Vampire, vous avez dit vampire?

L’été, on ressort nos vieux dvd, nos films cultes, nos nanars d’antant, on se balade dans les années 80 et c’est sacrément drôle… et ca ne manque pas de mordant!

L’histoire: Charlie est un adolescent ordinaire: il s’ennuie devant des films fantastiques ou rêve de coucher avec sa petite amie. Il habite une charmante maison avec sa maman dans une banlieue sans surprise, sans âme. Un endroit charmant qui le sera un peu moins lorsque Charlie découvre que son nouveau voisin est un véritable vampire…

Le réalisateur: Tom Holland a marqué les années 80 et le genre horrifique avec deux titres. En 1985, il actualise le mythe des vampires avec sa série B mais deux ans plus tard, il fabrique un authentique boogeyman qui va concurrencer Jason ou Freddy: la poupée maléfique, Chucky. Il est effectivement le réalisateur de Jeu d’enfant, premier épisode de ce serial killer un peu spécial. Par la suite, Holland s’est fait discret mais a longtemps oeuvré pour le genre. On lui doit pas mal d’adaptations télé de l’oeuvre de Stephen King. Petit maître de l’horreur, il a aussi été le responsable de l’impensable Psychose 2 comme scénariste. Un tout petit maitre du genre, mais petit maitre tout de même!

L’anecdote: Le film de Tom Holland a obtenu rapidement son statut de film culte malgré des scores sans prétention au box office. Un second épisode fut rapidement mis sur les rails mais Tom Holland était occupé par Jeu d’enfant avec l’acteur charismatique du premier, Chris Sarandon. Un troisième volet fut envisagé mais le producteur intéressé par le projet, Joe Menendez, président de Carolco, fut tué par ses deux enfants. Ce fait divers fut meme l’une des causes de l’echec du second volet. Comme quoi, l’horreur dépasse souvent la fiction!

Les acteurs: Le casting est la force du film de Tom Holland. Les ados sont des tétards qui méritent bien des morsures mais cela laisse la place pour l’envoutant Chris Sarandon et l’impayable Roddy McDowall. Ce dernier restera dans l’histoire du cinéma comme l’extraordinaire interprète de Cornélius dans la saga de La Planète des Singes. Sarandon, premier époux de Susan, lui n’a jamais eu la carrière qu’il méritait. Il est présent dans quelques pépites des années 80 dont Princess Bride où il joue le méchant roi.

Pourquoi on aime: Les comédiens sont hilarants. Ils surjouent sans chercher le copinage avec le spectateur: ce qui fait du film de Tom Holland, un bel exercice horrifique. Il s’agit bien là de faire peur et de faire sursauter le public. Mais on rigole tout de même. On s’étonne même encore de la férocité du film. Beaucoup de critiques adoraient suggérer la frustration sexuelle qui ressortait de la navrante saga Twilight. Tout vient de ce film où le sujet c’est bel et bien, la sexualité! Mais Holland est d’abord un passionné de l’horreur pour tous. Il y a de l’amour dans la description de Peter Vincent, chasseur de vampires un peu paumé dans le monde moderne, ou dans la vie quotidienne de Charlie, où les angoisses se melent aux hormones. Le gothique se mélange avec humour dans l’ordinaire de l’Amérique moyenne, sous valium. C’est un constat qui ne manque pas de mordant que l’on redécouvre avec plaisir!

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.