Livres

Par une mer basse et tranquille, Donal Ryan, 10/18

Lorsqu’on découvre le titre et l’illustration en couverture du roman, Par une mer basse et tranquille, on s’attend à un récit sur le sort des migrants. En réalité, le livre est tout à la fois plus, et moins, que cela.

Ce livre raconte les histoires assez courtes de trois hommes : Farouk, le Syrien contraint de quitter son pays en guerre, Lampy, un jeune looser irlandais et John, un horrible personnage, corrupteur et diffuseur de fausses rumeurs.

Chacun des personnages est, à sa façon, confronté à la mort. Mais l’écrivain tient l’émotion à distance, il suggère les drames vécus par ses personnages plus qu’il ne les décrit ; on est plus dans le registre de l’évocation que dans celui de la description.

A chaque protagoniste son ton, son phrasé ; la plume de Danal Ryan se fait caméléon avec un brio certain, le tout servi par une traduction fluide et pertinente. Les styles sont si différents que chacune des trois histoires, racontées l’une à la suite de l’autre, pourrait être une nouvelle à part entière.

L’on comprend donc que, dès lors qu’il s’agit d’un roman et non d’un recueil de nouvelles, les destins des protagonistes qu’a priori tout oppose devront en définitive se croiser, s’emmêler et s’imbriquer. Pour parvenir à relier les trois histoires, l’auteur va subitement accélérer le rythme dans un final véritablement haletant.

Même si je reconnais les qualités d’écrivain de Danal Ryan, j’ai été – moi qui aime les narrations au long court – un peu déçu par la brièveté des récits. C’est très bien fichu au plan littéraire… mais, finalement, les histoires m’ont semblé assez artificielles.

Paru le 07 avril 2022
Editions 10/18
Traduction Marie Hermet
216 pages / 7,60€

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.