Art-scène, Spectacle comique, Théâtre

Zai Zai Zai Zai, Fabcaro, Paul Moulin, l’Atelier

Zaï Zaï Zaï Zaï, on connaît tous la chanson. Tous ou presque.

Mais qui connaît la bande dessinée ?

Qui connaît Fab Caro, facétieux et précis observateur des tics et dérives de notre époque ?

Qui connaît cet univers de pince-sans-rire où l’auteur se place au premier rang de ceux dont il exagère traits et manies ?

Je crois que nous sommes de plus en plus nombreux. Il me semble que chaque fois que j’en recommande la lecture, tous, y compris les plus résistants, sont emportés dans la tourmente du rire.

C’était donc pleine d’espoir et d’appréhensions mêlés que je me rendais au Théâtre de l’Atelier pour y découvrir la transposition de Zaï Zaï Zaï Zaï au déroulé délicieusement absurde, subtil et drôlissime en spectacle. Pour la petite histoire, la dernière pièce que j’avais vue à l’Atelier -provinciale que je suis, j’y vais trop rarement- était « La Douleur » de Marguerite Duras avec Dominique Blanc, autant dire une autre extrémité de la diagonale.

Alors, comme j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir le choix de mise en scène, très efficace à mon sens, je vous en laisserai la surprise – si toutefois elle peut être maintenue.

Les acteurs m’ont enchantée par leur engagement, leur précision, leur fantaisie, leur retenue jusqu’à l’excès.

Tout n’était que délice – exception faite du verre de Malbec consommé et non dégusté en terrasse avant la représentation.

Fab Caro était là qui dédicaçait sympathiquement quelques uns de ses opus. Évidemment, lectrice de son univers, je me suis abstenue de recourir à ses services. Trop de circonstances et remarques absurdes auraient envahi mon cerveau débridé. Avec l’amie chère qui m’accompagnait, à qui je dois la découverte de Fab Caro, nous nous sommes contentées de nos fictions respectives et mentales.

Qu’en est-il de la pièce pour ceux qui n’ont pas lu la bande dessinée ? Mystère.

Je peux simplement recommander de lire avant d’y aller ou de lire après avoir vu.

Si vous lisez avant de voir, peut-être apprécierez-vous autant que moi les quelques répliques spécialement glissées dans cette version actualisée.

PS: Cliquez ICI pour retrouver la critique d’une autre adaptation théâtrale de cette BD.

Prolongations jusqu’au 03 juillet 2022
Théâtre de l’Atelier, Paris
XVIII
Durée 1h
de 17 à 33€

Mise en scène : Paul Moulin
Adaptation : Maïa Sandoz et Paul Moulin
Création sonore : Christophe Danvin

Avec, en alternance :
Élisa Bourreau, Ariane Begoin, Serge Biavan, Maxime Coggio, Christophe Danvin, Aymeric Demarigny, Jean-François Domingues, Cyrille Labbé, Paul Moulin, Emmanuel Noblet, Maïa Sandoz et Aurélie Verillon
Avec la voix de Serge Biavan

Previous ArticleNext Article

1 Comment

  1. Grace au talent de Paul Moulin et des siens, les planches de bande dessinee de Fabcaro deviennent sur la scene du Theatre de l’Atelier une fiction radiophonique rejouissante. Heureuse idee qui libere toute l’amplitude comique et critique d’un road movie delirant. 

Répondre à starterspakket meubelen Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.