Mon amour fou, Elsa Granat, Théâtre de la cité internationale
Nov12

Mon amour fou, Elsa Granat, Théâtre de la cité internationale

La comédienne nous raconte l’histoire folle qu’elle a vécue pendant huit années durant avec un bipolaire. C’est une histoire rythmée de souvenirs hallucinés et d’épisodes trépidants.

Read More
F(l)ammes, Ahmed Madani, Maison des métallos
Oct27

F(l)ammes, Ahmed Madani, Maison des métallos

Présenté l’année dernière, le spectacle « F(l)ammes » revient à nouveau à la maison des Métallos jusqu’au 29 octobre. Pleine de vie et d’énergie, dix femmes se succèdent pour se raconter : leurs origines, leurs passions, leurs combats…

Read More
Gala, Jérôme Bel, Théâtre du Rond-Point
Oct18

Gala, Jérôme Bel, Théâtre du Rond-Point

Voué aux arts contemporains et à la rencontre des disciplines, le spectacle « Gala » ouvre le Festival d’Automne qui se tient à Paris jusqu’en Décembre. Ce spectacle questionne les notions d’arts et de spectacle via le prisme de la pratique amateur. « Gala » est un spectacle que Jérôme Bel a créé en 2015 suite à une série d’ateliers effectuée en Seine-Saint-Denis. Lui, qui n’enseigne pas, a accepté de participer à un projet de travail avec des amateurs. Cette expérience a été l’opportunité de questionner les limites de la pratique artistique : qu’est-ce que le beau, qu’est-ce qui peut être qualifié d’art ? En définitive, qu’est ce qui fait qu’un spectacle peut être considéré comme spectacle ? « Gala » s’ouvre sur une série d’image de scène théâtrale à travers les âges et les styles. Le point de vue varie du spectateur aux « artistes ». Cette ouverture dure pratiquement 10mn comme si le public devait être préparé à réfléchir sur les notions de représentation théâtrale, de spectateur et d’artiste. La consigne est simple, la même pour tous, répéter chacun à son tour le mouvement de danse écrit sommairement sur un panneau à l’avant-scène. Des genres très différents sont utilisés et traités à égalité. Dans la première partie, certains amateurs s’en sortent mieux que d’autres mais il y a un décalage flagrant avec les interventions menées par les professionnels. Boudinés dans des justaucorps lamés et des jambières, on oscille entre le rire et la gêne. Les rires fusent et s’apparentent parfois à de la moquerie. Qu’est-ce que nous pouvons attendre d’une personne corpulente qui réalise un saut ? Qu’est-ce que nous pouvons attendre d’une personne qui chante « Moi, je veux mourir sur scène » avec une voix chevrotante avec comme seule aide, la musique qui vient de son portable ? Nous avons la vague impression d’assister à un gala de danse d’une fin d’année scolaire sauf que nous ne sommes pas les parents de l’un des participants. Et puis la seconde partie arrive. La petite troupe doit reproduire la proposition d’un amateur ou d’un professionnel. Dès lors, on dépasse le cadre de la technique pure pour découvrir que la danse peut-être un moment de partage. Comme l’exprime Jérôme Bel : «Chacun porte des savoirs – non pas chorégraphiques, mais «dansés» – savoirs plus ou moins sophistiqués selon les personnes». L’objectif n’est pas de gommer la frontière entre professionnels et amateurs mais de proposer une vision de la représentation et du spectacle. Cette seconde partie est apparue plus intéressante car on se situe dans le partage : chacun peut illustrer son « soi » dansant alors qu’auparavant, on...

Read More
Erich Von Stroheim,  Christophe Pellet, Stanislas Nordey, Rond Point
Mai03

Erich Von Stroheim, Christophe Pellet, Stanislas Nordey, Rond Point

Stanislas Nordey met en scène un poème érotique de Christophe Pellet. Brutale mise en scène d’une relation ambiguë d’un couple à géométrie variable.

Read More
Les Sourds-Doués, Jérémie Milsztein, Auguste Théâtre
Nov30
Read More
Rocío Molina – Caida del Cielo
Nov09

Rocío Molina – Caida del Cielo

Elle nous propose une approche libre et contemporaine de la tradition flamenca. Nous le comprenons dès les premières notes de guitares électriques qui annoncent le début du spectacle.

