The Fog

Puisque l’on vous dit que John Carpenter est toujours présent sur nos écrans. Après la production du dernier Halloween, la sortie en blu ray de Jack Burton, voici que The Fog revient au cinéma!

Pas le remake! On s’en souviendra comme le plus mauvais remake de tous les temps. Un machin sinistre qui montre bien que les studios ont un problème avec l’univers du réalisateur de Starman. Ils ne comprennent rien à la subversion du personnage.

Carpenter n’est pas un tendre. Il a toujours aimé égratigner le monde qui l’entoure avec des histoires fantastiques. Son style n’est jamais gratuit: il y a une logique implaccable dans ses récits. Il adore critiquer sous couvert de divertir. C’est un sacré emmerdeur.

Assaut, western moderne, parlait d’insécurité et de désarroi social. Halloween suggérait l’ennui des banlieues bien blanches. The Fog montre les fantomes, au premier degré, qui se cache dans l’histoire américaine.

Petite production, le film se base sur une photo irréprochable, que l’on redécouvre aujourd’hui après un très joli nettoyage et un récit solide faisant croiser plusieurs personnages. D’ailleurs, amoureux des femmes, The Fog n’a que des femmes fortes. Et un casting sublime.

Carpenter retrouve la belle Jamie Lee Curtis et Nancy Loomis après le succès suprise de Halloween, la nuit des Masques. Il fait jouer aussi sa femme, l’impressionnante Adrienne Barbeau. Et il réussit un joli coup en ajoutant, Janet Leigh, la mère de Jamie Lee Curtis, au casting. Les femmes sont intelligentes dans The Fog et c’est une oeuvre féministe avant l’heure.

Mais ce n’est pas la seule qualité: une fois de plus, Carpenter prouve qu’il a un sens de la mise en scène sans faille. Tout est vérouillé: la malediction qui s’abat sur le petit port d’Antonio Bay est inévitable et sans concession. Le film d’horreur a quelque chose de primitif par sa rapidité d’exécution et ses raccourcis si précis. Carpenter ne joue la montre. Il va à l’essentiel. Il aime le genre. Cela se ressent encore. Refusant de réaliser un nouveau film, il nous manque ce monstre sacré!

Avec Jamie Lee Curtis, Adrienne Barbeau, Tom Atkins et Hal Holbrook – Splendor film – 31 octobre 2018 – 1h25

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.