Chanson française, Musique

Mr Giscard, Chichi et Banane, Au Comptoir des Histoires

Y a t il un héritier à Boby Lapointe dont on fête les 100 ans ces jours-ci?

Y a t il un héritier à Boby Lapointe dont on fête les 100 ans ces jours-ci? Le barbu est pour beaucoup l’un des tout premiers rappeurs avec sa cadence folle et ses jeux de mots qui nous entourloupent dans un humour doux amer et nous racontent des histoires simples, cruelles et souvent drôles.

Alors qui est capable de relever le défi? En réalité personne. Le rap aujourd’hui a perdu le sens de la réalité même si on aime beaucoup le défaitisme qui traverse les compositions de Mr Giscard. Déjà, en choisissant un tel nom, on a le droit de réclamer un titre de serial looser et c’est ce qu’il fait dans son premier album, une chronique vacharde du jeune adulte pas trop sûr de lui.

Mr Giscard donne le ton avec des chansons comme “Tu sais ma vie c’est vite chiant” ou “sans sentiment”. Il n’a pas un flow spectaculaire mais il a la nonchalance d’un Orelsan à ses débuts et n’a pas peur de mettre en avant sa misogynie pour mieux la dénoncer.

Musicalement c’est beaucoup plus intéressant que les accros au vodocodeur ou les musculeux sans cerveau. Rigolo, astucieux, irrespectueux, le son de Mr Giscard nous rassure un peu sur un genre trop dopé et désormais risible.

Mais tout ceci est peut être trop urbain pour rivaliser avec l’art de Boby Lapointe. On va descendre dans le sud, pas loin de son lieu de naissance, pour voir ce que valent Chichi et Banane, deux vauriens de la chanson française.

Ils traînent sur la rade de Marseille et décrivent avec un banjo enjoué et des rimes riches le quotidien de la région. Bien entendu, on entend les cigales mais on parle évidemment du pastis, de la pétanque et des légendaires cagoles.

Avé l’accent, les deux amis s’amusent de tout et jouent sur une jolie mélancolie qui rappelle l’humanisme chaleureux de Robert Guédiguian, autre artiste du coin qui a cette façon unique et humble de s’intéresser aux petites gens. Là c’est pareil mais en paroles et en musique. C’est charmant, hors du temps et nous sommes totalement dans l’esprit de Boby Lapointe.

Au Comptoir des Histoires a tout du groupe nourri au Boby Lapointe. Il y a de la générosité et une envie de s’amuser avec le présent et toutes ses conneries. On a un peu peur de tomber sur de nouveaux Trois Cafés Gourmands, mais ce groupe de copains a un peu moins de sentimentalisme et de démagogie : ils chantent la vie populaire mais ne perdent pas de vue de faire de la musique, ce qui est un bon début.

On pense à La Tordue ce qui est pas mal du tout pour ce sextuor qui se risque à la chanson populaire, souvent maltraitée ces dernières années. Bon, pour Boby on oublie un peu notre recherche, mais on est content de retrouver des musiciens de comptoir, qui ont bien écumé les scènes locales et les petits festoches.

Ils se mettent à hauteur d’hommes et on veut trinquer avec eux. Une belle rencontre qui pourrait finir sur une chanson de Boby Lapointe, éternel chanteur au grand cœur! Et dans ces trois disques on sent bien des cœurs battre : un plus dans une œuvre!

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.