Black summer

SPECIAL ZOMBIE ! Est-ce que vous rappelez de Peter Hyams, réalisateur touche à tout ? Il y a forcément un film de Peter Hyams que vous connaissez ou adorez. Si, si. Outland ! La Nuit des juges ! Capricorn One ! The Relic dans mon cas ! Ou encore 2 Flics à Chicago !

Ce gars là, c’est du sérieux. C’est du solide artisan qui s’emploie comme il peut à défendre le scénario qu’il a choisi, de la meilleure des manières. Sa carrière est un peu sur défaillante sur la fin mais il nous a laissé son fiston !

John Hyams, c’est le top des réalisateurs de Direct to video et le yes man préféré de Jean Claude Van Damme. Comme son papa, il est aussi directeur de la photographie ET réalisateur. Il aime le travail bien fait malgré des budgets minuscules.

Il semble s’éclater sur la série Black Summer dont il est le showrunner. Voilà donc la petite série hargneuse que l’on n’attendait pas. Annoncée comme la petite sœur du très rigolard Z Nation, Black Summer est une expérience beaucoup moins arriviste que l’on pouvait le craindre.

Il y a donc du zomblard qui piquent des sprints pour bouffer des tonnes de figurants affolés par leur arrivée. L’apocalypse, c’est maitenant et John Hyams s’accroche coute que coute à cette immédiateté. Si bien que le scénario n’existe pas vraiment. On est dans l’urgence la plus totale et la réalisation nous plonge au cœur d’un petit groupe de survivants qui vont bien avoir du mal à se retrouver.

Découpé en chapitres, la narration est volage mais intense. Le coté cheap est compensé par une mise en scène qui se concentre méthodiquement sur le sort de quelques-uns. Pas de grandiloquence. Juste des faits.

L’image est aride et ne cherche pas à plaire au spectateur. On apprécie par exemple un épisode quasiment silencieux ou Hyams expérimente et surtout bluffe avec une telle qualité de réalisation. N’oublions pas que la série, assez courte, est produite par The Asylum, producteur de nanars illustres et médiocres. Et cela permet même d’oublier l’interprétation pas toujours convaincante des comédiens.

Pris aux tripes (c’est le cas de le dire), Black Summer a le très grand mérite de surprendre.Ce n’est pas génial. Mais la série ne veut pas servir la même soupe gore. Elle se refuse à de trop grandes facilités. Après des années d’invasion de zombies, c’est dire si c’est une bonne surprise !

Avec Jaime King, Justin Chu Cary, Christine Lee et Sal Velez Jr – Netflix – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.