The Finest Hours

C’est une histoire vraie. Une incroyable aventure maritime. Et désormais un film hors du temps, complètement en décalage avec la production hollywoodienne. Ce n’est pas désagréable!

Pas de sound design mais une vraie musique de film. Une partition qui décoiffe, qui suit la vague extraordinaire de courage qui habite dans le coeur de quelques gardes cotes du Massachussets. Ces derniers se sont jeter dans une tempête pour sauver quelques marins bloqués sur un pétrolier coupé en deux!

Pas d’effets spéciaux spectaculaires! Juste des scènes sur l’eau absolument enivrantes tellement le cinéaste nous embarque dans l’ouragan qui casse un gros bateau et révèle la volonté de quelques bons gars! Les images ne font pas dans la surenchère. C’est la bonne surprise de cette production Disney: elle refuse les grands effets et fait confiance au drame qu’elle représente pour impressionner son audience.

Pas de montage usant. C’est clairement un parti-pris vintage qui est pris par le cinéaste Craig Gillepsie (à qui l’on doit le remake de Fright Night). Il choisit de s’intéresser aux hommes qui se sont battus contre la fatalité et le réalisme. Ce sont de beaux sentiments, joliment représentés. La photographie est classieuse. Le moindre détail est réfléchi: c’est Mad Men sur l’eau.

Pas de grosses stars embarrassantes. C’est bien joué! L’autre bonne idée, c’est le casting: une ribambelle de seconds couteaux, tous excellents. On appréciera le charme discret et atypique de Casey Affleck, bien plus intéressant que son grand et prestigieux frangin.

Pas de prise de tête. C’est du cinéma à l’ancienne. Rien de révolutionnaire. Le film est résolument old school. Il est étonnant par cette volonté de ne pas coller aux modes et aux conventions actuelles. On ne voit pas comment ce film couteux pourrait grimper au sommet du box office. Mais c’est justement ce refus de logique contemporaine qui fait le sel de cette oeuvre inattendue.

Pas un chef d’oeuvre. Juste un très bon film d’aventures. Vieillot. Décalé. Exigeant.

Avec Casey Affleck, Chris Pine, Ben Foster et Eric Bana – Disney – 24 février 2016 – 1h59

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.