Alice, la comédie musicale, Vingtième théâtre

09_ALICE_WEB-320x213

Une troupe de comédiens-chanteurs pleine de talent à découvrir au Vingtième Théâtre jusqu’au 14 juin.
Qui n’a pas frémi, enfant, au récit des aventures d’Alice au pays des Merveilles, de Lewis Carroll?
Enfant, je n’aimais pas ce conte, qui me dérangeait (trop d’absurdités? Absence de cadre rassurant, de repère?) et dont les illustrations m’effrayaient.

Étudiante, j’ai découvert que ce récit était encore une source d’inspiration pour des auteurs, en particulier pour deux motifs:

  1. l’expérience psychédélique: on avale une potion qui nous plonge dans un état modifié de conscience, les objets paraissant immenses ou minuscules, cette expérience pouvant entraîner un changement de regard profond et durable;
  2. l’ambiguïté du lien entre le narrateur (Lewis Carroll dont le goût pour les très jeunes filles n’était pas innocent) et l’héroïne Alice. L’ingestion de la potion la soumettant dans un état de suggestion, la leçon de vie du narrateur est « forcée ».

Précisément, la cruauté, il en est très peu question dans la production actuellement à l’affiche au Vingtième Théâtre. C’est une version aseptisée, un peu trop « bon enfant » qu’on nous propose. Seules la scène de fête (chez le Chapelier fou) et la scène finale (chez la Reine de Cœur) nous mettent mal à l’aise, le rythme effréné confinant à la folie.

L’auteur-compositeur Julien Goetz le confirme: « Nous souhaitons donner à ce spectacle une couleur à mi-chemin entre le Disney et le Tim Burton, en ajoutant une quantité de musiques orchestrées façon Broadway ». C’est ce qu’on peut regretter: une esthétique « à mi-chemin », l’absence d’un parti pris. D’autant que la musique fait plutôt pencher l’ensemble du côté Disney que vers Tim Burton…

Pour autant, il faut saluer la belle performance et la générosité des acteurs-chanteurs-danseurs que sont: Morgane L’Hostis Parisot dans Alice, Hervé Lewandowski dans le narrateur et le Chapelier fou, Véronique Hatat dans la chenille,  Julie Lemas dans la Reine de Cœur, Vincent Gilliéron dans le Lapin blanc et Antonio Macipe dans le Chat du Cheshire.

Les costumes excentriques ajoutent également un bon point à ce spectacle. De belles voix, du talent, et le plaisir de faire découvrir le conte de Lewis Carroll aux plus jeunes, « en live ».

Jusqu’au 14 juin 2015

Vingtième Théâtre – 7, rue des Plâtrières – 75020 Paris – Réservations: 01 48 65 97 90
Mise en scène: Marina Pangos
Musique: Julien Goetz
Textes: Nicolas Laustriat, Cécile Clavier
Avec: Vincent Gilliéron, Véronique Hatat, Julie Lemas, Hervé Lewandowski, Antonio Macipe, Morgane L’Hostis Parisot

Auteur: Audrey Bigel

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.