Read More
Argent, dette et music-hall !  Création collective de Stefano Armori, Nigel Hollidge et Armel Petitpas
Fév25

Argent, dette et music-hall ! Création collective de Stefano Armori, Nigel Hollidge et Armel Petitpas

Du 19 février au 3 mai au Lucernaire Paillettes et claquettes, magie et chansonnettes, tout est en place pour faire sourire au tempo du music-hall ! Trois comédiens nous étonnent sur scène pour nous conter la longue histoire croustillante de l’Argent…   L’Argent, la monnaie, le flouze, l’oseille, les sous, le blé, balance le fric ! Sur la forme du music-hall, nos drôles de comédiens retracent la sombre, joyeuse et trébuchante histoire de l’argent. Si bien des thèmes ont été traités en art, l’argent n’est pas côté. C’est vrai qu’à première vue, cela ne fait pas rêver mais plutôt grincer des dents… Mais justement, cette troupe fait le pari de nous en amuser et de nous émerveiller avec tours et détours par les coulisses. Le show se fait tour à tour magie, danse, chanson, mime. Nous sommes transportés dans les années 30 lorsque le music-hall permettait de se divertir des traumatismes de la dépression en musique comme un sombre écho de l’ambiance actuelle de notre société. Le détour vaut également pour les coulisses. Le clinquant de la scène se fissure et les personnages révèlent leur vraie nature. Au royaume du show business, tout n’est pas rose… Ce spectacle se savoure comme une tragi-comédie aux allures hollywoodiennes qui appuie là où cela fait mal mais loin d’être douloureux, on en...

Read More
LE POULPE POLAR ÉLECTRO-CONTÉ
Fév25

LE POULPE POLAR ÉLECTRO-CONTÉ

De Julien Tauber Avec Abbi Patrix, Phil Reptil et Vincent Mahey La Compagnie du Cercle / Studio Sextan DU 10 AU 28 FÉVRIER 2015  I  Mardi, mercredi et vendredi à 20h30, jeudi à 19h30, samedi à 17h  I  Durée 1h30   Le poulpe c’est quand même un drôle d’animal. Accoudé à son zinc, une bière à la main, il dégaine son journal favori et la suite…. Vous l’a connaissez ! Le poulpe il part toujours dans des drôles d’aventures dont il s’en sort toujours indemne. De l’inquiétante Rungis aux îles exotiques, Le poulpe, alias Gabriel Lecouvreur, va s’enfoncer jusqu’au cou dans une histoire louche de tête décapitée aux oreilles coupées… De l’action, de la poésie, des histoires de bagarre et de coquettes, la malice du poulpe te donne envie de marcher dans ses pas et d’écouter sa drôle d’histoire. Le poulpe, alias Gabriel Lecouvreur, alias Abbi Patrix, nous transporte dans un polar qui fait appel à notre imaginaire. Seul sur scène, Abbi Patrix donne vie au Poulpe. Nos oreilles et nos yeux sont en alerte, suspendus aux lèvres du conteur. Dans une atmosphère moderne où le son est essentiel, nous suivons cette histoire comme hypnotisés. Avec l’aide de ses compères Phil Reptil et Vincent Mahey il nous délivre une partition sonore extrêmement vaste allant de douces mélodies à des sons d’immersion très...

Read More
Aucassin & Nicolette, Théâtre de Poche
Déc02

Aucassin & Nicolette, Théâtre de Poche

  Approchez jeunes gens, venez écouter à tambour battant notre fable sur le jeune Aucassin et sa belle Nicolette. Venez découvrir notre histoire sur l’amour contrarié des jeunes gens qui n’écoutent que leur cœur et point leur parent. Le jeune Aucassin refuse de devenir chevalier et d’aller sur le champ de bataille tant que ses parents, seigneurs de Beaucaire, ne lui ont pas accordé la main de Nicolette, belle sarrasine réduise en captivité. Les deux jeunes gens vont devoir affronter maints obstacles pour vivre leur amour. A la façon des troubadours, deux comédiens disent et jouent cette chantefable anonyme du XIIIème siècle qui imite les romans de chevalerie sur un ton léger et moqueur. Au cœur de cette histoire, nous retrouvons un thème intemporel : l’amour ! Véritable enchantement, cette chantefable se rapproche à la fois des grandes épopées grecques et du style de la Commedia dell Arte. Les comédiens nous embarquent dans cette histoire qui n’est pas très originale par son histoire mais l’est par sa mise en scène et son interprétation. Cette fable est idéale pour une sortie en famille et pour les personnes curieuses de découvrir un genre qui est rarement joué.   Jusqu’au 04  janvier 2015 Théâtre de Poche Montparnasse – 75006 PARIS...

