V

Des rockeurs qui font dans le jazz… ou l’inverse. Perdez vous avec The Budos Band!

Quand on les voit, on a bel et bien l’impression d’être en face de gros vikings qui ne rêvent que de gratter très fort sur des six cordes en faisant un maximum de bruit.

Pourtant cette bande de poilus fait plutôt dans le jazz. Pas celui qui se joue dans les cadres feutrés des clubs new yorkais. Pas celui qui se joue en costumes. Non, le jazz de The Budos Band est plutôt libre.

Il court sur les crétes de tous les genres. On les imaginerait bien jouer un bout de musique avec Frank Zappa, plus grande tête chercheuse de l’histoire du rock’n’roll.

Ils ont dévié vers quelque chose de plus psychédélique et les pochettes de leurs oeuvres témoignent effectivement d’un amour pour les sons mystiques et les titres barrés.

Ce cinquième album n’échappe pas à la règle. On est dans un style qui pratique joyeusement la fusion. Le rock le plus brut vient se confronter à des textures jazzy. Le saxophone se prend pour une guitare électrique du Grateful dead. Les ambiances empruntent aux premiers Genesis.

C’est cinématographique en diable. On voyage avec The Budos Band. Etrangement, on reconnait trop souvent les contrées visitées mais elles ne sont pas désagréables pour autant. On vous les recommande même, si vous cherchez un peu d’originalité…

Daptone records – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.