• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

Les bas-fonds du Baroque, la Rome du vice et de la misère

Baroque, définition. En JOAILL. [Se dit d’une perle] Qui est de...

Une aventure, La Boca Abierta

Clown, danse et musique : un spectacle plein de tendresse et de joie qui...

La pelle du large, Philippe Genty, Grand Parquet

« La pelle du large », comme son nom ne...

Toujours la tempête, Peter Handke, Odéon

  Histoire méconnue d’un peuple minoritaire. Destin épique d’une...

Lignes de faille, Nancy Huston, Catherine Marnas, Rond-Point

La saga familiale extrêmement fouillée par Nancy Huston est splendidement rendue par Catherine Marnas qui présente, avec la même précision d’orfèvre, la même attention aux détails, la complexité des personnages et des liens qui les unissent, dans toutes leurs parts y compris et surtout celles d’ombre et de mystère. Progressivement on apprend à les connaître, on démêle les origines de leurs fragilités, de leurs questionnements et les explications de leur caractère.

David Dimitri L’Homme-Cirque

David Dimitri nous enchante avec un spectacle original et très audacieux....

Afropéennes, Carreau du Temple

Le spectacle Afropéennes, présenté au Carreau du Temple dans le cadre de...

Strip-tyque, Essaion

Une œuvre originale et audacieuse mais qui aurait pu être encore plus...

Not I, Footfalls, Rockaby, Samuel Beckett, Athénée Théâtre Louis Jouvet

Une performance exceptionnelle, une tournée qui fait halte à...

Toujours la tempête, Peter Handke, Odéon

La pièce est bercée par l’amour, à la fois filial et fraternel, et la bienveillance familiale. Elle porte toute l’émotion d’un récit autobiographique empreint d’une douceur rendu inégalable par les années passées et de mélancolie du bonheur perdu.

Big Eyes

Sans les excellentes prestations des acteurs principaux, le spectateur s’y ennuierait franchement. Christoph Waltz est toujours aussi exceptionnel. Il est parfait en artiste raté sans aucun état d’âme exploitant sans vergogne sa propre femme par pur intérêt personnel. Il a cet air malin que l’on retrouve dans Inglorious Bastards et dans Django Unchained qui lui permet de faire ressortir le côté usurpateur et cupide du véritable Walter Keane.

A trois On y Va

Le trio de comédiens nous fait adhérer à cette histoire compliquée d’amour fou et de petits secrets : Bonnell fait ainsi un conte qui rit et qui pleure mais qui n’en fait pas trop. Tout est dans le détail, y compris dans des scènes burlesques comme un vaudeville. Mais rien n’est appuyé. Aucun personnage n’est jugé. C’est la grande force du film.

Dear White People

Avec une fausse légèreté, le réalisateur pose de bonnes questions et ne dissimule jamais son envie de faire du cinéma. C’est une fausse comédie de campus qui révèle des intentions douces amères sur la situation des étudiants noirs (mais aussi blancs) aux Etats Unis. Un portrait enlevé la génération Obama, voilà ce qu’est Dear White People !

The Voices 2e Avis

Ils surprennent, placés pile poil pour nous faire réagir: tout est bien pensé et soigné. Sous la couche très élègante de sang se cache un sujet plus profond et alarmant: la maladie comme seule alternative au mal-être. Pour être bien, Jerry doit faire le mal et le pire dans cette histoire qui n’a rien à dormir debout.

Hacker

Car il oppose au scénario carré et prévisible, une amourette naïve entre le héros et une jolie chinoise et bien entendu un coté contemplatif dans sa réalisation, qui s’accapare les décors du ciné d’action de HongKong, reconnu et spectaculaire.

Citizenfour

L’Histoire est en marche : elle se fait dans des chambres d’hôtel, durant des entretiens calmes et passionnants. Ils sont complexes : on ne vulgarise pas tout dans ce documentaire un peu austère mais fascinant.

Lazarus Effect

Pour l’heure, ce petit film a tout d’un grand. Les effets de surprise sont présents et surtout maîtrisés. La mise en scène est bonne. La bande son est efficace. Tant d’efficacité est un tour de passe passe pour tout faire rentrer dans une heure vingt trois, je dis, record à battre.

