At least we had fun

Encore un petit duo français qui réussit dans l’electro planant et entraînant. Fin du french-bashing?

Car on on se plaint de ne plus savoir rien faire. La France est un pays en décomposition. Ses ouvriers pleurent les usines. Le Made in France est de plus en plus rare. Le populisme pousse plus vite que le maïs. Tout va mal. L’hexagone n’est plus qu’une No Go Zone! Mais nom de dieu, on peut tout de même s’enorgueillir de nos petits bidouilleurs bien de chez nous.

La French Touch, ça c’est bel et bien une réussite franchouillarde. On n’oublie peut être mais Daft Punk sont devenus les maitres du Monde. On ne compte plus tous les petits duos de dj français qui ont réussi à l’extérieur de nos frontières. C’est donc tout le mal que l’on peut souhaiter à TWRR, nouvelle sensation du genre.

On les aime encore plus qu’ils ont visiblement une passion réelle pour la mélodie. Il faut bien observer la pochette de leur disque: elle donne bien une idée de ce qu’il y a dans At Least we had Fun. Une petite touche d’humanité dans chacune des compositions assez synthétiques du disque!

La virtuosité est au rendez vous. Les deux auteurs savent fabriquer des ambiances avec leurs ordis, leurs samples mais aussi leurs voix, assez élégiaques. Ils amènent aussi des percussions et quelques instruments classiques qui vont faire la différence. Nous transporter dans leur monde assez austère mais pas si froid qu’il en a l’air. Au contraire.

Ce premier effort est beaucoup plus construit à chaque écoute. C’est un montage d’une élégance rare. Les subtilités se cachent mais se découvrent petit à petit. La fraîcheur du début devient une espèce d’utopie sonore, évaporée mais pas du tout dérisoire. Pour un jeune groupe, Benjamin et Guillaume font preuve d’une très grande maturité.

On pourrait les réduire à des faiseurs de musique de pub, mais TWRR propose une vraie réflexion musicale. La modernité n’est pas castratrice. Le talent ne vire jamais à la démonstration. L’aridité n’est qu’apparente. Il y a du souffle dans ses morceaux complexes mais abordables. Comme un voyage dans le grand Nord, le dépaysement est vraiment là et ca fait toujours son petit effet. Mieux qu’un sucre des Vosges en tout cas!

HRCLS Rec

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.