Longtemps

Effectivement cela faisait très longtemps que Constance Verluca était silencieuse. 12 ans de réflexion pour un second joli disque très sixties.

Longtemps. Il faut monter loin dans le temps pour trouver la source d’inspiration de la parisienne endormie. On entend bien dans ses chansons l’influence de Françoise Hardy avec ce sens de la ritournelle éthérée mais vite essentielle.

Constance Verluca vient à la musique de temps en temps donc elle va effectivement vers des refrains délicats au propos doux amer. Elle entretient cette fausse naïveté qui fait le charme de la pop des années 60.

Longtemps. Cela faisait effectivement un bail que l’on n’avait pas entendu un disque aussi joliement ficelé. Aidé par le discret mais solide Julien Baer, les notes se fredonnent et les instruments se lovent avec une infinie souplesse.

La chanteuse nous embarque dans un petit univers simple et direct. Il y a quelque chose d’enfantin. L’épanouissement de Constance Verluca se ressent et elle nous donne de l’énergie avec des chansons souvent courtes mais délicieuses par leur sincérité.

Longtemps. Longtemps, cet album va rester sur votre platine. Parce la chanteuse a un charme incroyable, parce que la musique cache des arrangements comme on n’en fait plus. Parce qu’il est la chose la plus futile et formidable du moment, Longtemps est un retour assez grandiose d’une artiste un peu trop discrète.

Varenne Varenne – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.