Radio Cortex / R-WAN / (Makasound / Black Eye – 2006)

radiocortex

Premier album en solo pour le chanteur de Java et toujours la même volonté de décoiffer avec humour ! On en redemande !

 

Si vous ne connaissez toujours pas Java, il serait temps, entre rap, reggae et urban musette, Java, c’est un peu les rescapés du bal musette version vingt et unième siècle avec accordéon en fond et rythme dansant en avant.

 

Le troisième album de Java se faisait attendre et voilà que son chanteur R’Wan sort un album solo « Radio Cortex » avec un label indépendant Makasound / Black Eye. Un album concept autour de la radio qui permet à R’wan d’explorer notre monde et de continuer à clamer ses contradictions et ses différences. Le tuner navigue et surfe sur une radio pirate qui s’ouvre à tout ; cortex et messages bouillonnent, ambiance Freestyle garantie.

 

L’album s’ouvre sur deux reprises réadaptées version R’Wan. La première, Radio Active, reprend le thème de petit papa Noël de Tino Rossi mais sur fond de bombe nucléaire, ce champignon qui nous pend au bout du nez… Quant à la deuxième, il s’agit de la reprise de Laisse Béton de Renaud renommée Lâche l’affaire avec un excellent remake des paroles où le verlan prend du coup un sacré coup de vieux au regard de ce nouveau langage de banlieue, de loin plus contemporain. Rire assuré : « Matte le quidam : il a les airs max à Jordan. Alors blanc bec t’aimes le basket, ben on va l’ouéj à ma façon ; j’vais juste un peu changer les règles : on est les joueurs, toi t’es l’ballon (…) »

 

Malgré l’annonce des 19 titres, R’Wan pirate-urbain ne nous lasse pas, alternant rythme reggae (dans A ta porte, mixé en Jamaïque avec des musiciens du cru), hip-hop, groove et même balade dans On se dit tu ?, une chanson interprétée par Maud Legenedal, une comédienne rencontrée au hasard de la vie qui nous fait entendre une douceur de voix proche du Tourbillon de la vie de Jeanne Moreau. Une belle invitée surprise.

 

Laurent Guéneau, ingénieur du son du fameux « Tout le bonheur du monde » de Sinsemilia notamment, donne à l’ensemble de l’album un son très cohérent malgré la diversité des musiques. Les titres sont aérés de Radio Caliente, trois morceaux en transition qui donnent une couleur chaude à ce premier opus plein de vie et d’allusions comiques propres à l’écriture d’ R’Wan. Dans C’est l’caramel sur la cerise, une chanson « ragga » très efficace et dansante qui se moque gentiment de la stupidité des textes de certaines productions zouk et reggaeton, R’Wan vient nous prôner un hymne rabelaisien et érotique, nous n’en dirons pas plus laissant libre cours à l’imagination du lecteur… Vous danserez à coup sûr. R’wan se délecte avec un phrasé typiquement reggaeton qui ne permet pas toujours de comprendre les textes mais ouvrez donc le livret, surprise garantie à la lecture… Vous y découvrirez également des dessins faites par R’Wan lui-même dans la veine Art Majeur.

 

Alors certes, Fixi-l’accordéoniste de Java n’intervient plus que sur Méchant p’tit bourgeois et encore en tant que réalisateur et compositeur mais R’Wan ouvre largement les horizons, en mêlant et samplant des sons contemporains comme il le fait si bien dans Java. Bruitages de jungle dans Peyotl, une chanson sur l’Amazonie mêlant de l’électro ; gimmick des Dents de la mer, parodie de Tryo, cris de James Brown dans Le recyclé composé par K-Mille-le-bassiste.

 

R’Wan confirme donc amplement son talent d’écriture populaire au bon sens du terme, maniant la parodie de la forme pour mieux dénoncer par le fond un climat social vivant sur le toc. R’Wan nous alerte en rythme sur ces Politiques et Manigances qui nous dirigent, ces Méchants p’tits bourgeois qui font semblant, cette banlieue dans laquelle Le Coq et la Caille cohabitent tant bien que mal…R’Wan finit l’album avec L’âge d’eau, un titre mélancolique en slam dans lequel il nous décrit un monde où la fuite reste la seule issue « j’déménage dans la nébuleuse » « Que reste-t-il ? Une bonne chemise repassée, un frigidaire bien rempli » « j’ai changé de système solaire, le vôtre me déprime ».

 

Pas de doute, fuite par le rire et par le slam, ce premier opus en solo plus orienté reggae et hip hop que ses productions avec Java est une vraie réussite.

 

PS : R’Wan est en tournée sur les routes de France avec Winston Mc Anuff et Java pour un concert en trois rounds puis avec Les Cortex Boys. Show en dance floor assuré ! R’Wan est également un artiste de scène qui se donne comme jamais sourire en coin. A découvrir.

site officiel : http://www.radiocortex.com/

 

 

 

Sébastien Mounié

 

© Etat-critique.com – 04/03/2007

 

Auteur: Sébastien Mounié

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.