Stillwater

I’m a poor lonesome cowboy…

Voilà un beau spécimen de songwriter typiquement américain. Il a connu plein de petits boulots. Il a appris la musique grâce à sa famille et les virées nocturnes dans les bars du Minnesota.

Et puis il y a eu un premier disque où l’on remarquait aussi son chapeau de cowboy et son regard malin. Il décrit alors le rêve américain à travers le destin de personnages du milieu ouvrier. On pense évidemment à Springsteen et cela se confirme avec ce second album tout aussi roots et rural.

Désormais il faut regarder aussi du coté de Tom Petty. Il y a quelque chose de plus léger dans la musique même si on colle à la grande tradition de l’Americana.

Des détails, il construit avec son groupe de belles chansons mélancoliques et surtout présentes. C’est le vrai working class hero ce Frankie Lee, sorte de cow boy désabusé, qui préfére les décalés et les oubliés. Sans faire dans le discours réactionnaire. En cela il est proche du Boss et Tom Petty.

Les morceaux sont ainsi d’une tendresse incroyable. Ecrit et réalisé dans sa ville natale, Stillwater est un beau portrait de l’Amérique, habile dans sa musique et touchant par ce qu’il raconte, les hommes face au rêve américain. C’est assez classique mais parfaitement réalisé. La personnalité et le style de Frankie Lee fascinent. Sa poésie s’accroche à notre mémoire. Souvent le signe d’un grand auteur!

Loose music – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.