The Voices

C’est dommage car esthétiquement les images sont belles. Les corps sont drôles. Mais il y a peu d’humanité, juste des bonnes répliques (10 ans de psychanalyse en dix secondes, belle réflexion sur le métier) et des conventions traités avec un peu trop de recul pour y découvrir une véritable honnêteté.

Furie

Brian de Palma et sa passion pour les jeunes filles! Tout un poème et un...

Electric Boogaloo

C’est résolument sympathique. Le discours décalé entre les deux producteurs, surtout Golan avec son accent incroyable, et les résultats sont hallucinants. Les comédiens et les réalisateurs défilent avec beaucoup d’humour pour parler de ces deux dingues et les 1001 anecdotes qui font le charme de Delta Force, American Ninja et d’autres titres pleins de promesses.

La Boum

Mais comment faire ? Et quoi faire ? Avec l’aide de qui ? Son père est enthousiaste, sa mère atterrée, son frère amusé et son meilleur ami, solidaire ! Ce dernier interroge sa propre sœur. La collégienne leur explique les 5 impératifs qui feront que la boum sera réussie…Que les choses soient claires, ce n’est pas gagné !

Choco et Gélatine

On aborde là un thème grave où il est bien question de quête de liberté et de choix de vie dans un monde borné et totalitaire. Que penser de la chute où les deux héros sont obligés de vivre dans un « autre monde » pour pouvoir vivre leur vie et leur amour pleinement. Quel autre monde ? Quel ghetto ?

Century Boys T.3

Impressionnant! Le récit prend une nouvelle ampleur et une nouvelle direction car nous sommes plus le fantastique et la science fiction. Cette fois ci, Urosawa décrit une société rigide où les dessinateurs de manga deviennent de dangereux terroristes ou des mauvais exemples pour la Jeunesse.

La Grosse Tête

Car les deux scénaristes autorisent tout aux deux copains, qui vont s’en mettre plein la tronche. Lequel des deux va faire augmenter son ego au paroxysme? C’est de la véritable maltraitance et cela amuse beaucoup le dessinateur de transformer les humbles aventuriers en stars au melon qui gonfle rapidement.

20th Century Boys T.2

Cela amène des réponses et des nouvelles questions. Kenji chute dans un cauchemar total et jubilatoire pour le lecteur. De nouveaux personnages sont approfondis et doivent tous affronter la secte d’Ami, de plus en plus puissante et effrayante.

20th Century Boys

Le récit va s’axer sur des parallèles entre plusieurs époques. Cela permet à Urasawa d’aborder plusieurs thèmes comme une chronique aigre douce de l’enfance, le deuil des illusions et surtout le polar quasi surréaliste. Il y en a des promesses! Pari réussi: je veux rapidement lire le suivant et copieux volume!

Préhistoires

Depuis son surgissement fulgurant en 1990 dans le petit monde de la littérature parisienne (Prix Goncourt pour Les champs d’honneur, son premier roman paru aux Editions de Minuit), Jean Rouaud est un auteur discret, rare et attachant.

Touït Touït

Du Douzou, drôle et précis à la fois. Les pages défilent rapidement, puis on y revient afin d’observer les mimiques de l’un, de l’autre, d’être certain d’avoir bien compris.

Undertaker

Xavier Dorison et Ralph Meyer connaissent leurs classiques. Ils ne peuvent pas nier l’existence de Blueberry, de Sergio Leone ou de Clint Eastwood. Ils assument dans leur bédé l’histoire du Western. Le dessin rappelle étrangement Jean Giraud. Le héros pourrait être jouer par Bronson ou un autre héros du cinéma buriné par le soleil et la poussière.

Je vais pas me taire parce que tu as mal aux yeux

Cela donne donc un petit bouquin qui se moque avec affection des allures, des défauts et des caractéristiques des distributeurs automatiques de hits et d’incontournables. Elle met donc en avant ce qu’il faut mettre dans une chanson française. Elle rappelle que la mère de toutes les girls power c’est Ophelie Winter. Elle s’étonne de l’existence du fan de Claude François

Wild Onion

Cadien Lake James et ses copains empilent les morceaux car ils sont très courts mais cela ne les empêche pas d’être généreux. C’est simple mais redoutable. Car cette immaturité apparente est un bain de jouvence. Effectivement on remonte le temps avec le quatuor mais il réussit surtout à nous donner une bonne claque.

