PLAIDOYER POUR LES ANIMAUX, ALLARY Editions
Oct31

PLAIDOYER POUR LES ANIMAUX, ALLARY Editions

Pour tous les curieux et ceux qui n’ont pu se déplacer, voici un résumé de la conférence de Matthieu RICARD au Grand Rex, mardi 14 octobre, autour de son nouveau livre. Après “PLAIDOYER POUR L’ALTRUISME” sort “PLAIDOYER POUR LES ANIMAUX” chez ALLARY Editions.  Introduction – L’anthropocène Notre époque est peut-être celle où l’on doit lutter contre une sorte d’épidémie du narcissisme. Pour agir dans cette vie, nous avons toutes sortes d’outils; mais avant d’agir, nous devrions toujours nous posons cette question: quelle est notre intention? Souhaite-t-on faire le bien, nuire, ou s’agit-il d’une intention “neutre”? Nous devrions toujours vérifier d’où vient notre motivation. Notre époque, les scientifiques l’ont nommée l’anthropocène; depuis la révolution industrielle, c’est bien l’action de l’homme qui constitue le facteur prédominant dans la modification du système terrestre et du climat. La période historique dans laquelle nous vivons, c’est celle où l’homme a le pouvoir d’influencer la biosphère et la vie des générations futures. Aujourd’hui on ne peut plus croire au mythe d’une “croissance illimitée”. D’ailleurs, on a fait la preuve que le modèle de croissance qui prévaut depuis l’ère industrielle (fondé sur le mythe d’une croissance illimitée) a fait sortir l’humanité d’une zone de sécurité, et l’a fait entrer dans une zone de risque. Sur 10 critères de vie / survie de l’humanité (comme la disponibilité d’eau douce, la biodiversité, la qualité de l’air…), nous avons déjà largement dépassé la zone de sécurité concernant 3 critères vitaux. Sans dramatiser, si l’on étudie strictement les mesures des scientifiques, l’on peut dire aujourd’hui que l’humanité court un risque réel s’agissant de sa propre survie. Nos dirigeants, acteurs de l’économie globale ou hommes politiques, ont généralement des préoccupations à court ou moyen terme et, pour l’instant, ne répondent pas à cette exigence de responsabilité à long terme. Qu’est-ce-qui peut réconcilier les discours à court, à moyen et à long terme? L’altruisme le peut. L’élevage industriel On sait qu’aujourd’hui, d’après les derniers rapports du GIEC, l’élevage industriel représente la 2ème source de réchauffement climatique, avant les transports et tout le reste. Il faut savoir qu’à notre époque, chaque année l’on tue 60 milliards d’animaux terrestres et 1000 milliards d’animaux marins, pour notre usage. Bien sûr, en terme de civilisation, l’humanité a fait des progrès (l’interdiction de l’esclavage, la reconnaissance des minorités, etc.). Pourtant, aujourd’hui il n’existe toujours pas de statut juridique pour les animaux sauvages. Si l’on prend quelques exemples tirés de l’éthologie, on se rend compte que le chimpanzé est meilleur (beaucoup plus rapide) que l’homme en calcul mental; que le chouka et la corneille de Calédonie (entre autres) utilisent un outil (un crochet ou un bâton) pour attraper leur nourriture, comme l’homme. A ce propos, voir l’excellent livre photo d’Emmanuelle Grundmann et Cyril Ruoso: “L’Homme est un singe comme...

Read More
Dans le café de la jeunesse
Oct31

Dans le café de la jeunesse

Alors, un Modiano comme les autres ? Pas tout à fait. Le trait y est sensiblement plus appuyé que dans tous ses romans antérieurs, et il finit par être trop appuyé. D’où l’impression de pastiche évoquée plus haut. C’est comme si, là où naguère il aurait cité deux ou trois noms de lieu, il en citait dix pour bien enfoncer le clou. Veut-il nous prouver que sa reconstitution historique tient la route ?

