chanson du jour: comme si j’y croyais
Oct31
Read More

Chansons bizarres 3

La voix est un peu hésitante mais le rock est intact. Simple. Binaire. Bizarre selon les critères de 2018. Aidé par Gregoire Garrigues, musicien couteau suisse, ils découpent ensemble ce rock à la française, plutot sensible, toujours aiguillé par Dylan et les plaisirs évidents des années 60.

Read More
Cold War
Oct31

Cold War

Les deux personnages vont s’aimer et se haïr. Les regards, les positions, les gestes ont leur importance. Le noir et blanc magnifie tout cela. Le Paris Bohème rassure à coté d’un Berlin marqué par la déchirure et la violence ou la boue de la campagne polonaise.

Read More
Halloween
Oct31

Halloween

Beaucoup de bonnes idées dans un film d’horreur qu’on n’attendait pas vraiment. Pas parfait mais tout à fait regardable!

Read More
Venom
Oct31

Venom

Un Z qui veut dire Venom!

Read More
chanson du jour: good on you son
Oct30
Read More
Suspiria
Oct29

Suspiria

Les synthétiseurs tissent des toiles. Les voix sortent d’outre tombe. Les instruments tremblent à répétition. L’atmosphère est parfaite pour Halloween. Le leader de Radiohead sort son disque quand il faut.

Read More
True rockers
Oct27

True rockers

Il ne faut pas être surpris. Ils n’apportent pas grand chose au Monde si ce n’est un grand moment de détente, un voyage pas toujours apprécié à sa juste valeur dans le pays joyeux des monstres gentils: le heavy.

Read More
Memories from a sh*t hole
Oct24

Memories from a sh*t hole

Ce nouvel album ne transcende rien. Il a juste la bonne idée d’exister. C’est un style de série B musicale, mis en avant par la production de Jim Diamond, habitué aux rockeurs (Fleschtones, White Stripes). Il prépare un beau décor sonore pour les acrobaties garage des lascars de Paris.

Read More
Girl
Oct24

Girl

Il n’y a pas de misérabilisme. C’est l’observation pure et dure. Les sentiments finissent par transparaitre petit à petit. La jeune fille grandit dans un corps qui n’est pas habituel. Pourtant c’est bien un récit d’apprentissage et d’émancipation qui va jusqu’au corps. Un cinéaste vénérable comme David Cronenberg serait jaloux du travail du cinéaste belge qui fait du corps, un vrai sujet de cinéma, d’ambiguité et d’interrogations.

Read More
The predator
Oct24

The predator

Ca vanne à tout va. C’est gras. Les personnages sont caricaturaux. Toute l’action est commentée. Le scénario est poussif. C’est drôle mais franchement c’est totalement bête. Mais Black semble y mettre tout son coeur dans cette attitude quasi suicidaire

Read More
The house that Jack Built
Oct24

The house that Jack Built

LES INTERMEDES EN IMAGES 4/3, OU EN ANIMÉS, SONT INUTILES ET NE SERVENT QU’A MEUBLER LES 2H30, QUI POURRAIT FACILEMENT SE RÉDUIRE A 1H45. JE SUIS PAS NON PLUS FAN DE LA CAMÉRA EMBARQUÉE MAIS ON EST DANS L’AUTOPORTRAIT ET LE JOURNAL INTIME DE LARS, ENFIN JACK ! DONC POURQUOI PAS.

Read More
First man
Oct24

First man

DANS CE DERNIER EFFORT, C’EST LA VIE DE NEIL ARMSTRONG QUI EST A L’HONNEUR (SI ON VEUT). ON LE CONNAIT POUR AVOIR MARCHÉ SUR LA LUNE MAIS A PART CELA, ON NE SAIT RIEN D’AUTRE, IL FAUT BIEN L’AVOUER. MAIS A T-ON BESOIN D’EN SAVOIR PLUS ? C’EST BIEN LA QUESTION QUE JE ME SUIS POSÉE AVANT D’ALLER LE VOIR ET JE ME LA POSE TOUJOURS EN SORTANT.

Read More
Envol
Oct22

Envol

On apprécie alors le lyrisme humain du trio. On adore ses douceurs harmoniques. On jubile encore devant cette force incroyable qui nait du mélange. Une idée qui ne fait plus recette mais qui a toujours sa place dans la musique!

