Les Faucons de la Nuit

Bonne fête nationale! Faites attention aux pétards et aux bruits bizarres: il y a peut être un immonde terroriste blond qui vous en veut!

L’histoire: Les détectives Deke Da Silva et Matthew Fox attrapent tous les voyous qui hantent les bas fonds de la ville de New York qui au début des années 80, n’est pas ce centre commercial génial à ciel ouvert qu’il est devenu. En 1980, c’est encore le paradis pour Scorsese ou Ferrara. Alors nos deux flics ont beaucoup de travail. Mais en Europe, le vilain Wulfgar, terroriste soupe au lait, doit faire de la chirurgie esthétique pour échapper aux autorités et décide qu’il est temps de s’exporter aux Etats Unis…

Le réalisateur: La grande passion de Bruce Malmuth, c’est bel et bien le sport. Donc le cinéma, il n’y a touché que très peu. Technicien, c’est par amitié avec le réalisateur de Rocky, John G Avildsen qu’il est appelé à travailler sur Les Faucons de la Nuit. Le réalisateur de Trou Noir, Gary Nelson est viré. Le tournage a commencé. L’expérience ne sera pas facile d’autant que Stallone a pris les commandes. Il n’aura pas de chance par la suite: il vivra a peu près la même chose sur Echec et Mort avec un autre génie du coup de tatane, Steven Seagal. Vous comprendrez maintenant sa discrétion?

L’anecdote: Série B musclée, Les Faucons de la Nuit fut d’abord le scénarion de French Connection, troisième partie. Il faut alors imaginer Gene Hackman et Richard Pryor dans le rôle des héros.

Les acteurs: On ne va pas vous parler de Stallone qui n’a toujours pas eu l’idée de donner une suite à ce lointain film d’action. C’est bizarre. On s’amusera plus de la présence de Billy Dee Williams, pas encore le black le plus célèbre de l’espace dans L’empire contre attaque, et celle de Lindsay Wagner, connue pour ses sauts au ralenti dans Super Jaimie. Il a de l’acteur culte dans ce film! D’ailleurs c’est la première expérience américaine de Rutger Hauer. Tout s’est mal passé sur le tournage. Il a failli se battre avec Stallone et il a du faire le deuil de sa mère, puis de son meilleur ami… bref, on comprend pourquoi il est vraiment très énervé dans le film!

Pourquoi on aime: il y a tout le polar musclé dans ce film. Le scénario est très moyen et tout tient dans l’opposition ultra contrasté entre le méchant terroriste impulsif et super flic maladroit dans sa vie privée. Stallone se prend pour Pacino. Hauer serre les dents. Le Bronx tombe en ruine. Les cascades sont faites pour de vrai. Les seconds couteaux sont aiguisés. C’est vraiment dommage que l’histoire ne soit pas mieux construite malgré de beaux moments de bravoure (et une super scène de night club) Le film n’a pas bien marché. Il reste avec le temps, le vestige d’une époque lointaine! Gardien d’une ville à l’agonie, Stallone deviendra peu de temps après l’étalon de Ronald Reagan.

1981 – 1h39

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.