Revelation
Déc31

Revelation

Dix huit ans plus tard, ils reviennent. Ce qui est très sympa, c’est de voir que le groupe a toujours l’envie d’un rock très américain et qu’ils ne jouaient pas la comédie pour grimper au sommet du billboard.

Read More
Les photos insolites des présidents de la Ve République
Déc29

Les photos insolites des présidents de la Ve République

Juste avant ou juste après Noël, on peut encore faire des cadeaux. Et ce bel ouvrage peut être un choix judicieux. Broché, sur papier glacé et riche en illustrations, il se feuillette avec curiosité et se lit avec intérêt.

Read More
Kanata, Robert Lepage, Théâtre du Soleil
Déc29

Kanata, Robert Lepage, Théâtre du Soleil

Armé uniquement de son ambition, Robert Lepage propose un voyage initiatique à travers l’histoire du Canada et on le suit, en pirogue même parfois

Read More
True Meanings
Déc28

True Meanings

Après le costaud A kind revolution l’année dernière, Paul Weller s’échappe encore une fois vers des contrées plus calmes. On le retrouve dans un joli fauteuil vintage, la cigarette distinguée. Le bonhomme se met un peu au vert. Et prend du bon temps. Le disque le plus classe du moment!

Read More
Bird box
Déc26

Bird box

Sandra Bullock dans tous les plans, c’est peut etre cela une vraie idée de film d’horreur!

Read More
Aquaman
Déc26

Aquaman

ASSUMER LE KITSCH COMME ILS LE FONT SI BIEN AVEC LEUR SERIE TV, « DC LEGENDS PF TOMORROW », OU MEME « SUPERGIRL ». C’EST PEUT ETRE LA DIRECTION QUE DOIT PRENDRE LE STUDIO AVANT DE COULER INDÉFINIMENT ET C’EST CONTRE TOUTE ATTENTE, CE QU’ON OBSERVE DANS AQUAMAN. ENFIN ! CE N’EST PAS UN CHEF D’OEUVRE MAIS APRES AUTANT DE NAVETS, (DANS LES DERNIERS FILMS SURTOUT) CELUI CI EST PLUS APPRECIABLE, QUE LES AUTRES.

Read More
Rainier Dog
Déc25

Rainier Dog

Nous ne sommes pas sur une carcasse: il y a toujours plus de sang, de sueur et de larmes sur cet album. Le disque le plus costaud de l’année annonce une renaissance en meme temps! Alleluia!

Read More
L’Odyssée
Déc22

L’Odyssée

Fred Pallem et ses copains défendent de vieilles histoires d’un jazz psyché et fantaisiste. Un régal pour la fin de l’année

Read More
Socks!
Déc19

Socks!

Le disque de Noel est peut etre un disque sur Noel: quand la tradition est malmené avec humour et plaisir!

Read More
Roma
Déc19

Roma

Puisque l’on vous dit que le noir et blanc est la valeur refuge de ces derniers temps. C’est surtout le signe d’une valeur sûre et d’un film maitrisé! Et en matière de techniques et de technologies, le Mexicain Alfonso Cuaron est un champion. Cinéaste secondaire dans un premier temps (ses premiers films ne sont pas grandioses), il s’est imposé dans le sillage de Gillermo del Toro avec des oeuvres personnelles et des blockbusters culottés (on parle toujours de Gravity mais Les Fils de l’homme en impose un peu plus). Cette fois ci, il revient avec un film qui le replonge dans ses souvenirs. Loin d’Hollywood, il filme son enfance au Mexique dans les années 70. Evidemment il le fait à sa manière. Si particulière. Totalement cadenassée par des idées de mise en scène qui se voient mais qui sont, il faut l’avouer, d’une belle élégance! Des plans séquences. Des angles subtiles. Des cadres choisis pour ses nuances. Des mouvements répétitifs mais qui nous montre de quoi est capable le cinéma (diffusé sur Netflix certes). La photographie est absolument éblouissante. Le noir et blanc est celui des souvenirs enfouis, des fantasmes familiaux, d’une émotion délicate et universelle. Y a pas à dire, Cuaron est un grand cinéaste. Il se donne les moyens. Mais il faut reconnaitre que c’est un illustrateur, qu’il y a une certaine roublardise dans sa facon de montrer les choses. Heureusement il y a chez ce type une (fausse) candeur vis à vis du cinéma. C’est un amoureux du septième art. On en oublierait un peu les personnages. C’est bien là le problème. Tellement c’est beau, les images sont nourris de détails et de sons qui nous écartent un peu de la vie de famille qu’elle met en scène. Ce sont des ombres. Peut être est ce voulu mais sur plus de deux heures de métrage, c’est un peu long. Il y a une trace de dérision qui finit par géner. Cuaron manque peut être d’humour ou de recul. Le film devient parfois mécanique puis magnifique. Il s’interdit toute folie, obsédé par un travail de mémoire du cinéaste. Faut pas bouder son plaisir: Roma est poignant, culotté et courageux. Avec Yalitza Aparicio, Marina de Tavira, Fernando Grediaga et Jorge Antonio Guerrero – Netflix –...

Read More
Leto
Déc19

Leto

Rock et vodka font pourtant bon ménage dans cette chronique rock’n’roll sur la jeunesse russe des années 80. Rock’n’roll is not dead. Le cinéma en noir et blanc non plus.

Read More
La Magie lente, Denis Lachaud, Benoit Giros, Pierre Notte, Théâtre de la Reine Blanche
Déc18

La Magie lente, Denis Lachaud, Benoit Giros, Pierre Notte, Théâtre de la Reine Blanche

Mais si Louvier n’est pas schizophrène, alors qu’il se définit comme tel depuis 10 ans: qui est-il? C’est cette énigme que la relation de soin va chercher à éclaircir. C’est une révélation et une mue qu’on accompagne.