Read More
Nulle part
Oct21

Nulle part

Alors, oui c’est un peu kitsch cette volonté de faire aujourd’hui dans le rock “guitare basse batterie”. Néanmoins, c’est une croyance tout à fait louable. Les gaillards ne se cachent pas: ils foncent.

Read More
chanson du jour: swimming at night
Oct20
Read More
Cities 2
Oct18

Cities 2

Guitariste surdoué, Thibault Cauvin continue de traverser le Monde et les styles en célèbrant sa six cordes. Baroque!

Read More
La saveur des ramen
Oct17

La saveur des ramen

Mais ne demandez pas de critiquer tout film qui se passe en Asie, où il est question de nourritures! C’est foutu. La Saveur des Ramen est un petit bijou. Il fait saliver de plaisir. Il nous rappelle l’importance d’un plat. Du choix des ingrédient à la dégustation en passant par la préparation. Et ta critique? Bah tout mon bon sens s’est perdu dans un bouillon de poulet!

Read More
L’ombre d’emily
Oct17

L’ombre d’emily

C’EST BIEN FICELÉ, REMPLI DE REBONDISSEMENTS A LA « SEXCRIMES » ET CA FAIT SON PETIT EFFET. D’AUTANT PLUS QUAND ON SE REND COMPTE QUE C’EST INSPIRÉ D’UNE HISTOIRE VRAIE, A FAIRE FROID DANS LE DOS.

Read More
LAÏKA – Ascanio Celestini – David Murgia/Maurice Blanchy – Théâtre du Rond-Point
Oct17

LAÏKA – Ascanio Celestini – David Murgia/Maurice Blanchy – Théâtre du Rond-Point

Quand la grandeur d’âme du bateleur se met au service de la parole des petits. Après Discours à la nation en 2015, Ascanio Celestini revient au Théâtre du Rond-Point avec un texte inédit, Laïka. Utilisant la forme du théâtre-récit, le dramaturge italien a su reprendre le flambeau laissé par Dario Fo en s’inscrivant dans un théâtre populaire du quotidien où l’invraisemblable et l’absurde font bon ménage face aux idéologies modernes et dogmatiques, qu’elle soient capitalistes ou religieuses. Dans Laïka, nom de la chienne envoyée dans l’espace grâce à Spoutnik 2, Ascanio Celestini met en scène un comédien, David Murgia, et un accordéoniste, Maurice Blanchy. Le comédien, narrateur, habitué du bar du coin, interprète plusieurs personnages dans un espace scénique délimité au sol par des lampes de chevet. Le récit mis en mot par un comédien aux allures christiques constitue le fil du spectacle. L’accordéoniste, Pierre, en fond de scène, assis sur des casiers à bouteilles de brasserie, écoute et met en partition le texte lancé par le comédien. Simple mais d’une redoutable efficacité. Un clochard, une prostituée, une vieille dame, des manutentionnaires africains en grève, et un David Murgia brillant dans tous ces rôles comme narrateur critique. Il n’en faudra pas plus pour transporter le spectateur dans un théâtre d’une grande générosité. Le social humanisme du texte, scandé, slamé en musique comme une kalachnikov, percute à la fois des références chrétiennes, politiques et les connaissances scientifiques. Mémorables passages d’une grande drôlerie quand le narrateur cherche à comprendre la création du monde en confrontant le récit biblique à celui du physicien Stephen Hawking. Le monde contemporain est observé et décrit dans toute sa contradiction. Dieu est régulièrement apostrophé, interrogé, provoqué par ces “petits”, ces précaires, ces précarisés aux yeux de naïfs, qui cherchent vainement à donner un sens à leur vie dans une société capitaliste qui leur laisse peu d’échappatoires et dont les codes leur échappent. Le texte, farce politique, échappe à la caricature grâce à une mise en musique voix-accordéon de haute voltige, expressionniste. Ça court, ça file, ça rit, ça pleure, ça se contredit, ça cherche, ça rêve, ça chante, ça raisonne, ça vole, ça vit. Le récit sur ces petits autres du quotidien embarque le spectateur dans un récit sur l’altérité. Une très belle parole théâtrale dans une petite forme de grande justesse et de grande humanité....

Read More
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.