Read More
Read More
S’il se passe quelque chose, Vincent Dedienne, Petit Hébertot
Oct31

S’il se passe quelque chose, Vincent Dedienne, Petit Hébertot

Premier spectacle solo d’une valeur montante. Mise à nu audacieuse et prometteuse. Comédien repéré dans Je marche dans la nuit par un chemin mauvais et chroniqueur sur Canal + dans la biographie interdite, Vincent Dedienne s’est lancé à 28 ans dans son autoportrait. Risqué mais désarmant de sincérité. Dans une succession de sketchs et de souvenirs, Vincent Dedienne raconte des histoires de sa vie. Il nous ouvre son monde tantôt réel tantôt imaginaire. Il passe de la sœur de Marie-Antoinette à une conseillère Pôle emploi. Là où il est le meilleur : dans l’imitation des étudiants de son école et le souvenir d’un amour blessé . Quelques défauts restent cependant à gommer. L’intérêt de ce que Vincent Dedienne raconte varie. Certains passages embarrassent, d’autres ennuient. L’ensemble manque parfois de rythme. Mais on retient un remarquable sens de l’autodérision et un art de la vanne qui fait beaucoup rire. Sans compter un charme qui séduit largement. On sort avec un petit regret. Vincent cherche l’attention du public mais ne parvient pas encore à entrer en dialogue avec lui. Il précise d’emblée que toute interaction est interdite. Pourtant un téléphone tombé par mégarde sur scène permet d’entrevoir sa capacité d’improvisation avec les réactions des spectateurs. S’il se passe quelque chose regorge de dynamisme et de moments d’émotion. Pour sûr il va s’en passer des choses dans l’avenir de cet artiste. A suivre. Jusqu’au 03 janvier 2015 au Petit Hébertot Durée : 1H25 Plein Tarif: 26€ Chômeurs-étudiants : 16 € www.vincentdedienne.fr  ...

Read More
Le Roi et le Fermier
Oct30

Le Roi et le Fermier

Porté par des talents multiples, la troupe La Camusette croise les âges et les nationalités. De 30 à 60 ans, venus de Suisse, du Brésil, d’Italie, d’Espagne et France les sept chanteurs-comédiens accompagnés de sept musiciens montent des opéras comiques sous la direction de Catherine Escure.

Read More
Chante ton bac d’abord
Oct29

Chante ton bac d’abord

Le social se mélange à la vie dissolue et aigre doux de quelques adolescents du Nord de la France. C’est un film poli, au naturel espiègle et qui réveille en nous quelques souvenirs. La mise en scène (en)chantée permet une douce émotion tout au long l’année passée avec Gaëlle qui attend les épreuves du bac.

Read More
L’amour et les Forets
Oct29

L’amour et les Forets

Avec L’amour et les forêts, Eric Reinhardt mêle encore brillamment réalité et fiction pour faire le récit vibrant, poignant et fascinant du destin de cette femme ordinaire et merveilleuse de courage, mais aussi de faiblesse. De révolte et de soumission.

Read More
Wanted On Voyage
Oct29

Wanted On Voyage

Les chansons sont délicieuses et tournées vers son talent. On apprécie presque l’humilité de la production qui pourrait rappeler vaguement un Bob Dylan britannique. Son disque est ouvert comme l’indique le titre de l’album. Effectivement c’est un son sans frontière qui devrait faire le tour de la planète en quelques mois.

