Geography

L’album le plus cool de ce printemps 2018.

En ce moment, si vous voulez donner l’adjectif “cool” à quelqu’un, vous pouvez l’offrir les yeux (mais pas les oreilles) fermés au Londonien Tom Misch. roi du bidouillage, il possède une géographie musicale très aléatoire et se perd de cette manière dans le bon gout.

Tom Misch a une méche et des vétements cools. Il a une bonne gueule. Son petit filet de voix lui permet de faire le petite crooner blanc bec avec un certain style. Il connait ses classiques soul mais il sait surtout jongler avec les boucles, les beats et les instruments.

Ca fait un petit bout de temps qu’on avait remarqué le jeune homme. Il sort enfin son premier album après des EP assez réjouissants. Au sons actuels, il arrive par magie à faire revivre un peu l’acid jazz des années 90 qui faisait de Londres une capitale du Jazz.

Au début de son disque, Tom Misch se perd dans Paris mais il capture en effet tous les effets de l’acid jazz pour le resservir avec une virtuosité bien moderne. C’est le genre d’artiste qui ne préfère pas choisir entre pop, electro, jazz ou soul. Il ajoute même des touches urbaines pour bien marquer son territoire, entre les capitales européennes. Il y a évidemment chez lui une ouverture d’esprit incroyable, le style populaire anglais, les petites touches electrop presque allemandes ou le fourre tout à la francaise. Alorsoui, il fait un peu de tout.

Et il le fait bien. Un artisan solide et convaincu. Si les genres sont des pays, alors la géographie de Tom Misch est très bizarre, inhabituelle, revue et corrigée.

Beyond the groove – 2018

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.