Read More
Trois Soeurs, Anton Tchekhov, La Tempête
Nov28

Trois Soeurs, Anton Tchekhov, La Tempête

Sur scène, trois femmes seules dévoilent leur histoire de cœur. Elles racontent tour à tour la relation qu’elles entretiennent avec leur père, leur frère, leur amoureux. De la scène à l’écran, les trois sœurs s’adressent à eux dans un récit navigant entre passé et futur.  Expérience de cinéma-théâtre, nous naviguons dans un récit qui s’articule à la fois sur scène et à travers la vidéo. Un espace unique de jeu se construit permettant aux héroïnes de partager leurs pensées intimes et d’exposer leurs passions. Le trait d’union entre les différents supports et les temporalités qui s’entremêlent est la question de l’amour. Celui-ci est au centre du récit : l’amour naissant, l’amour qui survient trop tard, l’amour familial. En tant que spectateur, nous avons l’impression d’être à la fois voyeur et témoin de ce que nous confient les trois sœurs. La mise en scène proposée est à la fois poétique, visuelle et pleine de surprises. De plus, les personnages sont magnifiquement interprétés avec une mention spéciale pour l’actrice qui joue le personnage de Macha. Mêlant mélancolie et émotions, cela nous donne envie de nous replonger dans l’œuvre de Tchékhov. Claire Lasne-Darcueil, actuelle directrice du Conservatoire national d’art dramatique, n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’elle a commencé à travailler sur les pièces d’Anton Tchekhov à partir de 1995. Elle a fait le pari fou de monter intégralement son œuvre dans l’ordre chronologique : successivement Platonov en 95, lvanov en 99, La Demande en mariage en 2001, L’Homme des bois en 2002, La Mouette en 2005. De sa rencontre avec le cinéaste Martin Verdet est né ce spectacle, presque onirique, mêlant théâtre et cinéma à voir absolument. Du 13 novembre au 14 décembre  Au théâtre de la Tempête (situé dans la Cartoucherie du bois de Vincennes)...

Read More
Stupeur et tremblement d’Amélie Nothomb au Théâtre de Poche
Sep02

Stupeur et tremblement d’Amélie Nothomb au Théâtre de Poche

  Layla Metssitane donne vie au récit autobiographique d’Amélie Nothomb publié quinze ans plus tôt. Celle-ci retrace dans son ouvrage, Stupeur et tremblement, ses pérégrinations au pays du Soleil Levant. Rentrée au sein du cabinet nippon Yumimoto comme interprète pour un an, Amélie Nothomb nous embarque dans un récit stupéfiant sur les mœurs et le fonctionnement de la société japonaise. Cet emploi inespéré va se révéler être le point de départ de sa « dé-ascension » au sein de l’entreprise. Mais en bonne japonaise, Amélie Nothomb effectuera toutes les tâches qu’on lui attribue avec zèle et détermination. Maniant les chiffres ou le balai à récupérer, lorsqu’on veut devenir japonais, on accepte sa mission avec fierté. Les brimades, les vexations, les colères, Amélie n’en a cure. L’essentiel, c’est de pouvoir contempler le beau visage de sa supérieur, et tortionnaire à maintes occasions, mademoiselle Fubuki. Et enfin, devenir japonaise. Layla Metssitane réussit à donner vie à l’imaginaire d’Amélie Nothomb et nous retrace cette folie nipponne avec justesse. La mise en scène et la palette de jeu proposées par la comédienne permettent aux spectateurs de retrouver l’essence même du livre d’Amélie. Cette adaptation nous donne envie de nous plonger ou replonger dans Stupeur et tremblement mais propose également une lecture de la condition féminine dans d’autres cultures.     Jusqu’au 26 octobre 2014 Théâtre de Poche Montparnasse Adaptation, Mise en scène et interprétation de Layla Metssitane      ...

Read More
Via Sophiatown, VIA KATLEHONG DANCE
Juil30

Via Sophiatown, VIA KATLEHONG DANCE

Rien n’est impossible. Les larmes, les éclats de pleurs étaient à l’époque des éclats de rire. C’est l’avant apartheid que l’on veut nous compter. La compagnie de danse, Via Katlehong Dance, nous raconte l’histoire de Sophiatown, quartier multiracial, avec émotion et puissance. Les courants s’entrechoquent et se complètent de la traditionnelle pantsula, danse syncopée et ultra-rapide née dans les rue dans le quartier à la gumboot (danse en bottes de caoutchouc), le step, le jazz… J’espère que vous avez les yeux et les oreilles bien accrochés ! A l’origine, Via Katlehong Dance, avait pour vocation de permettre aux jeunes du quartier de ne pas sombrer dans la violence et le crime en leur proposant de danser. L’un des co-directeurs et le chorégraphe principal, Vusi Mdoyi, a lui-même rejoint la troupe à l’âge de 15 ans. Aujourd’hui, il s’agit avant tout d’une compagnie de danse qui veut continuer à relayer un message de paix et de l’importance du métissage, de l’échange. Leur spectacle, Via Sophiatown, retrace l’histoire d’un quartier mixte de Johannesburg qui attira de nombreux artistes et futurs politiciens. Un bouillonnement artistique régnait dans ces lieux permettant de stimuler la création et la propagation d’idée à la fois artistique et idéologique. Avec la mise en place de la politique d’Apartheid, le visage du quartier change brutalement. Les noirs sont déplacés à Soweto tandis que les blancs restent seuls maitre des lieux. Plus que la découverte historique d’un quartier, la compagnie Via Kathelong Dance donne à voir l’émancipation identitaire d’une communauté d’un point de artistiques : musique, chant, danse et vestimentaire… Un spectacle plein d’espoirs qui nous laisse un sourire béat et néanmoins songeur.   Jusqu’au 3 août 2014...

Read More
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.