Read More
Read More
Sinon je te mange, Ilka Schönbein, Théâtre Mouffetard
Oct28

Sinon je te mange, Ilka Schönbein, Théâtre Mouffetard

L’icône allemande de la marionnette offre un spectacle à nul autre pareil. Du jamais vu. C’est bien l’impression qui parcourt la salle à la sortie de Sinon je te mange. Saluant le génie, l’originalité et la créativité de cette marionnettiste, petits et grands applaudissent. Le spectacle revisite le conte du loup et les sept chevreaux des Frères Grimm avec son lot de frissons et de naïveté. Emprunt de mystère et fantaisie, il fait remonter les souvenirs du conte, agrémentés d’humour et de chansons. Tour à tour chèvre et bergère, Ilka Schönbein emporte dans son univers. Tantôt marionnettiste tantôt dépassée par sa marionnette, elle mêle son corps à celui de la chèvre. On contemple un mélange fabuleux donnant vie à l’inanimé. On note quelques longueurs, une certaine agitation superflue et des bruits agressifs faisant peur aux les plus jeunes. Mais grâce au talent d’Alexandra Lupidi, chanteuse, musicienne, la poésie ressurgit. Et le trio chèvre, bergère, musicienne enchante à nouveau. En trente ans de création, Ilka Schönbein a trouvé l’art et la manière de toucher petits et grands par l’universalité du conte et la magie des marionnettes.   Du mardi 7 au dimanche 26 octobre 2014 Découvrez la programmation du théâtre des...

Read More
Liliom, Ferenc Molnàr, Théâtre Saint Denis
Oct27

Liliom, Ferenc Molnàr, Théâtre Saint Denis

Plongée dans un monde de marginaux avec un réalisme dérangeant. Le sous-titre de la pièce La Vie et la Mort d’un vaurien ne ment pas. La magie de la fête n’a pas imprimé le destin de Liliom. Artiste forain sans fard il n’excelle que dans l’art de la violence. Le mépris, les coups lui tiennent lieux de langage. Avec les canons à bulles sur le parvis, le stand de barbe à papa dans l’entrée, le théâtre entier tient lieu de décor. Sur scène auto tamponneuses, grande roue et roulottes nous rendent proche de Liliom. La jeunesse des acteurs sert la pièce. Amandine Calsat désarme en Marie. Clara Mayer nous attendrit en Julie dans les souvenirs de la douceur de son amour quand les coups pleuvent. Julien Cigana et Teddy Melis tels des Dupond-Dupont dans Tintin incarnent des gendarmes, inspecteur et détectives du Ciel irrésistibles. Mais l’auteur s’est tant mis dans la tête de son personnage que l’on peine à écouter les dialogues. Le niveau de langue agresse l’oreille. Sans dénaturer le texte d’origine, l’omission de certaines vulgarités dans la traduction française n’aurait pas déplu. Les airs de la talentueuse harpiste Lidwine de Royer Dupré apportent heureusement un peu de poésie dans le flot d’insultes. Jean Bellorini, directeur du théâtre a choisi la pièce du hongrois Ferenc Molnàr pour lancer sa saison. Certes elle évoque la jeunesse, les rêves, la mort, l’au-delà mais avec une cruauté éprouvante. On retrouve l’absurde de Brecht ou de Ionesco et la tendresse sans retour de la Strada de Fellini.     Du 25 septembre au 12 octobre 2014 Théâtre Gérard Philippe, Saint Denis Sur les planches de l’Odéon en...

Read More
Baby Burn
Oct27

Baby Burn

Musicalement ils rappellent Johnny Cash dans ses oeuvres au noir. On pense aussi à de nombreuses bandes originales. Leur rock est plein d’images qui vont au delà des origines hongroises. Il y a une atmosphère étrange, entre chien et loup, entre fiesta et mélancolie.

Read More
Read More
Read More
La Lune Nue
Oct25

La Lune Nue

Marie Sellier propose là un conte merveilleux (dans tous les sens du terme), dans lequel Voie Lactée, étoiles, comètes et arcs en ciel forment un ballet gai et dévoué pour que la lune grandisse et s’épanouisse au mieux.

Read More
Samba
Oct25

Samba

Grâce au travail de fond perceptible qui fait sonner juste le film, fidèle à ce qui se vit sur le terrain. Samba trouve l’équilibre entre rires et larmes. Il touche du doigt des réalités sur lesquelles la société détourne souvent le regard ou juge à la hâte.

Read More
Phantom Radio
Oct24

Phantom Radio

Sa radio fantôme est bizarrement orientée. On pense aux années 😯 et ses sons synthétiques. Les fantômes de la musique populaire avant que le chanteur naisse avec le succès des Screaming Trees. Il a donc monté son nouvel album avec une application de son téléphone et des boites à rythmes.

