LOVE, REN HANG, MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE

 

Il y a beaucoup de cadavres chez Ren Hang, beaucoup de suicides, beaucoup de chair exsangue.
étouffements.sauts dans le vide.suicides calmes.
Il y a beaucoup de viols, d’agressions silencieuses.
Il y a beaucoup de silence, des mers des montagnes des jungles de silence.
Il n’y a pas de limite. Au silence, à la nudité, au risque.
Il y a des souillures dans des écrins de pureté.
La nature à portée de corps.
La ville et ses violences de béton ses angles tranchants ses toits d’où s’envoler.
des-équilibres.
Des nudités dans des villes déshumanisées.
Des départs. Des nuits.
Ren Hang photographie d’abord entre ses murs l’intérieur de l’appartement où ami.e.s et modèles se dévêtent puis se fondent dans la ville la chair fondue revivifiée en pleine nature.
Sauvage nature. Devenir branche lac bosquet rameau brisé lys noyé.
Il y a beaucoup de symboles chez Ren Hang une écriture image par image.
Des natures véritablement mortes des paradis véritablement perdus.
Les femmes sont des fleurs sont des tiges sont des lianes sont des lignes de chair blanche des poupées-Bellmer démultipliées des poupées-Araki finement ficelées.
Femme ikebana, des liens de fleurs une censure douce.
Des hommes serpents oiseaux poissons. Morts.
Hybrides accouplements des corps on ne sait plus comment dans quel sens de quel genre ?
Des d’hystérie calmes. Nul ne crie ne pleure ni ne jouit.
contorsions.arcs.profusions.
Des symétries incarnées des tentatives d’ordre quand l’inquiétude et la dépression détruisent souterrainement un peu plus chaque jour.
Rescapés, escarpés, ensemble ils sont plus
plus nus
plus fragiles
plus dévoilés
plus visibles
des-armées
les corps s’emmêlent se superposent s’entrechoquent.
On s’enfouit dans des dérives des histoires des rituels de feu, d’eau, d’air.
Il n’y a pas un seul sourire chez Ren Hang, pas une seule naissance, pas un seul flou.
Tout est net tranchant tranché. Tout est joué, tout est jeu, tout est Je.

REN HANG
LOVE, REN HANG
06.03.2019 – 26.05.2019
MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE
5/7 Rue de Fourcy – 75004 Paris

Auteur: Perrine Le Querrec

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.