Threads

Sheryl Crow a une vie tumultueuse. On s’en moque depuis des lustres. Elle a encore une actualité et c’est presqu’une bonne surprise

Il y a même un mort. Sur un titre (le plus spectaculaire), on entend la voix crépusculaire de Johnny Cash. Quelques frissons plus tard, on s’étonne d’une chose: on a une émotion.

C’est donc la très démodée Sheryl Crow qui a réussi cela. Certes elle a pioché cela dans un album posthume de Cash mais tout de même. Les plus jeunes doivent se demander qui c’est mais les ados des années 90 n’ont pas oublié cette chanteuse qui sent bon Nashville et ses tubes tout à fait sucrés, entre country et pop.



On se souvient aussi d’une femme combattive, qui se laisse pas aller à la facilité (sauf dans sa musique) et qui mène de nombreuses luttes, face à l’obscurantisme, la violence etc. Bimbo intelligente, elle s’est ridiculisée en tombant amoureuse de Lance Armstrong et elle a glissé vers le coté obscur des has been.

Mais Sheryl Crow a une sacrée carrière et des copains super cools. Crow aime écrire des chansons et jouer de la guitare. Elle gratouille avec de vieux lascars comme Keith Richards? Sting, Willie Nelson et Eric Clapton.

En convalescence, ce onzième album ressemble à une comité de soutien pour une femme qui a peut être baissé les bras mais qui a sérieusement l’envie de s’y remettre.

Donc on croise les héros de la pop et du rock. On se croirait dans un festival RTL2. Tout le monde vient aider la chanteuse dans sa quête de rédemption créatrice et musicale. A certains moments, cela a vraiment de la gueule. The Worst avec le guitariste des Stones, impressionne. Le copieux Story of Everything avec Chuck D et Gary Clark Jr en fait des tonnes mais ca fonctionne.

Ca pourrait être risible mais le charme fonctionne. Sheryl Crow aimerait croire à un retour possible. Le talent semble intact. Dans certaines de ses chansons. Elle est encore plus convaincante avec ses reprises. C’est un pur produit de consommation américain. Ca peut parait indigeste. Moi j’ai trouvé cela très appétissant!

big machine – 2019

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.