Kingdom

SPECIAL ZOMBIE! On savait les Coréens doués pour imiter et dépasser l’efficacité hollywoodienne. Ils parviennent aujourd’hui à réaliser la meilleure série sur le grand sujet depuis une quinzaine d’années, le zombie. Bravo!

Car le zombie est l’animal fantastique le plus utilisé aujourd’hui. Il fait même l’ouverture du festival de Cannes. Le zombie a été de tous les combats. Dans les séries Z. Dans les blockbusters. A la télévision. Dans les jeux vidéos. Ne cherchez pas : ils sont partout!

Ils finissent donc par nous lasser avec leur appétit vorace et cette faim qui leur fait piquer des sprints dignes d’Usain Bolt! Il est désormais fatigué. Lessivé. Il ne fait plus vraiment peur: il a même droit à des comédies et de romcom. Objet effrayant, il est un simple repère dans la culture pop actuelle!

Heureusement est arrivé Kingdom, série courte de Kim Seong-hun, auteur du remarqué Le Tunnel! On savait les Coréens très forts en matière d’efficacité. Ils rivalisent largement avec les Américains. Mais sa série historique et horrifique est palpitante et admirable du début à la fin.

Dans un royaume où les nantis profitent de la pauvreté des autres, un prince ambitieux mais humaniste découvre qu’une étrange maladie se répand dans une contrée lointaine. Le roi serait lui aussi atteint de ce mal. Il décide de s’y rendre pour y faire des découvertes dramatiques.

Il faut laisser passer le premier épisode qui met en place méthodiquement l’incroyable enquête du prince et de son fidèle compagnon. Les zombies vont débouler pour mettre le souk à un système social et politique.

Le réalisateur coréen a retenu la leçon du père du genre, George Romero, en se servant de la fiction pour planter quelques pics sur le monde réel. La reconstitution médievale trouve un écho étrange au fil des épisodes.

Mais ce n’est pas tout: le réalisateur use habilement des codes du genre. Les zombies sont de redoutables prédateurs. Une meute flippante. Elle sait faire dans la destruction massive comme le moindre mort vivant peut être méchamment efficace. La série fait des efforts pour en mettre plein les mirettes mais elle sait le justifier et dispose de plusieurs degrès d’angoisse.

Impressionnant. Ajoutez à cela une interprétation exotique, une musique subtile et des décors qui réservent des surprises, vous avez là la série qu’il ne faut pas rater sur Netflix…

Avec Ju Ji-hoon, Ryoo Seung-ryong, Bae Doone et Kim Sung-kyu – netflix – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.