Scream above the sounds

Britpop… ca continue. Ils ont des cheveux blancs. Ils atteignent la cinquantaine. Ils jouent toujours et encore. Les héros des années 90 ont un regain d’énergie ces derniers temps!

Tout au long de l’année, on les a vu revenir! Il y a 25 ans, ils faisaient hurler les foules avec des hits imparables, simples et très britanniques. Depuis ils se sont tous un peu assagis. Ils ont vendu de moins en moins de disques. D’autres modes sont arrivées. Ils ont profité de leurs royalties sans trop se fouler.

Les anciennes stars de la Britpop sont pourtant de retour. L’année dernière, Teenage fanclub avait lancé cette nouvelle vague (avec un excellent album) de quinquas sur le retour. Ils sont tous de retour. Ils se signalent tous d’une manière ou d’une autre. On attend plus que le retour de Pulp!

Les Stereophonics ont connu leur heure de gloire à cette époque là mais ils ne sont exactement comme les autres lads! Leur coté Gallois a toujours fait la différence: ils font du rock. Le trio devenu quatuor a toujours joué fort et aimé les riffs accrocheurs.

Ils sont moins polis que leurs copains. Il faut aimer le refrain entêtant et les guitares collantes. Ils sont responsables de quelques très bons morceaux. Ils se sont un peu vautrés dans la facilité depuis quelques albums. Au bout de 25 ans, après des disparitions et de nombreux problèmes de toutes sortes, on est encore surpris de les voir debout. Mais on se rend compte que l’on conserve toujours une affection particulière pour Kelly Jones, et sa voix incroyable qui rappelle toujours et encore Rod Stewart.

Elle fait toujours de l’effet malgré les titres anecdotiques que l’on découvre dans Scream above the sounds, leur dixième album tout de même. Il y a bien un ou deux ballades avec de l’émotion mais sinon on passe un peu au travers de ce nouvel effort, sans grande (nouvelle) saveur. C’est dommage mais ca n’entame pas le capital sympathie pour Jones et ses larons, vestiges d’une époque qui ne veut pas disparaître. Mélancolique, voilà peut être le sentiment qui ressort de ce nouveau disque oubliable hélas!

Parlophone – 2017

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.