La maison sous les eaux

Deux chanteurs décalés du rock français quittent les routes bruyantes pour les petits chemins folkloriques qu’ils prennent plaisir à déblayer pour nous accueillir! Superbe randonnée!

Sammy Decoster est connu pour être un rockeur à la française. Défendu par la critique, il n’a pas beaucoup de succès mais son charisme est là. De même pour l’iconoclaste Fabien Guidollet qui avec son duo, Vérone, a su suprendre de la plus belle des manières. On les imagine urbains, usés par la vie nocturne parisienne, fascinés par les lumières de la ville. On les retrouve en chaussures de rando, à respirer le grand air!

Les deux musiciens se sont échappés à la campagne! Si vous revenez de vacances, vous pourrez avec ce duo musical redécouvrir les joies de la campagne, de la montagne et de la nature. C’est l’album le plus proche de la terre sorti cette année. Les deux hommes se sont laissés prendre par les charmes bucoliques de la verdure et de la vieille pierre.

Une source d’inspiration visitée rarement finalement. Beaucoup d’artistes se réclament de la folk mais ces deux là collent vraiment aux caractéristiques primaires du genre. Ils ont la définition la plus réelle. Ils ont la maison en bois, la guitare de la même matière et un jeu de voix pour nous conter des histoires, qui se sont cachés dans un vieux monastère ou derrière un rocher.

C’est un album minéral. Ce n’est pas facile d’accès mais comme une randonnée, il y a des vrais moments de doute et d’intenses moments de joie. Les voix proposent une harmonie étrange. Fabien Guidollet aime bien se faire conteur mais Sammy Decoster le ramène souvent vers le chant. Puis on se fait charmer par leurs chansons lentes et bavardes où les guitares montent une scène vieillotte, une répresentation qui pourrait avoir lieu dans une église.

Une fois que l’on a accepté la démarche, le premier disque des apprentis troubadours est d’une séduction palpitante. Avec leurs moyens, ils nous projettent effectivement dans un univers boisé où l’épure va bien aux légendes découvertes par les deux hommes. Le mysticisme envahit tous les morceaux, qui doivent être revisités à chaque fois car ils livrent petit à petit leurs secrets.

La rencontre entre les deux hommes profite du dépouillement total. Pourtant c’est un disque ample, vraiment spécial et qui sort obligatoirement du lot! Si vous voulez vous échapper un peu, fuir la ville ou découvrir un vrai voyage sonore, tentez l’aventure. Pas de crampe et certainement de la joie!

Modulor – 2016

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.