Jurassic World

Attention les dinos sont de retour et ils ne sont pas contents. Et nous alors? Rien de mieux qu’une chasse aux dinosaures pour commencer la saison des blockbusters

Spielberg a lâché la barre depuis le second volet mais produit encore les monstres de John Hammond, gentil milliardaire qui rêvait d’un parc avec des dinosaures inoffensifs. Plus de quinze ans après le numéro trois, les dinosaures sont donc encore sur une île et défie encore le bon sens du business américain!

Car le parc va ouvrir de nouveau ses portes. L’histoire le prouve: on refait toujours les mêmes erreurs. Même effet, même cause. Avec ses effets spéciaux en pagaille, on sacrifiait déjà le scénario et la mise en scène de ce nouveau Jurassic Park. Pourtant il faut bien l’avouer : il s’agit d’un excellent opus reprenant une belle idée du premier volet. Le parc comme métaphore de notre société de
consommation.

Le film s’amuse donc à fustiger « le toujours plus » qu’il va lui-même mettre en place. Une position schizophrène qui fait tout le sel de ce spectacle sacrément bien troussé, qui ne tombe pas forcément dans tous les pièges. Jurassic World rend hommage à tous les stéréotypes du film d’aventures (il suffit d’observer les looks étudiés du valeureux chasseur et de la belle scientifique)

Si la dernière partie est un peu trop proprette, le réalisateur Colin Trevorrow a le don de jouer avec les codes inventés par Crichton et Spielberg mais aussi avec les attentes du spectateur. Son film est une grande attraction, traitée comme telle. Cette humilité apparente rend la chose beaucoup plus digeste et distrayante.

Alors il y a des gentils et des méchants, chez les hommes comme chez les dinosaures. Il y a évidemment un rouage qui va sauter pour le parc devienne un véritable enfer. Mais le réalisateur maltraite les visiteurs avec une certaine gourmandise et réussit même l’exploit de
rendre les enfants sympathiques sans être de simples têtes à claques comme souvent dans les Jurassic Park. On est loin de l’univers de Spielberg mais voilà un blockbuster qui s’assume pleinement. Il y a finalement pas mal de bonnes surprises et on vous conseille de visiter ce park plus grand, plus beau, plus féroce qu’on ne l’imaginait.

Avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, BD Wong et Vincent D’Onofrio – Universal – 2h05 – 10 juin 2015

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.