• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

ON A PERDU LA LUNE, Daphné Tesson, Poche Montparnasse

Une fable musicale (à partir de 4 ans), en ce moment au Théâtre...

Camille, Camille, Camille, Sophie Jabès, Lucernaire

Camille, Camille, Camille, trois comédiennes pour une femme unique Comme...

TRATANDO DE HACER UNA OBRA QUE CAMBIE EL MUNDO,

Comment décrire cet objet sans modèle, ce jamais vu, ce spectacle...

Trahisons, Harold Pinter, Comédie Française

Le classique trio amoureux du théâtre bourgeois (le mari, la femme,...

Samba

Grâce au travail de fond perceptible qui fait sonner juste le film, fidèle à ce qui se vit sur le terrain. Samba trouve l’équilibre entre rires et larmes. Il touche du doigt des réalités sur lesquelles la société détourne souvent le regard ou juge à la hâte.

Le Labyrinthe

Malgré le gros studio derrière, le film ne fait pas dans la mièvrerie. Il n’est pas aussi lisse que la peau des jeunes comédiens inégaux et cabotins. Les monstres cachés ne font dans le détail et on assiste à la mise à mort de gamins, un spectacle assez rare dans un divertissement d’apparence tout public.

Gone Girl

Comme dans Prisoners, le décor happe le sordide et les douleurs existentiels mais Fincher est un grand virtuose et ne va pas se laisser aller à une simple enquête. Son film dérive doucement vers une satire plus que féroce sur la société devenue spectacle glauque et permanent.

Massacre à la tronconneuse

Il teinte son film de mystères autour de la famille de cannibales et même ses pauvres victimes. Peut être est ce dû au tournage chaotique et connu pour être malsain (acteurs sous tension, la mafia qui participe au montage financier, effets spéciaux dégoutants avec carcasses puantes, les légendes sont nombreuses autour du film) mais ce refus de tout expliquer est la première et bonne impression pour déstabiliser le spectateur.

La Lune Nue

Marie Sellier propose là un conte merveilleux (dans tous les sens du terme), dans lequel Voie Lactée, étoiles, comètes et arcs en ciel forment un ballet gai et dévoué pour que la lune grandisse et s’épanouisse au mieux.

Prague faubourgs est, Timothée Desmeillers

Il écrit avec ses tripes. Rage, crache, vomit l’amertume et les...

Quand un éléphant tombe amoureux

D’ailleurs, imaginez un peu un éléphant qui se fait beau, ou encore avec le rose aux joues ! Ou bien même un éléphant grimpant – de tristesse – sur une montagne aussi grosse que lui ! Avouez … c’est tentant d’aller y voir de plus prêt !

Ce nuage à coté de toi

Certes, « on te brûlerait vivant que tu douterais encore de ton existence », affirme l’un des amoureux. Mais la douceur affleure : « j’habite ce nuage à côté de toi », murmure l’une des deux voix. Un murmure que l’on a envie d’écouter, raconté sur une scène. En le respirant. Les yeux fermés.

Phantom Radio

Sa radio fantôme est bizarrement orientée. On pense aux années 8O et ses sons synthétiques. Les fantômes de la musique populaire avant que le chanteur naisse avec le succès des Screaming Trees. Il a donc monté son nouvel album avec une application de son téléphone et des boites à rythmes.

Alexandre Poulin

Il livre des versions uniques à ses chansons, nous racontent leur origine.
Tel Bénabar ou Barbara il signe des chansons à texte, sans refrain nécessaire. D’un foyer africain de Paris, au quartier Hochelaga de Montréal, il nous raconte des histoires.

L’une et l’autre

En concert guitare voix, La Grande Sophie reprend certains de ses titres cultes et invite même parfois Delphine à la suivre. La version acoustique de Quelqu’un d’autre et On savait donne des frissons. On rêve de leur enregistrement studio à venir…

We go Home

Il n’évite pas les clichés. Il les embrasse. La voix est éraillée mais porte le poids des années. L’expérience fait maintenant la différence. Acoustique, le disque n’empêche pas un certain lyrisme et un élan militant. Il n’a pas le génie du grand Léonard, mais il a le talent et l’intelligence. Tel père, tel fils.

« Le journal du hard »

Oui, la rédaction d’Etat-Critique.com est elle aussi composée de pères...

« Faîtes entrer Dominique Rizet »

Un peu à l’image d’un petit troll diablotin imaginaire qui, après une...

« Danse avec les rising stars »

AHHHHH, ma bonne dame, il est bien loin le temps où notre Michel Drucker...

Mon disparu de l’été

C’est ce qu’on aime chez Rick Mayall. Il n’a peur de rien. Il joue avec son complice, Edmonson. Il repousse la provocation à son extrême avec le salace Bottom, série au-delà du réel, sur les délires de deux chômeurs libidineux.

Recent Reviews From All Categories

La Lune Nue

Samba

Phantom Radio