Le syndicat du crime

Bon c’est vrai qu’on parle beaucoup de films américains dans ces chroniques eighties. On s’échappe pour HongKong, encore colonie anglaise à l’époque et lieu d’une révolution cinématographique.

L’histoire: Ho est un mafieux. Il est respecté par sa triade, son patron vénérable et son meilleur ami, Marc. Pour ne pas faire de l’ombre à son petit frère, Kit, qui veut devenir policier, Ho veut se retirer mais accepete la dernière mission qui bien sur va lui couter très cher…

Le réalisateur: Faut il vraiment rappeler l’incroyable talent de John Woo? Yes man de l’industrie hyper active de HongKong, il révolutionne tout simlement le cinéma d’action avec ce Syndicat du Crime qui connaitre deux suite et sera l’une des pierres angulaires du mythe du style John Woo. Il fera même mieux avec The Killer. Il explosera les limites avec Une balle dans la tête. Il fera son film d’action ultime avec A toute épreuve. Après toutes ses oeuvres, le cinéma d’action ne sera plus comme avant.

L’anecdote: Me too avant l’heure. Au milieu des années 80, Woo veut arrêter. Il réalise sans passion des comédies et trouve son salut en la personne de Tsui Hark, producteur frénétique. Il lui commande un film de genre. Pendant longtemps, les rôles principaux étaient pensés pour des femmes…

Les acteurs: le film qui a mis sur orbite Chow Yun Fat, devenu l’acteur le plus emblématique de l’univers Woo. A coté de lui, le film marque le retour au premier plan de Ti Lung, grande star des films d’arts martiaux de la Shaw Brothers. Enfin le film met au premier plan la star de la chanson, Leslie Cheung . Ce dernier s’imposera avec Wong Kar Wai et Chen Kaige dans des drames pour festivals. Hélas, il décéde en 2003 après un accident dramatique.

Pourquoi on aime: Le syndicat du crime pourrait presque décevoir à la première vision. Les scénes d’action ne sont pas si nombreuses. Mais on voit à chaque instant, une méthode, un style qui va se développer ensuite pour finir par donner des idées à Scorsese et tout le reste d’Hollywood. Le scénario est palpitant avec des destins qui s’entrecroisent. L’amitié et le courage sont galvanisés. Les scénes complexifient les personnages. Woo exalte des valeurs avec une foi qui déborde les limites du polar. On est submergés par ce film d’un autre temps mais qui continue de faire du bien à la tête, aux yeux et au coeur!

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.