Valve Bone Woe

En attendant que Axl Rose reprenne du Luis Mariano, voici une star du rock qui s’imagine en crooner. Et non ce n’est pas Iggy Pop.

Au crépuscule d’une carrière, on remarque souvent les grands du rock se rabibocher avec le son de leur jeunesse. On les voit alors se prendre pour des musiciens de jazz, avec les ambiances cuivrées et les nappes d’orchestre qui font toute la différence.

Ce n’est pas de la paresse. En tout cas, Chrissie Hynde n’est pas du genre à se laisser aller. Là voilà dans l’exercice perilleux de la reprise jazzy et franchement, on apprécie toujours autant sa voix qui a donné tout le charme à quelques hymnes de la pop et des Pretenders.

Son nouvel album va donc piquer des classiques dans un songbook des plus classiques. Beach Boys, Charles Trenet et bien d’autres grands noms sont repris par la chanteuse hargneuse qui bien entendu se calme pour l’occasion.

On devine chez elle une nouvelle aventure qui stimule. Elle reprend même un titre de son ex mari, Ray Davies, leader des Kinks avec qui elle a eu un enfant. Elle y met tout son coeur et quand on entend certaines orchestrations, on sent qu’il y a de l’amour dans ce projet.

Elle laisse de la place pour des arrangements habiles et des plages d’instrumentaux qui montre que l’exercice est au moins compris. Deux trois bidouillages laisse penser à de l’expérimentation élégante. C’est de toute façon du travail de pro. Zéro défaut. Un rockeur qui devient c’est toujours un peu triste mais ici il faut dire que ca a vraiment de la tenue!

Ca s’appelle la classe, tout simplement.



BMG – 2019



Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.