Read More
Prague faubourgs est, Timothée Demeillers
Oct24

Prague faubourgs est, Timothée Demeillers

Il écrit avec ses tripes. Rage, crache, vomit l’amertume et les mensonges de la société post-communiste. Ses mots sont durs, comme la vie, pour ceux qui osent l’affronter, la confronter, la vivre. Tel un Fante ou un Bukowski, Timothée Demeillers côtoie la poussière, les tessons de bouteille et les filles dites faciles; traîne ses guêtres dans tous les endroits oubliés; se couche toujours après tout le monde. A l’image de son extraordinaire personnage, Jacub, des histoires, il en a mille à raconter. On dévore “Prague faubourgs est” en repensant à toutes ces villes qu’on a visitées sans jamais oser franchir leurs “frontières”, sans jamais glisser un orteil hors de leurs beaux quartiers, sans jamais assumer de regarder leur misère. Parce qu’on sait que tout y serait moins joli, moins gentil. Parce qu’on sait qu’on y serait mal à l’aise, nous les chanceux, si peu courageux, et si démunis, alors qu’on a la même révolte en nous, la même désillusion, le même désenchantement.  Un premier roman dont on ne sort pas indemne. A découvrir absolument.   Prague, faubourgs est Timothée Desmeillers Éditions Asphalte...

Read More
Le sacre du printemps, SHE SHE POP et leurs mères, au Théâtre de la Ville les Abbesses
Oct24

Le sacre du printemps, SHE SHE POP et leurs mères, au Théâtre de la Ville les Abbesses

Collectif féministe fondé en 1998 et basé à Berlin, SHE SHE POP organise des spectacles sans metteur en scène, ni auteur, ni acteur. Pour “LE SACRE DU PRINTEMPS”, ils mettent en place un rituel, entre témoignage, pièce de théâtre et ballet (ni tout à fait l’un ni tout à fait l’autre) et interrogent les notions de “victime” et de “sacrifice” dans une perspective féministe, en témoignant de leurs souvenirs d’enfance et en convoquant les souvenirs de jeune mère de leurs propres mères… le tout sur la musique du ballet de Stravinski (ballet qui illustre le mythe sacrificiel de jeunes vierges qui, avant de mourir, dansent pour la communauté un hommage à la Terre printanière). Quatre membres du collectif (3 femmes et 1 homme) ont réalisé des interview vidéo de leur mère où chacune résume d’abord son parcours de vie de femme, puis se prête à la danse et à la confession. Un designer et un chorégraphe sont venus compléter l’équipe. Ce sont seulement les images et les voix des mères qui nous parviennent. Leur présence seulement “virtuelle” autorise chacune à raconter ses souvenirs, des plus ingrats aux plus tendres. Un second artifice met le récit à distance et évite l’impudeur de tout dévoilement autobiographique: chacun raconte des souvenirs qui ne sont pas les siens , mais ceux d’un autre membre du chœur, sur le mode: “l’une d’entre nous, dans telle circonstance, a dit ceci”… Les moments les plus réussis sont ceux des confidences qui font mal, des aveux d’un sentiment de sacrifice mal compris ou mal assumé. On (le collectif et nous, public) s’approche tout près, avec émotion, de l’ambiguïté des amours maternel et filial.  A ce propos les SHE SHE POP déclarent: “Cela n’a pas été facile de prendre la décision de faire une pièce avec nos mères. (…) mais nous, SHE SHE POP, aimons bien les sentiments désagréables; la gêne, la honte, la peur. Nous aimons travailler avec ça.” Et c’est une bonne raison de s’intéresser à leur travail, car ils grattent là où ça fait mal et nous propulsent loin de notre zone de confort.   Du 20 au 24 octobre 2014 au Théâtre de la Ville-les...

Read More
Le Labyrinthe
Oct23

Le Labyrinthe

Malgré le gros studio derrière, le film ne fait pas dans la mièvrerie. Il n’est pas aussi lisse que la peau des jeunes comédiens inégaux et cabotins. Les monstres cachés ne font dans le détail et on assiste à la mise à mort de gamins, un spectacle assez rare dans un divertissement d’apparence tout public.

Read More
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.