The Night Creeper

Décidément cette rentrée est très rock. Motorhead bombarde encore ses riffs violents quarante ans après sa création. Iron Maiden sort un double album chroniqué ici. En même temps la relève semble assurée avec ses Britanniques amateurs d’un rock lourd et hypnotique.

Uncle Acid & the Deadbeats a peut être piqué son nom à un groupe techno mais c’est bien du rock dont il est question dans leurs disques. En 2009, à Cambridge, un quatuor chevelu décide de défendre le vieux rock, puissant, sonore et décoiffant si possible!

Ce rock qui veut vous embrouiller l’esprit et les sens. Le rock qui glisse sur des rythmes sombres et s’articule sur des héroïques guitares. On pense un peu à Alice in Chaines et des choses beaucoup plus vieillottes. Les pochettes du groupe rappellent les vieilles affiches de séries B d’horreur: on est résolument dans le vintage, terme à la mode mais qui ne peut pas échapper à The Night Creeper.

Marqué par les premiers Black Sabbath, le groupe des frères Rubinger arpente les rives douteuses mais fascinantes d’un rock psyché, noir et ensorcelant. Les instruments cherchent la messe hypnotique et le riff assassin. Comme dans une église, on a parfois envie de bailler.

Mais trouvent cette ambiance étrange et respectent une vieille tradition du heavy metal, plus lyrique qu’agressif. Malgré une voix un peu surestimé, cet album est assez massif. On en prend plein les oreilles. Ce quatuor, tout en décalage contrôlé, vit dans une autre époque… et ce n’est pas si mal!

Rise Above – 2015

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.