La Princesse de Clèves

Sage mais intense adaptation du célèbre livre. C’est la rentrée!!

Bien entendu, il y a le livre de Mme de La Fayette mais bon on a aussi le droit de s’amuser un peu. La bande dessinée lorgne de plus en plus sur la littérature et n’a plus peur de se mesurer aux monuments!

Ici, il faut le talent de deux femmes pour dépoussiérer le destin tragique de Mlle de Chartres qui fait l’erreur d’épouser un homme bon mais qu’elle n’aimera jamais.

Cate Muller et Claire Bouilhac décryptent avec un style moderne les moeurs et les conventions du XVIe Siècle, à la cour du roi. Le trait est simple mais permet de montrer l’essentiel: le souci des apparences, la rigueur morale et l’effacement des sentiments.

Il y a beaucoup d’élégance dans le style des dessinatrices qui nous permettent de voyager dans le temps et de redécouvrir un classique avec un regard nouveau.

C’est finalement une lecture assez vivante. Ce qui n’est plus trop le cas du livre, classique qu’on ne peut plus remettre en questions. Pourtant c’est bien ce qu’ont fait les deux femmes. Elle profite de 216 pages pour rendre un personnage plus complexe que la solide intrigue amoureuse qui restera à la postérité. On est touchés par les hommes qui tombent amoureux de cette femme magnifique.

Remis au gout du jour, la bande dessinée nous rendrait la vie (scolaire) plus facile…


Dargaud – 216 pages

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.