Adolf Cohen, Jean-Loup Horwitz, Comédie Bastille

adolf

« Adolf Cohen », un titre en forme d’oxymore qui annonce avec humour noir une comédie grinçante. En réalité, le récit d’une vie où la petite histoire rencontre la Grande, souvent dramatique.

En bref: les parents d’Adolf Cohen n’étaient pas pratiquants, ils croyaient en l’assimilation. Même au milieu du ghetto d’Europe centrale où ils ont vécu la montée du nazisme, ils dénotaient. C’est Adolf qui a réclamé à sa mère de cuisiner casher et qui a amené ses parents aux prières quotidiennes. Réfugiée à Paris, la famille tente de nouveau l’assimilation mais les parents doivent se séparer de Georges à cause du danger que représente la collaboration. Confié à une institution catholique puis à une paysanne pétillante qu’il appelle bientôt maman, Adolf baptisé devient séminariste! Après bien des années et deux procès pour l’arracher à l’institution catholique, sa vraie mère le retrouve (1). Il regagne Paris, erre dans Saint Germain des Prés, rencontre Boris Vian, se cherche une véritable identité dans les dédales de son histoire. Il choisit finalement l’aventure et l’inconnu total: Israël! Devenu psychiatre, il soigne uniquement ses compatriotes juifs avant d’ouvrir les yeux sur la souffrance des musulmans palestiniens.

Que de revirements dans une vie d’homme! Combien de révolutions intérieures sont nécessaires pour que chacun avance vers l’autre dans un esprit de tolérance? Combien de racines doit-on arracher, de combien d’influences doit-on se défaire, pour voir l’autre comme un autre soi-même?

Ce sont toutes ces questions que soulève « Adolf Cohen ». Jean-Loup Horwitz interprète son propre texte avec bonté et humilité, tandis qu’Isabelle de Botton jubile (2), entre et sort, change de peau, passe de la mère juive à la paysanne catholique, puis à la palestinienne revendicative, avec brio.

Venez revisiter notre Histoire récente avec ces comédiens talentueux à la Comédie Bastille, 5 rue Nicolas Appert dans le 11ème; du jeudi au samedi à 19h, le dimanche à 15h.

« Adolf Cohen », un texte de Jean-Loup Horwitz, interprété par Jean-Loup Horwitz et Isabelle de Botton, dans une mise en scène de Jacques Rosner.

 

(1) sur ce sujet délicat et passionnant, lire « Les Enfants cachés en France » de Nathalie Zajde et « Je me souviens » de Boris Cyrulnik

(2) vous l’avez découverte au Petit Théâtre de Bouvard ou dans le trio « Les Filles » avec Mimie Mathy et Michèle Bernier: Isabelle de Botton, c’est elle!

Auteur: Audrey Bigel

Partager cette chronique sur

1 Comment

  1. Merci de cette belle et intelligente critique ! Cependant, ce n’est pas Georges qui est séparé de ses parents mais bien Adolf, ce que le lecteur rectifiera de lui même, le spectateur encore plus !

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.