Bob Morane Renaissance

Et voilà le grand retour d’une icône, non seulement du roman d’aventure mais aussi de la BD, j’ai nommé Bob Morane. De ce héros, aujourd’hui beaucoup ne se souviennent que de la chanson du groupe Indochine (et encore…). Et bien le voilà de retour l’aventurier créé par Henri Vernes. Et pour un retour, il ne s’est pas entouré des plus mauvais. Car c’est sous la plume de Luc Brunschwig au scénario!

A propos de Brunchwig, je me dois de faire un petit aparté sous la forme d’un mea culpa. En effet, dans ces mêmes pages, voilà quelques mois, j’avais évoqué divers albums d’Olivier Neuray. Parmi ceux-ci j’avais écrit qu’il ne fallait pas s’attarder sur les Lloyd Singer.

J’évoquais cette série dont je n’avais gardé qu’un vague souvenir des premiers tomes. Mais voilà, la série m’est passée récemment entre les mains et j’ai pris un réel plaisir à la lire. C’est comme si Woody Allen entrait à la CIA et devenait une sorte de super héros!

Dit comme ça, cela peut paraitre étrange, mais c’est vraiment une très bonne série scénarisée par Luc Brunschwig qui m’excusera pour mon premier jugement un peu sévère. Voilà c’est fait on peu reprendre.

Sur Bob Morane, je ne garde que les bons souvenirs des épisodes dessinés par Wiliam Vance, quelles ambiances! Quel plaisir d’ado j’ai pris à lire et relire les affrontements entre Morane et l’Ombre jaune! Les Bob Morane de Vance sont bien mieux dessinés que certains épisodes de XIII (j’espère ne pas finir sur le bûcher pour avoir écrit cela… mais je le crois).

Alors, ce que j’aime dans une reprise et c’est bien pour cela que j’en parle ici: c’est quand les auteurs savent se servir des postulats qui ont fait le succès d’un héros et qu’ils les mettent à leur sauce. Et bien c’est le cas. On est donc loin des reprises de Blake et Mortimer, Astérix ou Corto Maltese. On est dans une recréation. Une interprétation du mythe. Comme lorsque Franck Miller a repris Batman ou avec les grands formats de Spirou.

L’intrigue est contemporaine: Morane est un officier des casques bleus en charge d’assurer la sécurité entre 2 camps rivaux dans un pays d’Afrique. Contrairement à la réalité bien connue, Morane se permet d’intervenir et l’album s’ouvre sur le procès de l’officier français. Dans sa rebellion Morane a entrainé « une armoire à glace »issue de l’armée britannique, j’ai nommé le sergent Ballantine. Et voilà nos 2 acolytes réunis!

L’album: « Les terres rares », (une première partie?) est plein de rebondissements, de technologies actuelles et d’intrigues politiques et diplomatiques en lien avec notre époque. C’est donc une bonne BD d’aventure, mais plus adulte que les albums précédents. Le dessin de Armand, même s’il est un peu convenu.

Je veux dire proche de ce qui se fait dans le genre aujourd’hui est néanmoins honorable. On regrettera qu’il n’est pas pu exprmé son talent comme il l’a fait il y a peu dans l’excellent westen: « Sykes ». On espère qu’il saura s’échapper de la série pour nous proposer d’autres histoires du même niveau…

On notera Ducoudray comme co scénariste. Je ne dévoilerai pas le rebondissement final qui laisse augurer à cette reprise de beaux jours devant elle avec ce mélange d’actualité et références à la série initiale. Bob Morane est mort! Vive Bob Morane Renaissance!

Auteur: Perusat Herve

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.