Hitchhicker

Nouvel album du chanteur Canadien? Oui et non! Après Zuma en 1975, Neil Young cherchait l’inspiration chez son complice David Briggs et lachait des pépites acoustiques avant de faire un disque avec Stephen Stills qui ne restera pas dans l’Histoire. Bref, il oublie un peu que ce disque enregistré en une nuit, qui rentre dans la légende. Il existe pour de bon et tombe enfin entre nos mains quarante plus tard.

Le plaisir et le talent sont intacts! Le type est tellement prolifique que les vieux disques, les vrais mythes finissent par remonter à la surface. Neil Young est généreux. Il a lancé une collection d’archives remarquable. Il n’a pas peur de regarder l’éclat de son glorieux passé.

On voit à quel point le talent est régulier chez cette tête chercheuse du rock, touche à tout souvent génial. Prolixe, Neil Young sort des disques à qualité variable mais il a la foi du jeune converti. En réalité Hitchhiker est composé de morceaux que le musicien utilisera par la suite. Il n’y a que deux véritables inédits.

En réalité, le disque est né de sa complicité avec David Briggs, le producteur de ses débuts. A l’aise dans son studio à Malibu, il tente de belles mélodies qui donneront plus tard des chefs d’oeuvre comme Pocahontas ou Captain Kennedy.

Ce que l’on ressent c’est le génie folk à l’état pur. La musique est simple, délicate est astucieuse. Sa voix est subtile et donne le frisson plus d’une fois. On vibre sur sur certains accords. C’est un trésor caché ce nouvel album, officiellement le 38e du Loner.

Il y a tout ce que l’on aime chez le bonhomme: cette façon de confronter ses convictions, à la musique, à la réalité, à la politique. Il vit pleiment ses compositions, toujours aussi influencées par les grands mythes américains. Il court après le lyrisme et la transcendance. Même avec une simple guitare.

En trente minutes, on est retourné par ces chansons incroyables, que l’on rédécouvre et que l’on va prendre plaisir à réécouter. Neil Young a eu raison de sortir cette veillerie. Il scintille avec un éclat inouï et montre une nouvelle fois l’importance de cet artiste hors norme, qui devrait parler encore de lui dans quelques mois avec des nouveautés, des vieilleries, on s’en moque tellement il est simplement énorme!

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.