappatoire. Le type est hanté. Les paroles s’engouffrent dans la moindre souffrance. Mais il y a un lumineux décalage avec la musique, dense et profitant des meilleurs artifices des années 80, entre Joy Division et des références plus américaines comme Lloyd Cole ou Springsteen.

Mira

Les harmonies vocales sont toujours aussi respectables. Les rythmes nous entraînent facilement sur un dance floor où l’on voudrait être John Travolta dans La fièvre du samedi Soir ou Staying Alive. C’est un disque qui pourrait vous accompagner dans vos vacances au soleil.

Ready for the flood

Privées d’électricité, les chansons n’en restent pas moins très Jayhawks, peut-être un peu plus matures, un peu plus indolentes aussi. Ca s’emballe rarement, sauf sur le bluesy « Chamberlain, SD, » et les arrangements restent confinés au strict minimum : guitares sèches et parfois un orgue, une mandoline ou une slide guitar pour meubler le tout, une austérité qui, j’espère, ne découragera pas les néophytes.

J’ai revu un clip de Kyo sur RFM TV…en bas de jogging.

Regarder la télé un matin d’hiver, et dieu sait que nous sommes...

« Le journal du hard »

Oui, la rédaction d’Etat-Critique.com est elle aussi composée de pères...

« Faites entrer Dominique Rizet »

Un peu à l’image d’un petit troll diablotin imaginaire qui, après une...

« Danse avec les rising stars »

AHHHHH, ma bonne dame, il est bien loin le temps où notre Michel Drucker...

Mon disparu de l’été

C’est ce qu’on aime chez Rick Mayall. Il n’a peur de rien. Il joue avec son complice, Edmonson. Il repousse la provocation à son extrême avec le salace Bottom, série au-delà du réel, sur les délires de deux chômeurs libidineux.

« Les 40 ans de Casimir…j’y étais !!! »

olliers de fleurs au cou, coupette de punch de Gloubi-boulga à la main, j’aperçois au loin mon vieux pote Christophe Izard ; lui est resté bloqué à 40 ans, il n’en fait pas 77. On discute 5 minutes, me demande des nouvelles de ma mère et si nous habitons toujours dans cet appartement normand trop petit de l’immeuble les « alouettes », si je n’appréhende pas trop mon entrée en maternelle, si mon joueur de foot préféré est toujours Rocheteau et si mon grand-père fait toujours autant le pitre.

The Mentalist

  Mais c’est qui bordel ce John Le rouge !!! J’avoue, si je suis...

« Le Corps du Désir »…

Un programme bien francilien. Dans la folie de l’ouverture terrestre...

« Patrick Montel, lâche pas l’affaire gars ! »

Voilà, ça sent la rentrée à plein pif, l’odeur du Ricard traine...

Fort Boyard…mais il a quel âge le Père Fouras en fait ?

Bon, c’est l’été, et l’été, à la TV, l’avantage c’est que si...

Recent Reviews From All Categories