Musique

Neil Young, Dorothy Chandler Pavillion 1971 et Royce Hall 1971, Citizen Kane Blues

Joyeux Noël ! C’est comme ça avec Papa Neil Young. C’est tous les jours la fête. Quand il ne cogne pas sur le streaming et les politiques, le Loner se lance dans une belle rétrospective de sa propre carrière.

Il sort donc des nouveaux albums avec plus ou moins d’inspirations mais il conserve sa farouche volonté d’en découdre avec le Monde. On l’aime beaucoup pour ça. Ce sens de la détermination et de la nouveauté font de lui un artiste prolixe mais rare !

Il tente encore des explorations sonores. Il est curieux de tout et trouve dans son grenier des trésors que l’on ne pensait plus entendre. Il y a eu des disques – inaboutis selon lui – qui se sont révélés être des merveilles.

Il a retrouvé toute une série de concerts enregistrés qui montrent toutes ses périodes et expérimentations, électriques ou acoustiques. Le pape du grunge a une actualité permanente et nous le remercions de tous ces beaux cadeaux!

Cette fois ci il se montre facétieux avec trois sorties d’enregistrements de sets en solitaire. Lui et sa guitare. La même année quasiment. La même tournée. Et la même ambiance? C’est le petit jeu lorsque l’on écoute Dorothy Chandler Pavillion 1971 et Royce Hall 1971 

De belles chansons du début de son répertoire. De la musique folk hantée par les tourments du musicien, ravi de se promener seul dans son répertoire. C’est aussi ce que l’on retrouve dans le délicat Citizen Kane Blues, encore une captation solitaire et solaire aussi. La voix et la guitare se rejoignent dans les vertes vallées du blues assez nuancé de Neil Young.

Ça sent la répétition. Et on a une grosse pensée pour les fans de l’artiste qui doivent encore casser leur tirelire, comme tous les trois mois dorénavant. Mais le son si particulier est vraiment une douce tempête dans le monde de la musique américaine. La générosité du gars est singulière. Peut-être pas besoin des trois disques pour le (re)découvrir mais franchement pour l’été, ces disques sont des bouffées d’air!

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.