Mon amour fou, Elsa Granat, Théâtre de la cité internationale

« Il est beau. Il est bizarre. Il est beau. Il est bizarre. Il est beau-bizarre. » Ses mots répétés par la comédienne Roxane Kasperski, seule sur scène, résument à eux seuls l’histoire et l’atmosphère de cette pièce. Elle va nous raconter de manière poétique et frénétique l’histoire d’un amour passionné et destructeur.

Clap de début. Des déchets sont éparpillés sur scène. Des extraits de Gossip Girl viennent rythmer le discours décousu de la comédienne. Nous essayons de prendre petit à petit nos marques dans ce cadre déstructuré pour la comprendre.

La comédienne nous raconte l’histoire folle qu’elle a vécue pendant huit années durant avec un bipolaire. C’est une histoire rythmée de souvenirs hallucinés et d’épisodes trépidants. Comme on peut s’y attendre, les histoires d’amour finissent mal en général, et de surcroit quand la maladie en fait partie.

C’est avec justesse et sobriété que la pièce met en son et en image cette vie quotidienne. Elle pose plusieurs interrogations : Comment arriver à gérer cette folie ? Comment la gérer quand on est souvent seul avec l’autre ? Comment s’en sortir ?

Le succès de cette pièce repose sur l’incroyable énergie qui émane de la prestation de la comédienne Roxane Kasperski. Elle arrive à être « elle » et « lui » avec simplicité. Nous vivons véritablement les épisodes qu’elle raconte, en se demandant souvent ce qu’on aurait fait à sa place.

Nous ressortons de ce spectacle sonnés et conquis. A voir impérativement.

 

Jusqu’au 21 novembre 2017

Théâtre de la Cité Universitaire

DURÉE | 1 h 10

 

MON AMOUR FOU from Roxane Kasperski on Vimeo.

Auteur: Rebecca Bory

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.