JAN FABRE – Ma nation : l’imagination – Fondation MAEGHT

My only nation is imagination. Avec cette phrase qui ouvre l’exposition, Jan Fabre vient célébrer l’imagination et le pouvoir du cerveau, icône récurrente et mystique de l’artiste. Un territoire sans limite.

Jan Fabre appartient à la liste des artistes contemporains les plus renommés à travers le monde. L’artiste est polyvalent. Il oeuvre aussi bien dans le théâtre contemporain, que la danse ou l’opéra. Si vous n’avez jamais traversé son univers, l’exposition de la Fondation Maeght est une excellente entrée en matière. Celle-ci axe le parcours du spectateur sur trois formes de production de l’artiste : les sculptures, les esquisses qui montrent le cheminement de la pensée de l’artiste et ses oeuvres au stylo BIC. L’exposition, spectaculaire, surréaliste, iconoclaste comme souvent, est facile d’accès pour le profane, seul ou en famille.

Vous rêverez, sourirez-ou pas- devant ses magnifiques Pietàs qui avaient fait un petit scandale à la Biennale de Venise de 2011 et qui siègent enfin dans leur totalité dans la cour de la Fondation à la place des habituelles statues de Giacometti. BHL avait réussi à faire venir une des Piétas (Pietà 5) pour son exposition Les aventures de la vérité, mais sans l’estrade dorée et ses 5 sculptures qui participent à la sacralisation de l’oeuvre. La présence de cette oeuvre monumentale dans le paysage solaire de la fondation mérite à elle seule la visite. Superbe.

La présence de la mort sous forme d’installation reviendra plus tard dans l’exposition, notamment dans la salle Giacometti, sanctuaire iconoclaste dédié aux Gisants figés dans le marbre de Carrare blanc que sont E.C. Crosby et K.Z. Lorentz. Impressionnantes sculptures funéraires dédiées aux sciences de la vie. Les insectes statufiés parcourent comme dans les Pietàs les corps des scientifiques.

Deux matières sont particulièrement exposées, le marbre blanc qui apporte une pureté à chaque sculpture et contribue à la sacralisation de l’objet et la silicone qui accroît le réalisme de cerveaux ou de parties corporelles. Il suffit de faire vibrer légèrement le piédestal des jambes cérébrales pour comprendre l’influence de la matière gélatineuse sur le sujet. L’aspect gélifié des jambes produit une répulsion-fascination digne des écorchés de Fragonard.

L’ensemble agit comme un cabinet de curiosités, un entre-deux mêlant sujet et objet, vivant et mort, dans lequel le cortex de Jan Fabre entre en résonance avec celui du spectateur. Un effet miroir égocentrique qui ne peut laisser indifférent et vient rappeler avec talent à tous que l’imagination reste un potentiel unique, pour l’artiste comme pour le spectateur. Jan Fabre en ce sens se place dans la droite lignée de toute la réflexion déjà portée en son temps par Diderot qui plaçait l’imagination au fondement même de notre humanité : “l’imagination voilà la qualité sans laquelle on n’est ni un poète, ni un philosophe, ni un être raisonnable, ni un homme” se plaisait à écrire Diderot dans son Discours sur la poésie dramatique.

Le site de la fondation Maeght reste un lieu habité par les nombreuses présences des artistes, de Miro à Rebeyrolle en passant par Giacometti ou Fabrice Hyber. Si vous êtes dans les parages de Saint-Paul-de-Vence, ne manquez pas cette exposition.

https://www.fondation-maeght.com/

 

Auteur: Sébastien Mounié

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.