Ibeyi

Il y a au coeur de ce projet, les deux voix protéiformes et féminines, qui refusent les frontières: elles s’expriment en anglais, en yoruba et en français. Les chansons sont donc un patchwork fantastique de musiques différentes pour finalement atterrir sur quelque chose d’assez épurée!

Melbourne Florida

Mais ce qui arrive jusqu’à nos oreilles est souvent proche du gros rock poilu et viril. Donc Dick Diver (excellent nom de groupe sûrement un hommage caché à notre Dick River national je ne vois que ça) a de quoi surprendre les mélomanes qui veulent explorer l’autre coté du Monde si exotique!

Goon

Sans détour, il se livre. Il raconte qu’il a versé des larmes de crocodile, que l’on peut se sentir seul à Los Angeles, que l’amour ca pique parfois! Tobias Jossa Jr n’a rien d’un révolutionnaire. Produit par le batteur des Black Keys, le jeune artiste a tout pour plaire.

Gospel Journey

Accompagné de vocalistes de talent, Faada Freddy offre sa musique avec grâce. Il a d’abord rencontré le public avant l’entrée en studio. En partageant la scène avec d’autres chanteurs dans son groupe Daara J ou la chanteuse et amie Imany, il a façonné son univers. Porté par le succès, il cultive sa singularité.

Chasing Yesterday

Il sait toujours écrire un refrain qui va se scotcher directement dans la mémoire. Mais il y a une vraie atmosphère travaillée, un peu plus psyché ou jazzy, et Noel est moins enclin à la démonstration. C’est un peu déconcertant mais bon, après 20 ans de carrière, il s’échappe un peu de ses habitudes, ce qui n’est jamais un mal.

Circles

C’est surtout leur disque qui est pas mal du tout. Rien d’un grand album mais si les gars chantent en anglais, il y a bien une petite singularité dans leurs compositions qui fait la différence. Visiblement ils ne sont pas adeptes de l’effort électrique mais proposent une vraie musicalité avec des instruments acoustiques et quelques sons bien chauds.

Space Oddities – 1975-79

Avec des titres comme The Orion Belt ou Blazing Skyline, on devine qu’il avait la tête dans les nuages et qu’il devait apprécié les délires psychédéliques de King Crimson ou de Pink Floyd. Mais dans ses créations, il y a mis du sexy, du frenchy, du moustachu: ses chansons pourraient être dans un bon porno de l’époque avec du poil et des polissonneries.

Aureate Gloom

Kevin Barnes, chanteur de Of Montreal, devait avoir des posters du Duke sur les murs de son adolescence. Lorsqu’il chante sur ce treizième album, on se demande si ce gars de l’Ohio ne serait pas plutôt né dans une banlieue de Londres. Il roule ses « r » comme un workin’class hero!

Point of no Return

Puisqu’on aime bien mettre des étiquettes en France, ce Point of no Return défendrait une musique lounge, assez groovy, ou inspiré par le jazz et quelques dérivés et racines du genre. En tout cas, comme un serpent, on se love autour d’une flûte traversière qui n’a pas de passeport et qui nous charme, accompagnée par des beats chauds et des idées plus urbaines mais judicieuses!

Le mec de l’320

Drame, bordel, 2015 sent le soufre grave comme jamais, du moins nous...

Les Enfoirés divisent et Diana Krall…

Toute la semaine, nos écrans télévisuels se sont vus inondés de...

QCM…le Quiz du Chrétien en Marche…sur KTO

Ouuuuuulalalalalalaala, cette semaine j’avais envie de vous offrir du...

SLAM sur France 3 ou le jeu idéal d’un panda

Non, non et non, je vous vois d’ici me huer, me conspuer, préparer des...

Les rois de la galette sur D8 ou le reportage qui a changé ma vie.

Après les événements que la France vient de subir, il est évident que...

Je suis Charlie mais du coup c’est le bordel !

Bien sûr nous aurions préféré, tous, ou presque (n’est-ce pas les...

D’un 07 janvier 2015

07 janvier 2015, 16:29. De mon bureau j’aperçois une grande roue,...

« Sissi…bah non non ! »

Ah foutues vacances de Noël ! Chaque année, tel un tsunami (voire un sous...

Albert et Charlène ou les enfants à Rainier 2…le retour

Avec un titre pareil, la confusion, non sans malice de ma part, tendrait à...

Recent Reviews From All Categories

JE SUIS CHARLIE

http://www.charliehebdo.fr/