2 Flics à Chicago

Un an avant L’arme Fatale, il y avait déjà dans les années 80 un duo de choc pour poursuivre des badguys en ville et sortir tout un tas de vannes pourris mais hilarantes!

L’histoire: Ray Hughes et Danny Costanzo sont deux policiers qui n’en peuvent plus de la vie à Chicago. Entre les mafiosos de tout poil et les vies privées compliquées, ces deux policiers casse cou rêvent de soleil et de farniente. Mais l’action les démange sans arrêt.

Le réalisateur: Peut être un jour, la carrière de Peter Hyams sera t elle réévaluée? Voilà un cinéaste majeur des années 80 qui a oeuvré pour le travail bien fait et un amour de la série B qui n’existe plus du tout de nos jours. Le cynisme, il ne connaît pas. Il a osé une suite à 2001 l’Odyssée de l’espace et le résultat, aujourd’hui n’est pas si mauvais. Il a fait un magnifique western dans l’espace, Outland, avec un magnifique Sean Connery. Puis il a réalisé des polars solides et toujours sympathiques. Sa carrière va ensuite se casser la gueule doucement. Mais on retiendra vraiement l’image d’un solide artisan connu pour être le directeur de la photographie de tous ses films.

Anecdote: Le script fut rédigé pour Gene Hackman et Paul Newman. Lorsque Hyams récupére le projet, le film parlait deux vieux flics new-yorkais qui attendaient la retraite. Hyames a décidé de changer lieu et de rajeunir les protagonistes. C’est pourquoi le projet fut proposé à Tom Selleck et John Travolta.

Casting: Le duo Gregory Hines Billy Crystal est un pur bonheur. Les deux hommes passent leur temps à se lancer des vannes et l’alchimie transcendent totalement le scénario assez balisé avec son méchant avec un accent (le sombre Jimmy Smits), sa blonde à sauver (Darlanne Fluegel qui déménage après Police Fédérale Los Angeles de Friedkin) et son second rôle qui parle beaucoup (Joe Pantoliano, futur fourbe dans Matrix). Artiste complet, Gregory Hines est mort il y a quelques années tandis que la tête de Billy Crystal telle qu’on la voit dans 2 Flics à Chicago n’existe plus tellement il aime le botox. Le temps passe: seuls les films restent!

Pourquoi on aime: on a ici la prétention de réhabiliter un honnête film qui aurait du faire plus d’ombre à L’Arme Fatale qui a repris le concept en Californie et avec un peu plus de violence! Et de sex appeal aussi. Pas grave: ici l’humour et la violence se mêlent idéalement. L’histoire est une excuse pour que le duo se lache et on a rarement senti autant de plaisir à l’écran entre deux stars de l’époque. Tout le monde s’amuse. Cela se ressent à chaque seconde. Le travail est bien fait.

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.