Ant Man

Il aura fallu un travail de fourmi pour que le plus petit héros de la maison Marvel arrive sur grand écran. Le résultat prouve qu’il n’y a pas que la taille qui compte!

Le film aurait dû être réalisé par Edgar Wright, l’Anglais responsable de Shaun Of the Dead et le mésestimé Scott Pilgrim. Un passionné de cinéma qui a craqué face aux exigences commerciales de la toute puissante Marvel, fournisseuse de blockbusters de moins en moins intéressants.

L’excentrique Wright est remplacé par Peyton Reed, un cinéaste compétent mais sans grande personnalité. Les meilleures scènes de Ant Man sont clairement les vestiges du travail de Wright. Cela se voit malgré les réécritures du script et les aléas d’une production sans fin.

Mais enfin le voici. Tout beau. Tout neuf. Tout petit. Ant Man, l’homme fourmi! Et pourquoi pas d’abord? Y a bien Spider-Man. Il peut avoir de la place pour tous les insectes! Donc Ant Man affronte ici l’infame Baygon Vert et son frère jumeau malade, Baygon jaune… C’est une blaaaague.

Comme Peter Parker, un cambrioleur sans histoire, plutôt pathétique, va devenir un être extraordinaire grâce à une révolution scientifique qui pourrait être lourde de conséquences si des méchants mettaient la main dessus. On est scotché par les premières minutes. Grace aux effets spéciaux, on voit débouler un Michael Douglas jeune face à l’empire Stark. On ne suit rien de ce qu’il se dit. On est pris par surprise par cet effet… du plus bel effet!

Ensuite on comprend. Il joue le professeur Pym, un type qui a inventé une formule pour rétrécir les hommes. Il refuse que Stark l’utilise et construit son propre laboratoire. Son poulain a la folie des grandeurs et pense que la formule pourrait servir ses intérêts financiers.

Pym et sa fille (la grosse valeur ajoutée du film, Evangeline Lily, toujours craquante) veulent qu’un cambrioleur au grand coeur, Scott Lang, vole les découvertes du vilain et pour cela, il a même droit à un costume qui permet de devenir à peine plus grand qu’une fourmi. Et voilà, le héros, chef des fourmis et concurrent sérieux des Avengers.

Depuis Iron Man, Marvel fait des liens entre tous ses films pour créer un véritable univers. Il continue ici mais le film s’emploie malgré tout à défendre la personnalité du minuscule Ant Man. Joué par le sympa mais un peu pale Paul Rudd, Scott Lang est bien le héros américain moyen sur qui le destin s’acharne.

Ca ne manque pas de rythme. On ne s’ennuie pas malgré une partition qui rappelle beaucoup le tout premier Spider-Man de Sam Riami. C’est un copié collé à l’exception du fait que Ant Man a affectivement tout un tas de fourmis fourmibables pour l’aider dans son casse. Les auteurs ont aussi un peu plus appuyé sur l’aspect familial et réac de l’aventure.

Ant Man sent fort la redite, l’extension du domaine de la lutte entre Marvel et son concurrent sérieux, DC Comics (Superman, Batman etc). C’est divertissant. Sans plus. Le boulot est rempli. Ca ne vole pas très haut: c’est normal, il est question de fourmi!!!

Avec Paul Rudd, Michael Douglas, Evangeline Lily et Michael Pena – Marvel – 15 juillet 2015 – 1h55

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.