Read More
Alphonse Mucha – Musée du Luxembourg – Paris
Déc16

Alphonse Mucha – Musée du Luxembourg – Paris

Mucha ou la quête d’universalisme Mucha est un universaliste. Convaincu que les différentes cultures ont un socle de valeurs communes, l’artiste n’aura de cesse tout au long de son parcours que de mettre en avant son art au service des progrès de l’humanité, de l’unité et de la paix. “L’objectif de mon travail n’a jamais été de détruire mais de construire, de relier, car nous devons tous garder espoir que les Hommes se rapprocheront, et cela sera d’autant plus facile qu’ils se comprendront.” L’exposition aborde la vie de l’artiste au travers de six thématiques : un bohémien à Paris, un inventeur d’images, Mucha le cosmopolite, Mucha le Mystique, Mucha le Patriote, Mucha artiste et philosophe. Chronologique, l’exposition met très rapidement en avant les grands panneaux verticaux dédiés à Sarah Bernhardt dont celui qui l’a rendu célèbre en 1895, Gismonda. Le parcours finit sur son triptyque en 1936, L’âge de la raison, l’âge de la sagesse, l’âge de l’amour, alors que se font entendre à grand pas les bruits de botte de la seconde guerre mondiale. En tant que personnalité tchèque et franc-maçon, Mucha est un des premiers artistes déportés en 1939, peu de temps avant sa mort. Entre 1895 et la fin de sa vie, l’exposition met en valeur les aquarelles et lithographies qui ont rendu célèbre l’artiste et en ont fait un des représentants majeurs des arts décoratifs de l’art Nouveau : affiches publicitaires théâtrales, pour alcools, papier à cigarettes JOB, ou produits de beauté. “Je préfère être un illustrateur populaire qu’un défenseur de l’art pour l’art.” disait-il. Plus inconnues du grand public, ses oeuvres mettent progressivement en avant les premiers pas d’un illustrateur symbolique dans ceux du peintre allégorique qu’il sera à la fin de sa vie. Il ressort de l’ensemble un réel génie dans l’art de représenter les femmes, entourées de motifs ornementaux de différentes origines, japonaises, celtiques, islamiques, grecques, gothiques, byzantines, selon le fameux « style Mucha ».  Avec en omniprésence, la lumière. Des femmes lumineuses, dans Les Saisons, La lune et les étoiles, ou  pacifiques quand elles préservent dans leurs mains ce qu’il reste de lumière à l’aube de la première guerre mondiale, La lumière de l’espérance. La femme est sans nul doute une muse inspiratrice – voir les études sur La Musique, La Danse, La Peinture, La Poésie– une vénus des temps modernes, figure protectrice mystique parfois. Une ode à l’amour de la beauté et de la paix.  « Je recherchais des moyens de répandre la lumière jusque dans les coins les plus reculés. » Un message pictural pacifique qui fait du bien.       https://museeduluxembourg.fr/expositions/alphonse-mucha 12 septembre 2018 – 27 janvier 2019 Horaires d’ouverture  tous les jours de 10h30...

Read More
Resistance is futile
Déc14

Resistance is futile

Ces gars là ne font pas dans la nuance. Ce n’est pas le genre de la maison. Et pourtant on les aime bien. En bons Gallois, ils ont la tête sur les épaules et le coeur auprès du peuple. Ce sont des affreux gauchos qui jouent du rock musclé et héroïque.

Read More
Les Veuves
Déc12

Les Veuves

C’EST UN BON FILM, DANS LA LIGNÉE DE « THE TOWN » (OU TOUT AUTRE FILM DE BRAQUAGES) MAIS EN MOINS FÉROCE, ET OU L’ON SE POSE BIEN PLUS DE QUESTIONS, C’EST CERTAIN. ON NE RECONNAÎT QUE PARTIELLEMENT GILLIAN FLYNN QUI A CO-ECRIT LE SCÉNARIO, DANS L’AMBIANCE SOMBRE AVEC CETTE HISTOIRE DE FEMMES ET TOUJOURS CE PETIT TWIST MAIS LE FILM APPARTIENT BIEN A STEVE MCQUEEN DONT ON RECONNAÎT LE CARACTÈRE SOCIAL, A CROIRE QU’IL NE PEUT S’EN EMPÊCHER AU FIL DE SES FILMS.

Read More
Mowgli: la légende de la jungle
Déc12

Mowgli: la légende de la jungle

Le protéiforme Andy Serkis retrouve à certains moments le coté subversif et initiatique des contes pour enfants. Ce n’est pas le film tout public mais il est évident que Serkis nous venge des films trop polissés qui pululent à cette période de fêtes de fin d’année.

Read More
Chroniques de Noel
Déc12

Chroniques de Noel

Kurt en petit papa Noel, c’est la seule chose à sauver de ce remake détourné et niais d’Une Nuit de Folie, plaisir eighties de Chris Columbus.

Read More
Free Yourself Up
Déc12

Free Yourself Up

L’album chouchou de l’année. Des petits musiciens qu’on aime obligatoirement avec tendresse parce que leurs chansons sont des doudous pour nous rassurer! Sucré mais tellement bon!

Read More
Ant man et la Guepe
Déc12

Ant man et la Guepe

Une suite pas vraiment attendue donne une comédie sf de très haute volée… cadeau idéal pour la fin d’année

Read More
Last train
Déc09

Last train

Le Blues est à la mode. On le dit et on le redit… prenez ce train et ne soyez pas en retard!

Read More
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.