Star Trek Retour sur Terre

Ca y est! Nous y sommes. Bienvenue dans la dimension bis de la grande et longue saga Star Trek. Désormais, Spock et son équipage sont bel et bien arrivés dans une galaxie étrange et hilarante, celle du nanar cosmique!

A la fin du troisième épisode, Kirk et ses potes ont tout détruit sur leur passage. Même l’Enterprise, le mythique vaisseau est totalement parti en miettes. Ils vont être traduits en justice. Rien ne va plus. Mais heureusement pour les aventuriers, ils vont découvrir qu’une sonde extraterrestre qui va avaler l’énergie de la Terre a des points communs avec des baleines à bosse.

Pour sauver la Terre de cette sonde, il va falloir visiter l’époque où les fameuses baleines nageaient paisiblement. En 1986! La Comète de Halley! L’explosion de Challenger! Le drame de Tchernobyl! Nos héros voyagent donc dans le temps et découvrent la Terre durant l’ère Reagan. Comme ça, ils découvrent que le nucléaire est facile d’accès, que le Punk est drôle, que construire un aquarium à baleines c’est faisable, que les écologistes sont toujours des jolies nanas!

Leonard Nimoy toujours réalisateur joue résolument la carte de l’humour. De la bonne grosse blague eighties: Eddie Murphy aurait même été intéressé pour apparaître dans le film. Crocodile Dundee ou le nouveau Star Trek, c’est le même combat: de sympathiques et atypiques étrangers découvrent l’Amérique!

Au milieu de cela, les dialogues s’éternisent sur les mystères des chants des baleines et défendent un message écologique assez simplet! Comme des poissons hors de l’eau, les personnages de Star Trek ne sont plus traités avec respect. Les acteurs n’y sont plus: ils se parodient (prix spécial à William Shatner). Avec une joie évidente mais cela dessert le projet.

Paramount au même moment développait une série parallèle au film avec un nouvel équipage. Parce que le salaires des stars des films furent revus la hausse (Shatner voulait se tirer), le budget de cette dernière fut abaissé. Star Trek Next Generation aura bien du mal à convaincre à ses débuts. Ils mettront du temps à ringardiser les vieux de la vieille. Ces derniers y arrivent tout seuls. Et on leur offre une fortune pour cela.

Au delà de ce changement de cap, le film permet à ILM, les studios d’effets spéciaux de George Lucas, de développer de nouvelles technologies. Au fil du temps, la série devient un passionnant laboratoire pour les techniciens et les bricoleurs qui imaginent des techniques qui feront la révolution quelques années plus tard.

Pendant ce temps, Spock se déguise. Nimoy se vautre dans la rigolade bon marché. Et William Shatner, James T.Kirk himself négocie pour la réalisation du prochain volet. On rigole déjà comme des baleines!

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.