Bloodlust

Houlà, on surveille les vieux qui refont surface. Waters a conservé tout son défaitisme lyrique mais on a trouvé d’autres papys en colère. Et ravis de faire grimper les décibels!

Il s’agit de l’incroyable groupe de metal monté par Ice T, le roi du rap west coast et comédien pépére dans les séries policières américaines. On ne savait plus vraiment si la musique l’intéressait encore. Le rap, ca semble loin pour lui mais la star des années 80 semble bien plus inspirer par le gros metal qui tache!

Toujours secondé par le guitariste Ernie C, Ice T se prend donc pour un mettaleux des banlieues chaudes de Los Angeles des années après le choc musical que fut le pamphlet sonore, Born Dead. Depuis le groupe a sombré sans faire de vagues. Puis il y a trois ans, le groupe sort un album et montre une fois de plus les muscles avec ce Bloodlust, grosse claque pour les amoureux du hardcore.

L’ancien rappeur approche les 60 ans mais retrouve toute sa jeunesse pour balancer sa colère et ses stéréotypes urbains en hurlant, entre chant et rap! La musique oscille entre speed metal et trash proche du punk survolté. Bref les plus sensibles doivent s’éloigner de cet album particulièrement radioactif. C’est du bon gros metal regressif qui cogne fort et accélère sans retenue.

Il y a beaucoup plus d’énergie que d’habitude. Les musiciens ont la foi cette fois ci et cela s’entend. Ice T continue de jouer les rappeurs au pays des hardos avec les thèmes abordés. La fusion n’est plus beaucoup à la mode mais, contre vents et marées, Les bourrins de Body Count tracent leur route. On les pensait bloqués à un stop, ils redémarrent sérieusement en trombe!

Century records – 2017

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.